Comme dans la piscine

Des athlètes s’entrainent au Centre de glaces Intact Assurance de Québec.
Marie-France Coallier Le Devoir Des athlètes s’entrainent au Centre de glaces Intact Assurance de Québec.

Pendant trois semaines, notre reporter Éric Desrosiers et notre photographe Marie-France Coallier partageront leur expérience de la couverture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, des coulisses aux compétitions.

L’image rappelle l’été et l’enfance. Lorsque tous les baigneurs dans une piscine ronde hors terre se mettent à y tourner en rond pour créer ce qu’on appelle « un courant » ou « un tourbillon » et qui finit par être si fort qu’on se sent entraîné par lui.

Les connaisseurs vous diront qu’un phénomène similaire se produit dans un ovale de patinage de vitesse longue piste où tournent sans cesse des patineurs. Un courant d’air finit par prendre forme dans le stade et tourner dans le même sens que les coureurs, leur offrant une petite poussée dans le dos supplémentaire.

Bien que modeste, cette poussée est suffisante pour faire une petite différence sur les temps enregistrés et faire grogner les athlètes lorsqu’un incident ou un problème technique interrompt le déroulement de la compétition permettant au courant de faiblir. Sa force est suffisante pour qu’on ait prévu de la simuler au nouveau Centre de glaces couvert de Québec avec des ventilateurs qui soufflent l’air afin d’y permettre aux athlètes de s’entraîner à des vitesses un peu plus élevées qu’à la normale.

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat-Le Devoir.

À voir en vidéo