Le NPD tourne-t-il le dos au Québec?

Il y a dix ans aujourd’hui s’est passé un événement qui a changé le cours de l’histoire politique du Québec et du Canada. Le passage à Tout le monde en parle du chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’époque, Jack Layton, le 3 avril 2011, est survenu à un moment où le Parti libéral du Canada affichait les pires scores de son histoire dans les sondages d’opinion publique et où de plus en plus de Québécois se demandaient si le Bloc québécois avait encore une raison d’être à Ottawa.

À TLMEP, M. Layton, atteint d’un cancer et marchant à l’aide d’une canne, a su présenter son parti comme une solution de rechange progressiste aux deux partis qui détenaient la majorité des sièges au Québec depuis 18 ans, et surtout à un Parti conservateur du Canada jugé trop à droite par une majorité de Québécois. Le courant est passé entre le sympathique chef néodémocrate et les auditeurs francophones.

Cinq semaines plus tard, alors que le PCC de Stephen Harper balayait la plupart des autres provinces canadiennes, le NPD remportait 59 des 75 sièges québécois, avec près de 43 % des votes — plus de trois fois son score de 2008, lorsque le parti n’avait gagné aucun siège au Québec. Grâce à sa percée inouïe au Québec, le NPD est devenu l’opposition officielle à Ottawa pour la première fois, avec autant de députés francophones qu’anglophones, en plus. L’avenir semblait rose pour le NPD, et le PLC semblait presque en voie de disparaître.

Le dilemme de Jagmeet Singh

Dix ans plus tard, force est de constater que l’histoire d’amour entre les Québécois et le NPD a été éphémère. En 2015, le parti a perdu plus des deux tiers des circonscriptions québécoises qu’il avait gagnées quatre ans plus tôt. Aux élections de 2019, le NPD n’a pu conserver qu’un seul siège dans la province, celui de Rosemont–
La Petite-Patrie, détenu par l’excellent député Alexandre Boulerice. À moins de cloner ce dernier, ou d’attirer des candidats vedettes exceptionnels, on voit difficilement comment le NPD pourrait augmenter ses appuis au Québec lors des prochaines élections fédérales, qui auront probablement lieu cette année.

Le passage à TLMEP de Jagmeet Singh dimanche dernier, presque dix ans jour pour jour après celui de M. Layton, a montré parfaitement le dilemme auquel fait face le chef néodémocrate actuel. En essayant de courtiser les jeunes progressistes du Canada anglais, et surtout ceux qui s’identifient au mouvement « woke », M. Singh s’est porté à la défense de l’administration de l’Université d’Ottawa l’automne dernier, lorsqu’elle avait suspendu la professeure Verushka Lieutenant-Duval pour avoir utilisé le mot en « n » dans un contexte strictement universitaire. Il a cependant refusé de rappeler son député Matthew Green à l’ordre lorsque ce dernier a félicité le professeur Amir Attaran pour avoir traité le gouvernement québécois de « suprémaciste blanc ».

M. Singh a eu beau essayer d’expliquer à TLMEP pourquoi il croyait avoir agi de façon cohérente, il avait l’air de trop protester. Après avoir lui-même refusé de s’excuser d’avoir traité un député du Bloc de « raciste » l’an dernier, M. Singh pouvait difficilement demander à M. Green de faire amende honorable maintenant.

Ce serait d’ailleurs décevoir tous ces jeunes militants du mouvement Black Lives Matter qui voient du racisme dans tout geste qui n’est pas explicitement antiraciste. En cautionnant ce langage, M. Singh risque de faire perdre au NPD ce qu’il lui reste d’appuis parmi les Québécois de centre gauche. Mais c’est le prix à payer, semble-t-il, pour attirer de jeunes électeurs ailleurs au Canada.

La porte ouverte au Parti vert du Canada

En tournant le dos au Québec, M. Singh ouvre toutefois la porte à la cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul. Cette dernière a su éviter l’amalgame que font trop de militants antiracistes, dont M. Green, en voyant du racisme dans le refus du gouvernement de la Coalition avenir Québec de reconnaître l’existence du racisme systémique. « C’est le choix de M. Singh de voir s’il veut sanctionner son député. Mais moi, je ne soutiendrais pas un député qui dirait des choses pareilles, a-t-elle déclaré au Devoir à propos de M. Green. Cela ne reflète pas nos valeurs comme parti. Cela ne reflète pas notre expérience avec les Québécois. »

Le PVC, qui a un programme tout aussi progressiste que celui du NPD, vise à remplacer ce dernier comme premier parti de la gauche canadienne. En privilégiant l’environnement comme cheval de bataille, ce parti est déjà devenu un véritable acteur en Colombie-Britannique, où il menace le NPD dans plusieurs circonscriptions. Mme Paul a connu un succès étonnant lors d’une élection complémentaire dans le fief libéral de Toronto-Centre l’automne dernier, obtenant 33 % des votes, soit deux fois plus que son rival néodémocrate.

