Plus vite, plus haut, plus fort — ensemble

Photo: Hiro Komae Associated Press

Le père des Jeux olympiques modernes, Pierre de Coubertin, leur avait donné comme devise « Plus vite, plus haut, plus fort ». Comme tout l’exercice se voulait une sorte de retour à des idéaux d’une Antiquité fantasmée, on l’avait formulée en latin : « Citius, altius, fortius », une formule qui a, en plus, l’avantage de rimer.

Plus de 125 ans après les premiers Jeux modernes à Athènes, les membres du Comité international olympique (CIO) réunis dans un palace de Tokyo pour leur 138e session ont décidé mardi de modifier cette devise. On ajoutera désormais à la fin « ensemble », comme dans  : « Plus vite, plus haut, plus fort — ensemble ».

« L’idée est d’exprimer qu’il est impossible d’aller plus vite, plus haut et plus fort sans une équipe autour de vous. Le CIO souhaite [aussi] insister sur la valeur de la solidarité avec les autres », a expliqué son porte-parole, Mark Adams.

Signe des temps, la nouvelle formule ne rime plus en latin (« Citius, altius, fortius — communis »), mais sa version anglaise (« Faster, higher, stronger — together »), oui.

Un bureau si petit que…

Le bureau du Devoir à Tokyo est tellement petit que la dame qui vient y faire le ménage ne se donne pas la peine d’y apporter un aspirateur. Elle roule simplement sur le tapis un rouleau de papier collant comme ceux qu’on utilise habituellement pour enlever la poussière et les poils sur les vêtements.

 
Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat-Le Devoir.

À voir en vidéo