«J’avais besoin de faire ça»

La vague de féminicides crève-cœur qui a secoué le Québec — dont le meurtre de la jeune Romane Bonnier, le 19 octobre dernier, poignardée en pleine rue devant une vingtaine de spectateurs — a su, au moins, sensibiliser les autorités et le public à la violence faite aux femmes. Non seulement le gouvernement a-t-il promis d’investir 223 millions pour traiter de la question, un tribunal spécialisé en matière de violences sexuelle et conjugale est sur le point de voir le jour, sans parler du « coup d’émotion » du ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, au moment de clore les consultations sur les femmes violentées. Le ministre qui, jusqu’ici, était connu pour sa « couenne dure », a été applaudi. Que des hommes, à plus forte raison des hommes au pouvoir, s’émeuvent du danger que vivent beaucoup trop de femmes est certainement un pas dans la bonne direction.

Il faut aussi saluer le courage des Laurence Jalbert, Ingrid Falaise, Isabelle Huot qui ont osé parler publiquement de leur propre expérience, sans oublier les efforts des groupes de femmes qui, depuis 30 ans, se sont occupés d’une question longtemps balayée sous le tapis. À titre de sensibilisation, les pubs gouvernementales — « La violence faite aux femmes, ça s’arrête maintenant » — sont remarquables également. Autant les publicités concernant le coronavirus étaient gauches et de mauvais goût, autant celles-ci frappent dans le mille.

Tout comme le viol, la violence conjugale a trop longtemps été vue comme une agression physique brutale, exceptionnelle, le résultat d’une soudaine perte de contrôle d’un homme sur une femme. Grâce aux recherches du professeur Evan Stark, on est en train de repenser la violence conjugale, moins en termes de « femmes battues » et davantage en termes de « contrôle coercitif ». Le chercheur américain a été le premier à voir que la « forme de subjugation qui pousse la plupart des femmes à chercher de l’aide » tient davantage « à une forme de domination qui inclut l’isolement, le dénigrement, l’exploitation et le contrôle » qu’à des coups proprement dits.

C’est précisément ce qu’on voit dans les pubs qui tournent en boucle en ce moment. « Change d’air quand tu me parles. » « Change ton mot de passe que je voie tes messages. » « Faut que tu changes d’amies. » « Vas-tu finir par changer d’idée, maudite boquée ? » Cette litanie de récriminations, prononcée par un homme face à sa conjointe, dure moins de 30 secondes. Prise une à une, chacune de ses phrases, perdue dans le flot de la vie quotidienne, peut paraître anodine. Une mauvaise blague qu’on s’empresse d’oublier. Mais le tout pris dans son ensemble, le dénigrement, le contrôle, le besoin d’imposer sont immanquables. Il est impossible alors de ne pas voir ce petit jeu pour ce qu’il est : de l’intimidation de la part d’un homme, de la soumission de la part d’une femme.

Il est important de pouvoir montrer ces comportements dans leurs formes « passe-partout » afin que plus de gens, hommes et femmes, puissent s’y reconnaître. Et réagir. Il y a une raison, après tout, pour laquelle la violence conjugale, tout comme l’agression sexuelle, se perpétue comme si de rien n’était, comme si les vieux stéréotypes hommes-femmes n’étaient pas remis en question depuis 50 ans. Loin des regards, dans le cocon de l’intimité sexuelle ou de la vie à deux, il est facile de se dédouaner, de dédramatiser, de passer l’éponge. Au nom de l’amour, des enfants, d’un logis, de tout ce qu’on ne veut pas perdre, il est facile de reconduire de vieux stéréotypes sans trop s’en rendre compte. Les hommes se fâchent, les femmes ramassent les pots cassés.

Cette campagne publicitaire est également bienvenue parce que le contrôle à outrance — qui peut aussi être exercé par une femme sur son conjoint, mais c’est encore exceptionnel — est un meilleur indicateur d’éventuels drames sanglants que ne le sont les bousculades, les gifles et les coups de pied. Pourquoi ? Le contrôle coercitif visant à affaiblir l’autonomie, la liberté, la dignité et le soutien social d’une femme, celle-ci est par le fait même moins capable de prendre ses jambes à son cou au moment clé, ou même de « résister efficacement au jour le jour ».

On ne connaît pas les circonstances exactes entourant le meurtre de Romane Bonnier outre qu’il s’est produit, selon le SPVM, « dans un contexte de violence conjugale ». Comme la jeune artiste ne vivait plus avec son agresseur au moment du drame, on déduit qu’elle avait compris qu’elle devait s’éloigner d’un homme qui pourrait lui gâcher la vie. L’agresseur en question n’a manifestement pas vécu la mêmeévolution. Au moment de commettre l’irréparable, l’homme de 36 ans criait, selon des témoins, « j’ai besoin de faire ça », « elle doit mourir », tout en s’excusant (« je suis désolé ») et en continuant de se déchaîner sur sa victime.

Que devait-il donc « faire » sinon avoir le dernier mot, rétablir son contrôle et ramener coûte que coûte sa petite amie à lui, quitte à l’empêcher pour toujours d’être à quelqu’un d’autre ? Dans son étude (Coercitive Control: How Men Entrap Women in Personal Life), Evan Stark explique que la violence conjugale s’apparente davantage au terrorisme et à la prise d’otage qu’à ce qu’on banalise trop souvent sous l’étiquette de la violence domestique. C’est un crime contre la liberté, un emprisonnement, bien avant d’être un assaut ou une simple voie de fait.

fpelletier@ledevoir.com

Sur Twitter : @fpelletier1

À voir en vidéo