Elle compte se représenter dans cette même circonscription lors de la prochaine élection générale, en misant sur sa notoriété accrue comme cheffe du PVC pour déloger la députée libérale sortante.

Le Parti vert aurait tout intérêt à recruter des candidats québécois capables de porter la bannière progressiste dans la province sans verser dans l’amalgame. Dix ans après la vague orange, le moment serait peut-être propice à une vaguelette verte. Faute de mieux.


Une version précédente de cet article, qui indiquait au huitième paragraphe « l’existence du racisme systématique », a été corrigée.

14 commentaires
  • Roger Gobeil - Inscrit 3 avril 2021 02 h 13

    Exit le NPD au Québec

    Singh a carrément flushé le Québec. Comment Boulerice fait-il pour rester dans ce parti anti-Québec? Une vraie honte!

    • Christian Montmarquette - Abonné 3 avril 2021 13 h 29

      "Comment Boulerice fait-il pour rester dans ce parti anti-Québec? - Roger Gobeil

      C'est pas parce qu'on est contre le racisme qu'on est contre le Québec.

      Vous devriez plutôt réserver votre honte pour dénoncer le racisme.

      Sur le "racisme systémique"..

      Sans mesures systémiques générales et gouvernementales, on ne pourra pas lutter efficacement contre le racisme individuel qui s'est encastré partout dans le système.

      Et d'après ce que je j'entrevois, le gouvernement sera même contraint de nier lui-même ses propres actions qui nécessitent des modifications du système et des lois qui s'appliquent au système.

      À voir :

      Patrick Huard explique le concept de racisme systémique au ministre Ian Lafrenière - 17 mars 2021

      https://youtu.be/du2kCAWZgWc

  • Yvon Pesant - Abonné 3 avril 2021 05 h 21

    Profil très bas

    C'est le Québec tout entier qui a déjà tourné le dos au NPD.

    Je ne comprends pas comment il se fait qu'Alexandre Boulerice n'a pas encore fait de même. Honte à lui.

    S'il pensait se profiler pour remplacer Jagmeet Singh il serait bien qu'il réalise que ce n'est pas seulement ce dernier mais que c'est son parti politique tout entier qui cautionne les Attaran de ce monde. C'est bas.

  • François Boucher - Abonné 3 avril 2021 07 h 26

    Singh, un chef qui mène au déclin du NPD

    L'attitude et les valeurs pronées par M. Singh n'attire pas la sympathie au Québec. Son appui à exprimer que le racisme systémique devrait être reconnu n'est qu'un clou de plus dans le cercueil Québécois du NPD. J'estime la disparition pure et simple du NPD inévitable à la prochaine élection et M. Singh doit l'estimer aussi, d'où son appui au PLC pour éviter à tout prix une élection.

  • Pierre Rousseau - Abonné 3 avril 2021 08 h 27

    Le véritable NPD 1

    D'abord, quel beau lapsus quand vous écrivez « reconnaître l’existence du racisme systématique. » Systématique au lieu de systémique! J'espère justement que c'est un lapsus et non pas une affirmation car s'il y a du racisme et de la discrimination systémique au Québec, en particulier envers les peupls autochtones, le racisme n'y est certainement pas systématique, loin de là.

    Ceci dit, le NPD a perdu mon soutien pour bien des raisons. D'abord, l'affaire Attaran et la bénédiction du député néodémocrate Green, sans condamnation par le chef Singh, a été la goutte qui a fait débordé le vase. Mais ce n'est pas tout. J'ai vécu en Colombie-Britannique plusieurs années et le NPD a trompé les électeurs à deux reprises. D'abord en 2017 le BC NDP a fait une alliance avec les Verts pour gouverner mais il a quand même continué la dévastation des forêts anciennes de la province et pour se débarrasser du poids de son entente avec les Verts, il a déclenché une élection avant terme, en 2020, pour obtenir un mandat majoritaire. Lors de cette élection il a promis un moratoire sur la destruction des forêts anciennes.

