NPD au Québec: le chant du Singh ?

Homme de gauche, j’admets avoir eu un faible pour les chefs du NPD. Pour leur combat contre l’inégalité, pour les victimes, les oubliés, les méprisés. J’appréciais en particulier David Lewis, chef néodémocrate de ma jeunesse. Il avait inventé l’expression « corporate welfare bums » — les compagnies repues des subventions de l’État. En octobre 1970, à contre-courant d’une opinion publique déchaînée, le seul chef de parti ayant eu le cran de s’opposer à la Loi sur les mesures de guerre était le chef du NPD Tommy Douglas.

C’est pour ainsi dire une « peine de NPD » qui m’a pris à la gorge, au Parlement fédéral, un jour de février 2000. J’allais témoigner au comité de la Chambre qui étudiait la loi de Stéphane Dion selon laquelle, en cas de victoire du Oui lors d’un référendum au Québec, l’indépendance ne serait permise que si la majorité des députés canadiens jugeaient le niveau de victoire approprié et que si toutes les autres provinces canadiennes donnaient leur aval, sans exception. Une farce.

En arrivant, j’ai vu que le successeur de Lewis, Ed Broadbent, allait témoigner juste après moi. « Bonne journée pour les démocrates », me suis-je dit. Broadbent, évidemment fédéraliste, était alors président de l’influent organisme Droits et démocratie. Imaginez ma déception lorsque je l’ai entendu affirmer : « J’ai lu le projet de loi très soigneusement pour voir s’il risquait d’intimider les Québécois ou d’éroder leur démocratie. Je peux dire sans hésiter qu’à mon avis ce n’est pas le cas. » Tous les députés du NPD, sauf un, Svend Robinson, ont ensuite voté pour ce texte liberticide.

Combien des 425 000 Québécois ayant choisi ce parti à l’élection de septembre dernier sont cette semaine en « peine de NPD » ? Le chef actuel, Jagmeet Singh, vient de rompre la promesse électorale qu’il avait réitérée un grand nombre de fois. Bien qu’opposé en principe à la loi 21, il allait, par respect pour le Québec, s’opposer à ce qu’Ottawa conteste la loi en Cour suprême. Il vient de renier son engagement et de dire l’exact contraire. Ce qui a changé ? Une enseignante voilée déplacée ? Il savait très bien que cela, ou pire, allait arriver. Son calcul politique a changé. Son respect pour l’autonomie du Québec est désormais trop coûteux dans le reste du Canada et pas suffisamment profitable au Québec. Singh, qui se présentait comme l’homme de principes, fait le même calcul que François Legault avec le troisième lien : combien de circonscriptions à la clé ? Réponse : pas assez au Québec pour respecter la parole donnée.

Singh et la tradition néodémocrate

Force est de constater que Singh ne fait que réinscrire son parti dans sa tradition d’opposition aux choix québécois. Car on trouve les empreintes digitales du NPD à presque chaque étape de l’intransigeance canadienne envers le Québec.

Longs couteaux. C’est le procureur général néodémocrate de Saskatchewan, Roy Romanow, qui fit équipe avec Jean Chrétien pour isoler le Québec lors de la fameuse « nuit des longs couteaux », il y a 40 ans. Puis, les députés néodémocrates en chambre adoptèrent sans broncher la Constitution de 1982 contre les vœux de l’Assemblée nationale.

Meech. Lors de la tentative de réparation de Meech, le NPD était d’abord favorable à l’accord qui reconnaissait au Québec un caractère distinct. Mais il a changé d’avis en congrès en 1989 et mis son poids dans le camp du refus. En refusant son consentement lors d’un débat parlementaire au Manitoba, c’est le député néodémocrate autochtone Elijah Harper qui symbolisa le refus de la majorité canadienne et donna à sa province un prétexte pour ne pas ratifier l’accord, entraînant son échec.

Charlottetown. Le premier ministre néodémocrate ontarien Bob Rae était un joueur clé dans les négociations ayant mené à l’accord de Charlottetown, en 1992. Défenseur des Autochtones, il avait réussi à leur faire reconnaître un niveau d’autonomie jusque-là inespéré. Mais il s’était vertement opposé à ce que le Québec obtienne une quelconque autonomie en matière de culture ou que soit réduite l’ingérence fédérale dans les affaires québécoises. Chargé de la rédaction de certains éléments clés, c’est lui qui a demandé qu’on exclue des discussions le ministre Gil Rémillard, trop revendicatif. Il préférait n’avoir affaire qu’au membre le plus mou de la délégation québécoise, Robert Bourassa. Brian Mulroney acquiesça et, dans une scène rocambolesque, plaqua littéralement Rémillard hors de la pièce, à la grande joie de Rae.

Union sociale. Devenu premier ministre de la Saskatchewan, Roy Romanow présidait en 1998 la conférence des provinces. Les neuf provinces anglophones avaient convaincu Lucien Bouchard de faire front commun avec elles contre les intrusions fédérales dans les programmes sociaux. Or le néodémocrate Romanow se fit le promoteur des positions de Jean Chrétien auprès des autres premiers ministres, jusqu’à faire en sorte que toutes les provinces tournent le dos à leur position commune, isolant le Québec. Romanow était l’agent double fédéral placé à la tête des provinces.

Parlant de la Constitution, de Meech puis de cet épisode, l’ancien chef libéral Claude Ryan a résumé la chose ainsi : « C’est la troisième fois, au cours des trente dernières années, qu’après s’être engagé dans une démarche commune avec les autres provinces et territoires, le Québec aura été lâché en cours de route par ses partenaires. » Chaque fois, des figures du NPD étaient à la manœuvre.

Jagmeet Singh est donc fidèle à la tradition des leaders néodémocrates. Sauf en octobre 1970, quand ça compte pour le Québec, les Québécois ne peuvent compter sur eux.

jflisee@ledevoir.com / Blogue : jflisee.org

À voir en vidéo