Coup de coeur et coup de gueule sur la Croisette

Ville emblématique de cinéma, Cannes avait grand besoin de multiplier ses écrans.
Photo: Valery Hache Agence France-Presse Ville emblématique de cinéma, Cannes avait grand besoin de multiplier ses écrans.

Coup de gueule : miniscandale sur les réseaux sociaux

Une vidéo diffusée par un journaliste du New York Times a mis le feu aux poudres. Elle montrait plusieurs chics invités de la soirée d’ouverture au Palais sans leurs masques — obligatoires, même durant les projections — et se faisant la bise sur les marches, par-dessus le marché. La Toile s’est enflammée, estimant que pour les vedettes et les gueux, c’est deux poids deux mesures. Il y eut donc rappel à l’ordre des autorités. Désormais, avant chaque séance, la voix de Pierre Lescure, président du Festival, vient nous exhorter à nous couvrir le nez et la bouche. Mais c’est vrai que ça pique à la longue. Dura lex.

Coup de cœur : Cannes se modernise

Le chic Palais des Festivals accueille des événements ponctuels. Les petites salles commerciales sont vétustes. Mais un autre temple cinématographique a poussé ailleurs. Plus précisément sur les hauteurs de la Bocca, hors du centre-ville. Le nouveau multiplex à forme étrange, entre iceberg et igloo, accueille des festivaliers avant d’ouvrir ses portes au grand public fin juillet. Le style architectural détonne, mais la ville emblématique de cinéma qu’est Cannes avait grand besoin de multiplier ses écrans. C’est désormais chose faite. Tant mieux !

À voir en vidéo