    Réélu, le BC NDP a vite renié ses promesses en environnement en laissant les forêts anciennes être détruites alors qu'il n'en reste que moins de 10% et la dévastation est pire sur l'île de Vancouver. Récemment, le gouvernement Horgan n'a rien fait pour protéger des forêts anciennes de Fairy Creek et de la vallée Caycuse qui tombent sous les tronçonneuses de Teal Jones, une forestière bien amie avec le gouvernement Horgan et qui a obtenu une injonction pour évincer les protestataires avec la police. Pourquoi? Il ne faut jamais oublier que le NPD est surtout l'ami des syndicats et des emplois... donc il ne fera rien pour protéger les forêts anciennes qui ont pris des siècles voire des millénaires à pousser. (à suivre)

    • Bernard Dupuis - Abonné 3 avril 2021 11 h 49

      « Racisme systématique », est-ce un simple lapsus, une erreur inconsciente? Ou bien est-ce une confusion introduite par la notion de « racisme systémique »?

      Tout le monde connaît depuis longtemps le sens français de « systématique »; une idée ou une action qui se répète automatiquement.
      Toutefois, il semble exister autant de sens au mot « systémique » qu’il y a de défenseurs de la notion de « discrimination systémique » : racisme institutionnel, racisme répandu partout au Québec, même dans ses coins les plus reculés et les plus secrets. C’est même une réalité inconsciente et involontaire qui nous détermine. Finalement, c'est comme un lapsus. Peut-on nous reprocher de rien n'y comprendre?

  • Pierre Rousseau - Abonné 3 avril 2021 08 h 40

    Le véritable NPD 2

    Il faut voir ces forêts anciennes, c'est un spectacle extraordinaire et à elles seules elles valent le voyage de partout dans le monde. Imaginez des forêts aux arbres de plus de 90 m de hauteur et des troncs de plusieurs mètres de diamètre. C'est unique et si vous voulez en faire l'expérience, il faut le faire maintenant, avant que le NPD ait fini de toutes les détruire pour sauver des emplois (ça ressemble à Couillard qui disait que les caribous forestiers ne valaient pas les emplois). Ces arbres anciens, souvent millénaires, sont transportés entiers vers les bateaux qui les apportent ensuite en Asie (main d'œuvre peu payée) où ils sont transformés et renvoyés ici et ailleurs dans le monde sous toutes sortes de formes.

    Ces forêts valent plus debout avec le tourisme et la CB est prête à perdre ce tourisme international pour sauver quelques emplois en foresterie. Ce n'est pas tout, le BC NDP a décidé de continuer la construction du barrage du site C sur la rivière la Paix malgré des rapports qualifiant ce projet de 16 milliards $ d'éléphant blanc inutile. Récemment le PM Horgan a confirmé la construction malgré tout et malgré les contestations devant les tribunaux des nations autochtones de l'endroit qui n'ont pas été consultée légalement. D'ailleurs la réconciliation avec les Autochtones a passé par l'attaque de la police fédérale sur les Wet'suwet'en l'an dernier...

    Donc, si vous votez NPD, vous votez pour ce genre de gouvernement qui trompe les gens en se prétendant écologiste et pro autochtone mais qui ne l'est pas du tout. Si les emplois sont votre priorité, alors oui le NPD est pour vous mais, sinon, oubliez ce parti et tournez-vous vers les Verts; au moins eux seront consistants avec leurs promesses et leur plateforme. L'ère Layton est finie depuis son décès et c'était un bref moment de lucidité mais le NPD a repris ses bonnes vieilles habitudes d'antan où le Québec et l'environnement ne pèsent pas lourd dans la balance.

    • Christian Montmarquette - Abonné 3 avril 2021 14 h 18

      @Pierre Rousseau,

      Si je vous comprends bien, vous parlez du NPD provincial de la Colombie britannique, et non de Jagmeet Singh et du NPD-Canada. Alors que ce que vous avancez, serait l'équivalent de comparer le Parti libéral du Québec avec le Parti libéral du Canada. Comme si Justin Trudeau avait quelque chose à voir avec les politiques provinciales des gouvernements Couillard et Charest.

    • Jacques Patenaude - Abonné 3 avril 2021 17 h 44

      @ Montmarquette

      Est-ce que pour vous ça veut dire que les politiques de Trudeau n'ont aucuns liens avec celles de Couillard?