«Kirari»? Connais pas.

Le géant des télécommunications japonais Nippon Telegraph & Telephone (NTT) planchait depuis 2013 sur un système de projection en réalité virtuelle qui devait être mis en vedette aux Jeux.
Photo: Rodrigo Reyes Marin Agence France-Presse Le géant des télécommunications japonais Nippon Telegraph & Telephone (NTT) planchait depuis 2013 sur un système de projection en réalité virtuelle qui devait être mis en vedette aux Jeux.

Le Japon comptait bien profiter des Jeux olympiques de 2020 pour mettre en valeur quelques-unes de ses innovations technologiques.

L’une d’elles est le système de projection en réalité virtuelle Kirari, sur lequel le géant des télécommunications Nippon Telegraph & Telephone (NTT) planche depuis 2013, rapportait cette semaine le quotidien japonais Asahi Shimbun. Utilisant des caméras à ultra-haute définition 8K couplées à un algorithme pour produire des images projetées sur un grand écran, le système aurait essentiellement la capacité de vous transporter virtuellement sur les lieux d’une compétition comme si vous y étiez, et même plus proche encore des athlètes.

Une démonstration a été organisée au Musée des sciences émergentes et de l’innovation de Tokyo la semaine dernière, où le public pouvait avoir l’impression d’assister en personne — avec les joueurs tout près et le bruit de leurs chaussures sur le plancher — à un match de badminton qui se déroulait en fait à 20 km de là. On avait aussi prévu utiliser cette nouvelle technologie en combinaison avec des drones et un écran géant de 50 mètres pour amener les spectateurs au milieu des voiliers de la régate olympique. On devait également munir des gens de casques individuels pour leur donner l’impression de se tenir juste à côté des golfeurs au moment de faire leurs coups roulés.

Mais bon, en raison des règles sanitaires, personne n’a pu assister à la démonstration au Musée des sciences. Quant au reste, on a tout remis à une autre fois.

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat-Le Devoir.

À voir en vidéo