Technologie: Le podcasting, ou ses émissions préférées sous le bras

De leur côté, un nombre grandissant d'internautes téléchargent ces émissions sur leur lecteur iPod afin de les écouter en différé lors d'un déplacement. Bienvenue au monde du podcasting, cette nouvelle tendance qui secoue la blogosphère et qui, à terme, fera peut-être de même avec le petit monde des médias électroniques.

Au coeur du phénomène podcasting, il y a le iPod, ce lecteur numérique créé par Apple, et qui aujourd'hui, est responsable d'une grande partie du chiffre d'affaires de la société. Très simplement, on pourrait dire que le podcasting est un mécanisme qui permet de transférer sur son baladeur numérique des émissions de radio numérisées en utilisant comme moyen de diffusion et de distribution les flux RSS/XML (voir encadré).

Allons plus loin et affirmons le, dans son principe, le podcasting est à la radio ce que le TiVo est à la télévision, c'est-à-dire un magnétoscope numérique sur disque dur — un appareil que Videotron vend d'ailleurs sous le nom d'enregistreur numérique personnel ou ENP — qui permet de programmer l'enregistrement de ses émissions favorites afin de les regarder en différé. Le podcasting, lui, permet de transférer sur son baladeur numérique des centaines de fichiers numérisés enregistrés automatiquement. Se déplacer avec son baladeur sous le bras et ses émissions favorites, c'est un peu l'idée du podcasting.

Bien que pour le moment, le podcasting ne soit qu'une tendance destinée à enrichir de contenus multimédias les réseaux sociaux («social networking») et la blogosphère, ce phénomène a tout le potentiel pour devenir un média alternatif à part entière, tout comme le sont les blogues aujourd'hui. Cependant, comme le disait Marc Eisenstadt sur le carnet Web Corante, le succès du podcasting est aussi lié à la création de réseaux de radio numérique offrant «des sources absolument passionnantes de commentaires, de musique indépendante, et de nouvelles idées auxquelles nous n'avons pas encore pensé.»

Certains médias traditionnels auraient même tout intérêt à surveiller de près l'émergence du podcasting. La radio par exemple, qu'elle soit publique ou privée, musicale ou parlée, est le média qui a tout à gagner à intégrer une stratégie de podcasting à son offre de services.

Par sa nature, la radio traditionnelle se consomme «en temps réel.» L'arrivée d'Internet a permis à ses auditeurs de pouvoir l'écouter «en différé». L'introduction d'une stratégie de podcasting permettrait à la radio de faire éclater ces contraintes de temps et de lieu.

Pour ma part, et je me doute que c'est le cas de nombreux lecteurs du Devoir, je ferais des bassesses afin de pouvoir m'abonner à des émissions comme Indicatif présent, Sans Frontières ou Macadam tribus. Oui, il est vrai que, grâce à Internet, il est possible d'écouter ces émissions en différé. Mais entre écouter ces émissions sur une chaise de bureau tout ce qu'il y a de plus inconfortable ou les écouter là ou je le veux bien, quand je le veux bien, grâce à mon iPod, vous avouerez que la seconde solution est sans contredit celle que je privilégierais.

Et il y a une demande pour ce genre de services. Après tout, ce n'est pas pour rien que la SRC rediffuse le soir l'émission de Marie-France Bazzo. Nombreux sont les gens qui ne peuvent écouter en temps réel leurs émissions favorites, que ce soit à cause du travail ou d'autres sorties. Nul doute qu'il serait intéressant de voir la SRC intégrer une stratégie de podcasting à sa programmation.

J'aime la radio. J'ai toujours cru que, contrairement à la télévision, la radio était un média qui faisait appel à l'imagination et l'intelligence de ses auditeurs. À la radio, impossible de tricher. Mais la radio est une vieille dame qui aurait besoin d'une nouvelle garde-robe. Il est donc souhaitable que la radio ne suive pas l'exemple de l'industrie du disque qui, en refusant de voir les possibilités qui lui étaient offertes par l'arrivée du numérique et d'Internet, voit aujourd'hui son existence remise en cause. La multiplication des baladeurs numériques lui ouvre de nouvelles perspectives.

L'intégration de mécanismes de podcasting permettrait à la radio traditionnelle d'entamer une transition la faisait passer d'un média statique, qui s'écoute principalement en temps réel, à un média vivant et souple, qui offrirait à ses auditeurs toute la flexibilité souhaitée afin qu'elle puisse se faire apprécier à l'endroit et au moment où il semblera bon.

mdumais@ledevoir.com

***

Qu'est-ce qu'un flux RSS/XML?

Popularisés par les carnets Web (blogues), les flux RSS/XML ou fils d'information RSS/XML sont la version Internet de ce que de nombreuses personnes dans le milieu des médias appellent «le fil de presse» ou le «fil de nouvelles». Grâce à un logiciel appelé aggrégateur, il est possible de s'abonner à ces fils d'informations et de visionner dans une seule fenêtre le contenu de tous ces sites. De cette façon, terminée la navigation d'un site Internet à l'autre à la recherche d'une nouvelle ou d'un billet quelconque.

Du New York Times à la BBC en passant par le plus modeste des blogues, nombreux sont ceux qui affichent un lien pour s'abonner à leur fil d'informations. Soulignons que Le Devoir, tout comme le Christian Science Monitor ou le Monde Diplomatique, possèdent eux aussi leur flux RSS/XML. Même le gouvernement du Canada diffuse son information par l'entremise de 35 fils RSS/XML différents.

À voir en vidéo