Et les voyages? (bis)

Le Comité consultatif d’experts sur les tests de dépistage de la COVID-19 mis sur pied en novembre par la ministre fédérale de la Santé a déposé son quatrième rapport. Principales recommandations : suppression de la quarantaine de trois jours à l’hôtel, suppression de la quarantaine et des tests avant le départ pour les voyageurs pleinement vaccinés, réduction de la durée globale de la quarantaine à 7 jours au lieu de 14.

Le rapport conclut également à l’efficacité de l’utilisation des tests antigéniques rapides (TAR) pour déceler les cas positifs. Elle varie cependant grandement pour les personnes asymptomatiques.

Le Comité souligne qu’il a consulté plus de 60 experts dans les domaines de la santé, des politiques publiques, des frontières et du transport, ainsi que d’autres intervenants de l’industrie touchés par les mesures frontalières.

Cette précision étant, le rapport recommande notamment que l’obligation pour les voyageurs aériens de faire un séjour à leur arrivée dans les établissements autorisés soit abandonnée. D’autant que « la quarantaine à l’hôtel […] jusqu’à trois jours est incohérente avec la période d’incubation du SRAS-CoV-2 ».

Aussi, les résultats d’études de modélisation indiquent qu’une quarantaine de 7 jours avec un test à la fin de la période peut être tout aussi efficace qu’une quarantaine de 14 jours sans test. Cela dit, le comité recommande le maintien de l’obligation de quarantaine aux voyageurs non exemptés non vaccinés. Pour leur part, les voyageurs non exemptés partiellement vaccinés ou possédant une preuve d’infection antérieure pourraient voir leur quarantaine prendre fin après l’obtention d’un résultat négatif au test à l’arrivée. La quarantaine ne serait pas requise pour les voyageurs non exemptés pleinement vaccinés à moins que le test par PCR à l’arrivée ne confirme un résultat positif.

Le rapport retient les observations scientifiques démontrant que les voyageurs vaccinés ou ayant déjà été infectés présentent un risque plus faible d’importation et de transmission du SRAS-CoV-2. Il cite notamment la mise à jour faite par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) aux États-Unis soulignant que les voyageurs vaccinés sont moins susceptibles de contracter et de propager la COVID-19.

Quant aux tests, ils sont recommandés au départ pour les voyageurs non exemptés non vaccinés ou partiellement vaccinés. On suggère le maintien pour tous du test à l’arrivée sauf pour les voyageurs exemptés, qui se font suggérer des tests volontaires.

Le rapport cite les résultats d’études pilotes menées aux aéroports à partir des tests à l’arrivée démontrant un taux de positivité oscillant entre 1 et 1,37 %, ce dernier résultat venant d’une lecture amorcée le 2 novembre et comprenant un échantillon de près de 51 000 voyageurs non exemptés. Sur une plus longue période, le projet pilote de l’Alberta a permis de constater que la proportion de voyageurs du mode aérien ayant obtenu des résultats positifs dans les 14 jours (2,2 %) n’était pas très différente de celle des voyageurs du mode terrestre (1,9 %). Or, même si ces taux peuvent sembler faibles, ils appuient tout de même « l’importance des tests à l’arrivée comme moyen de réduire la transmission, en particulier la transmission potentielle des variants préoccupants », peut-on lire.

La balle est maintenant dans le camp du gouvernement.
 



Marche à suivre

Les preuves indiquent que les vaccins contre la COVID-19 offerts au Canada sont efficaces contre la COVID-19 confirmée en laboratoire et la forme grave de la maladie. Des données émergentes suggèrent également que la vaccination contre la COVID-19 peut réduire l’infection et la transmission asymptomatiques.

Il reste toutefois une incertitude à l’égard d’une protection réduite de certains vaccins contre la COVID-19 contre certains variants préoccupants. Pour des voyageurs vaccinés il est donc recommandé :

D’exiger des preuves ou des données probantes acceptables, telles qu’elles sont définies par le gouvernement du Canada, de vaccination autorisée et qu’un délai s’est écoulé après la dernière dose de la série de vaccins.

D’éliminer le test avant le départ pour les voyageurs qui entrent au Canada et le test au jour 10.

D’exécuter le test par PCR à l’arrivée au Canada au poste d’exécution de test, à des fins de surveillance. Une surveillance autonome des symptômes et aucune mise en quarantaine n’est requise à moins que le test par PCR à l’arrivée ne confirme un résultat positif.