Ceci n’est pas un sujet ennuyant

Il n’y a pas très longtemps, j’accueillais dans mon bureau un couple de clients : de jeunes parents et entrepreneurs prospères, des investisseurs aguerris. Je leur présente différents scénarios de projets de retraite et, surtout, d’indépendance financière.

Tout le monde est emballé, d’autant plus que le succès financier leur sourit !

Vient alors le temps de parler d’assurances. Si un outil existait pour mesurer l’engouement d’un public, celui-ci n’aurait rien détecté, je vous jure…

Une planificatrice financière se doit de parler de finances et de gestion du patrimoine, mais le travail exige aussi d’aborder les questions d’assurances et de gestion des risques. Aux yeux de mes clients, c’est probablement le sujet le plus ennuyant.

En début de pratique, je faisais de cette froideur une affaire un peu personnelle, mais j’ai compris au fil du temps que ma perception de ces outils financiers diffère beaucoup de la leur (et que ce ne sont pas mes aptitudes de communicatrice qui sont en cause !).

Car si je sais à quel point il est plaisant d’aider les clients à atteindre leurs cibles, je sais aussi que leur actif le plus précieux est souvent le plus méconnu : leur capacité à générer du revenu. 

Tant qu’on n’a pas atteint l’indépendance financière, tous les scénarios rêvés demeurent hypothétiques (et souvent conditionnels à une bonne santé).

Et j’ai malheureusement pu constater qu’une succession sans assurance peut laisser des êtres chers dans le besoin. Les gens qui rêvent d’une assurance sont souvent ceux qui n’y ont plus droit…

Survivre en cas de pépin

Entendons-nous sur une chose : loin de moi l’idée de vouloir vous apeurer. Il y a toujours moyen de s’organiser pour survivre en cas de pépin.

Par contre, sur les médias sociaux, je vois régulièrement des collectes de fonds pour aider des familles dont des membres sont aux prises avec un problème de santé. Chaque fois, je ne peux m’empêcher de compatir, mais aussi de penser qu’une assurance maladie grave aurait changé la donne. 

Et même quand vous avez un réseau familial bien nanti, ce n’est pas un plaisir que de demander la charité, surtout si votre perte de revenu risque de durer dans le temps. Une assurance invalidité permet justement d’éviter cette situation.

Parfois émotif

Parler d’assurances peut parfois être aussi émotif que de discuter de politique ou de religion en famille.  « Les assurances, ça coûte bien trop cher », « les assureurs sont tous des… » : les phrases assassines, je les ai toutes entendues.

« Mes parents ne m’ont rien laissé et je me suis arrangé », aussi. C’est ma préférée, car elle dénote surtout une incompréhension de l’utilité de l’assurance vie.

Oui, il est possible d’être trop assuré. Je vois souvent des clients dotés de protections mal adaptées ou superflues. Ou encore d’une assurance vie permanente aux coûts trop élevés pour leurs besoins et leur budget. Mais il ne faut pas tout confondre. Si vous avez des actifs importants, l’assurance vie DOIT être considérée comme un outil de diversification. Si vous pouvez atteindre vos objectifs financiers tout en optimisant votre succession, pourquoi hésiter ?

La prochaine fois que votre planificateur financier vous parlera d’assurances, soyez gentils avec lui et écoutez-le avec intérêt. La quantité d’options à analyser en gestion de risque peut vous accabler, mais une fois l’épreuve passée, il y a une réelle satisfaction, je peux vous le dire d’expérience.

Trop ou pas assez assuré?

Vous pensez être trop assuré ? Ou pas assez ? Écrivez-moi et je pourrai vous présenter mes recommandations dans le cadre d’une prochaine étude de cas. Je répondrai d’ailleurs aux questions suivantes dans de prochaines chroniques :

Ne serait-il pas mieux d’investir plus dans mes placements que dans l’assurance ?

L’assurance vie est-elle rentable uniquement pour la succession ?

Pourquoi ai-je l’impression que les assureurs ne « paient » jamais en cas de réclamation ?

Quelques conseils en matière d’assurances de personnes

Ne souscrivez à aucune assurance vie ou invalidité liée à un prêt.

Analysez vos besoins avec l’aide d’un professionnel.

Prenez le temps de voir si vos assurances actuelles correspondent à vos besoins.

Magasinez, peu importe le type d’assurance ! Les services d’un courtier indépendant qui connaît les nombreux produits sur le marché peuvent s’avérer précieux.

Posez toutes les questions nécessaires pour bien comprendre la protection que vous offre une nouvelle police.

Pour les questions d’assurances de personnes détenues par une société, entourez-vous de professionnels compétents en fiscalité.

À voir en vidéo