Vins - Vrac estival: italiens, français...

Notre primeur en rouge, le Rosso di Montalcino.
Photo: Notre primeur en rouge, le Rosso di Montalcino.

École buissonnière cette semaine, cher lecteur-lectrice pour une chronique libre où vous avez le choix des armes. De fabrications italienne et française, car ce sont celles que j'ai eu la chance de fourbir cette semaine, et quelle semaine! Mais auparavant, cinq vins allemands pour se mettre au diapason, tous d'appellation Mosel-Saar-Ruwer.

Eitelsbacher Marienholz Riesling Kabinett (20,35 $): une belle bouteille pour s'initier aux rieslings teutons avec son fruité franc, vivant, d'un bel éclat même s'il n'offre guère de profondeur, surtout à ce prix (**,1). Riesling 2001 Spatlese, Winninger Rottgen, Richard Richter (22,45 $): le caractère unique, incisif et presque troublant du riesling s'accommode ici à merveille de la part de douceur tirée de sa maturité spatlese pour en décupler une profondeur de saveurs tout aussi intenses qu'affirmées. Un vin de joie, de calme, de clarté, voire de sérénité à savourer pour la soif qu'il procure (***,2). Riesling 2001 Spatlese, Trinttenheim Altarchen, Weingut Huberstushof (22,90 $): nez de pollen frais et de zeste d'agrume s'ouvrant sur une bouche droite, tonique, intense et épicée dans un esprit de légèreté pour ne pas dire de liberté. Finale nette, friande et de bonne longueur. Essayez-le sur les endives au jambon (***,2). Falkensteiner Hofberg Riesling Kabinett 2001, Friedrich Wilhelm Gymnasium (19,95 $): robe pâle et brillante, arômes nets, de belle ampleur, chatouillés par le minéral avant de révéler de fraîches notes de citron, presque de pinède. Très léger perlant en entrée de bouche avec alternance des éléments sucrés et acides en symbiose parfaite sur un ensemble léger, délicat et long. Beaucoup de vin à moins de 20 $ (***,2) et Kenximer Altemberg Riesling Spatlese 2001, Bischofliches Priesterseminar (23,90 $): d'une précision d'horloger suisse, pardon, allemand que ce superbe riesling dynamisé par une acidité qui le porte avec un sens inné de l'apesanteur. De la structure sans en avoir l'air pour un vin intense, au fruité généreux à peine taquiné par le minéral. Finale nette, appétissante, de bonne longueur. Un régal! (***,3).

***

Du côté français maintenant, Viré-Clessé 2000, Louis Roche (18,95 $): si vous cherchez un bourgogne blanc sec, riche, rond et enrobé comme un meursault à l'ancienne, ce Viré-Clessé élaboré par la Cave de Viré est pour vous. Fruité substantiel sur un ensemble simple et linéaire mais hautement savoureux sur une poularde à la crème (**,1). Château de Malleret 2000, Haut-Médoc (29,95 $): bon volume fruité se développant sur une trame vineuse soutenue par des tanins mûrs frais et abondants et poursuivant, jusqu'en finale, sur des nuances plus fraîches de résines, d'écorces et de cassis frais. Plaisir assuré aujourd'hui sur la côte de veau grillée. (***,2). Château du Courlat 2000, Lussac Saint-Émilion (24,15 $ — 858704): quel que soit le millésime, les vins de cette appellation offrent toujours un granulé de texture auquel il fait toujours bon se frotter. Un rouge bien en bouche, corsé, parfumé, passant du registre fruité à celui, plus animal, de cuir et d'humus. Bel équilibre pour un vin typé, plein de caractère (***,2). Château Terrey-Gros-Caillou 2001, Cru Bourgeois, Saint-Julien (37,50 $): solide gros caillou, à haute densité intérieure, d'une rugosité toute minérale à l'extérieur, pour le moment sur la réserve mais pourvu d'un fruité abondant encore sous l'emprise de l'élevage. Bouche ferme, bien constituée, développant des nuances animales de cuir et de tabac à l'aération. Pas mal sur le gros gibier. (***,2) Château Laffitte-Teston 2000, Madiran (24,60 $): Ce solide madiran coloré, au fruité mûr et abondant glisse tout doucement vers des nuances plus animales qui ne déplairaient pas à un carnivore attablé pour la bonne cause. Densité et fraîcheur sur un ensemble parfaitement équilibré. Classique (***,2) et, Château de Viella 2001, Madiran, Alain Bortolussi (28,05 $): noir, tout est noir dans ce vin, mais ce n'est pas une raison de ne pas voir la lumière au bout du tunnel. Suffit de le passer en carafe deux bonnes heures ou l'attendre cinq bonnes années. Le plus dense madiran sur le marché, actuellement sur un registre de porto vintage sec, immense et capiteux, d'une mâche fruitée qui donne à manger sans pour autant démolir le palais. Ce qui est déjà un tour de force! (***,3).

***

Du côté italien enfin, Primitivo 2002, Terre del Sole, Pasqua (12,40 $): un solide rouge des Pouilles, sombre et ténébreux, armé jusqu'aux dents de tanins qui se massent aux barricades pour mieux les colmater. Ensemble rustique et corsé, au goût franc de fruits secs et de cacao (**,1). Val della Rose Riserva 2000, Morellino di Scansano, Cecchi (25,30 $): un solide rouge vinifié à l'ancienne, capiteux et aromatique avec ses nuances d'épices, de fleur séchée, de noyau et de bois. Bouche tannique, vivante et convaincante avec son épaisseur et son grain qui évoque à la fois la texture du cuir et l'amertume du tabac. Ragoût et morceau de parmigiano reggiano lui conviendront (***,1). Ruffino Riserva Ducale Oro 1999, Chianti Classico (44,75 $): vin de parfums et de textures (rose, tabac, cuir), capiteux et détaillé, jouant la carte de l'élégance plutôt que celle de la concentration, finement travaillé sur le plan des tanins avec une patine d'ensemble plus près de la tradition que de la révolution. Certains y chercheront plus de générosité et de volume, d'autres, dont je suis, s'en régaleront (***1/2,2) et, Flaccianello della Pieve 2000, IGT Toscana (75 $): au coeur spirituel et géographique des meilleurs terroirs de sangiovese, une cuvée ambitieuse de haute voltige, structurante, puissante et capiteuse jouant l'expression fruitée avec à la fois densité, maturité, vitalité et somptuosité. Ce 2000 n'échappe pas lui non plus à l'idée que l'on peut se faire d'un grand cru ne serait-ce qu'en fonction de sa régularité qualitative exemplaire (****,3).

***

Info SAQ: (514) 873-2020, 1 866 873-2020 ou www.saq.com Potentiel de vieillissement du vin 1: moins de cinq ans; 2: entre six et dix ans; 3: dix ans et plus. ©: le vin gagne avec le séjour en carafe.

jean-aubry@vintempo.com

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.