Ces sans-fils à moitié prix

Qui ne voudrait pas d’un sans-fil tout neuf offert à moitié prix ? À l’aube de la rentrée automnale qui s’amorce, des fabricants mettent justement en marché des téléphones dont la fiche technique ne souffre d’aucun complexe, mais dont le prix de détail les rend autrement plus abordables que les modèles les plus populaires actuellement sur le marché.

Selon les données des grands fournisseurs, les Canadiens continuent de payer toujours un peu plus chaque mois pour leurs services sans fil. Si on ne peut pas réduire sa facture de ce côté, peut-être vaut-il mieux essayer du côté de l’appareil lui-même…

Vu le prix grimpant des biens et services, qui laisse présager une récession à l’horizon, les fabricants constatent que tous les consommateurs n’ont pas les moyens de s’offrir le téléphone le plus haut de gamme, qui coûte pratiquement le prix d’un cinéma maison entier. Déjà, quelques fabricants pensent que leurs clients voudront étirer la vie utile de leur prochain mobile un peu plus longtemps que par le passé.

Résultat : au moins trois marques — Google, Motorola et OnePlus — ont décidé de jouer le jeu et d’offrir ces jours-ci des téléphones plus bas de gamme qui reprennent l’essentiel de ce que leurs versions plus coûteuses proposent.

Dans le cas de Motorola, c’est aussi en quelque sorte un retour au Canada pour une marque qui était à une autre époque la référence dans la téléphonie mobile, jusqu’à ce qu’elle soit rachetée d’abord par Google, puis par le géant chinois Lenovo. Aujourd’hui, Motorola n’est plus qu’une simple marque dans le catalogue de ce dernier, mais s’est hissée l’an dernier au troisième rang des plus gros vendeurs de téléphones aux États-Unis.

Google Pixel 6a

 

La société californienne Google va faire parler d’elle dans le petit monde des gadgets électroniques ces prochains mois, car elle prépare une importante offensive tant du côté de la téléphonie que des montres connectées et des tablettes : Pixel 7, Pixel Watch et Pixel Slate.

Photo: Google Le Pixel 6a de Google

Et pourtant, son meilleur coup est peut-être celui-ci : le lancement du Pixel 6a, au début d’août. Ce téléphone à système Android 12 (ou Android 13 en version bêta publique, pour les plus pressés d’avoir le logiciel le plus moderne) est une version à peine plus modeste du Pixel 6 lancé l’automne dernier. Son écran fait 6,1 pouces de diagonale, on compte deux objectifs pour la photo, et son stockage interne plafonne à 128 gigaoctets, mais tout ça est appuyé par des outils logiciels qui repoussent un peu ces limites.

Un coprocesseur retouche numériquement les photos pour en rehausser la qualité (ce qui fonctionne généralement assez bien), le stockage en nuage de Google Drive et Google Photos permet de libérer la mémoire interne et, surtout, l’appareil est optimisé pour pouvoir fonctionner pendant toute la journée avant que sa batterie ne soit entièrement épuisée.

Taille d’écran, photographie et durée de la batterie sont les trois principaux critères d’achat des consommateurs nord-américains, nous répète-t-on sans cesse dans l’industrie. Google y croit dur comme fer.

Motorola moto Edge

 

Motorola devrait accroître un peu sa présence au Canada cet automne avec une nouvelle version de son téléphone repliable Razr. Ceux qui avaient déjà un sans-fil dans leurs poches au début du millénaire se rappellent peut-être qu’à cette époque où les téléphones intelligents les plus en vue étaient animés par Palm Pilot ou par Windows Mobile, le flip phone de Motorola était le nec plus ultra de la téléphonie mobile.

Photo: Lenovo-Motorola Le moto Edge de Motorola

En attendant le Razr, c’est un appareil appelé moto Edge qui attire l’oeil. L’appareil vient tout juste d’être rafraîchi et a surtout sous le capot une énorme batterie qui est bonne pour deux journées d’utilisation, dit-on chez Lenovo-Motorola. Son écran est quand même assez grand, à 6,8 pouces de diagonale.

Côté photo, c’est son appareil frontal qui épate, avec un capteur de 32 mégapixels bien supérieur à ce qu’offre la concurrence. C’est probablement un signe des temps : Motorola estime que les consommateurs nord-américains utilisent l’appareil frontal de leur téléphone 20 % plus souvent que celui qui est en arrière.

Ce téléphone à autonomie prolongée cible une clientèle accro aux égoportraits !

OnePlus 10T

 

Moins connue du grand public, la marque chinoise OnePlus a connu du succès dans la dernière décennie en mettant en marché des téléphones à la fiche technique dernier cri, mais vendus à une fraction du prix de produits similaires. Cela s’est gâté ces trois dernières années, à mesure que le prix de ses téléphones a rejoint celui des modèles les plus en vue chez Samsung ou même Apple. OnePlus a tout de même agrandi sa gamme pour offrir des versions édulcorées de son appareil, et la plus récente édition de cette version plus abordable est le 10T, qui vient d’arriver au Canada.

Photo: OnePlus Le 10T de OnePlus

Le 10T a une mécanique irréprochable : son processeur est la puce pour appareils mobiles la plus performante actuellement commercialisée par Qualcomm, la Snapdragon 8+ Gen 1. Son appareil à trois objectifs utilise un capteur de 50 mégapixels. Son écran de 6,7 pouces est lumineux et détaillé.

Et pourtant, le plus intéressant à propos du 10T n’est même pas le téléphone en soi, mais son chargeur : d’une puissance de 125 watts, il redonne l’équivalent d’une journée d’autonomie à l’appareil en seulement 10 minutes. En prime, il double la durée de vie totale de la batterie du téléphone, qui ne se dégradera pas avant au moins 1600 cycles de recharge. Un peu plus et on souhaiterait voir OnePlus fabriquer des autos électriques…

Ces téléphones se vendent entre 600 et 850 dollars (sans forfait). Cela reste encore beaucoup d’argent, mais ils semblent conçus pour durer longtemps, assez pour que cela finisse par ressembler à une aubaine d’ici trois ou quatre ans…

À voir en vidéo