La liberté des uns

Si je décrivais un homme comme «une poubelle qui crache de la marde par les deux bouttes», un «maudit fou» dont le cerveau est «inversement proportionnel» à la dimension de sa grande gueule, et que je suggérais qu'on l'extermine en le passant par une chambre à gaz, il intenterait probablement une poursuite contre ce journal.

La société a adopté des lois pour se protéger contre la violence. La violence verbale est violence autant que les assauts physiques. Elle affecte l'intégrité des personnes visées par des propos méprisants et incendiaires comme ceux cités ci-haut, qui sont tirés d'un échantillon des vomissures jetées en ondes par le morning man de CHOI-FM. Sauf que Jean-François, dit «Jeff», Fillion les avait employés pour décrire une enfant handicapée, deux femmes et les patients d'un hôpital psychiatrique.

Quelle est la méthode Fillion? «Mon plus grand défi, c'est qu'il faut que je passe un message, que je passe mon opinion bien claire. Et il faut que ça provoque assez de réactions pour qu'on ait l'impression qu'il se passe de quoi en ondes», aurait-il expliqué au quotidien Le Soleil, en février 2002. Provocation, donc, avec des «opinions» entretenant des préjugés. Nous sommes loin du «débat d'idées» évoqué la semaine dernière, avec arrogance, par le patron de Genex Communications, Patrice Demers.

Après avoir suscité la haine, voici que ces mercenaires des ondes essaient de passer pour les victimes. Pour des «gars du peuple», pères de famille, condamnés par «la classe dirigeante». Il faut du toupet pour prétendre faire partie des gens d'en bas quand on vaut 25 millions de dollars. En ondes, ils se disent «en tabarnac» et incitent les foules à manifester leur désaccord, sans toutefois donner à leurs auditeurs tous les éléments pour bien comprendre la nature du débat. Pure émotion.

Ceux qui doutent encore de la puissance de la radiodiffusion et de son influence sur les masses devraient réviser leur jugement en voyant ces auditeurs ahuris manifester bruyamment dans les rues de Québec.

L'insulte n'est pas ce qu'il y a de plus répréhensible dans le discours de Fillion. Elle n'est qu'un instrument qui lui sert à donner de la société l'image d'un groupe divisé entre, d'une part, des êtres intelligents, comme lui-même et ses auditeurs probablement, et, d'autre part, des êtres dépourvus d'intelligence, inférieurs, qui ne méritent pas d'exister.

Il est curieux que de grands défenseurs des libertés fondamentales, qui se sont portés au secours de Fillion ces derniers jours en se pinçant le nez, n'arrivent pas à voir la parenté entre ce discours discriminatoire systématique et celui qui a conduit, ailleurs dans le monde, à des atrocités sans nom.

Fillion n'a peut-être pas l'intention de provoquer la violence physique contre les personnes qu'il humilie. Il le fait pour le fric. Il le fait par orgueil. Mais ses propos ont des conséquences.

***

Le CRTC n'a pas censuré CHOI-FM. Il l'a tout simplement rappelé aux responsabilités que confère le privilège de détenir une licence de radiodiffusion et aux propres engagements pris par l'entreprise envers la société. Car c'est bien ce dont il s'agit. CHOI-FM avait signé un contrat avec la société. Et elle ne l'a pas respecté.

Ce contrat octroyait à Genex le privilège de déterminer le contenu diffusé à l'antenne, dans certaines limites décrites par la licence et dans le respect des lois, y compris la Charte des droits et libertés. Un code de déontologie devait s'appliquer et Fillion ne l'a pas respecté. Depuis 2002, le CRTC a reçu 45 plaintes portant sur le contenu verbal diffusé par cette station.

Plusieurs suggèrent que ce genre de litige soit traité devant les tribunaux plutôt que par le CRTC. Ces entreprises ont des assurances pour payer leur défense. Mais où voulez-vous qu'un groupe de promotion des droits des enfants handicapés trouve l'argent pour entamer des procédures onéreuses et humiliantes? Voilà bien une forme de censure sournoise.

Le système du CRTC permet de rééquilibrer les choses. D'une part, il est fondé sur l'engagement même du radiodiffuseur à respecter des normes admises par l'ensemble de la société. Des personnes lésées peuvent porter plainte. Le CRTC ne prend pas les choses à la légère pour autant. On parle de précédent depuis une semaine. Ce n'est pas pour rien. L'organisme réglementaire a pris des précautions infinies. Il a donné deux ans à la station pour s'amender. Il a entendu les parties. Et il a appliqué la loi.

En outre, le CRTC n'empêche pas les recours judiciaires. L'avocat Guy Bertrand pourra facturer son client pour le défendre en appel à la Cour fédérale. La différence, c'est que le fardeau de s'engager dans une procédure longue et onéreuse n'incombe pas au simple citoyen lésé, mais au radiodiffuseur jugé fautif par l'organisme réglementaire au terme d'une procédure bien balisée. C'est une manière de rendre plus équitable l'accès à la justice.

Cette décision ne menace d'aucune manière la liberté d'expression. Au contraire, elle est l'une des défenses les plus lucides de la liberté d'expression des autres. De ceux que Fillion incite tous les matins à se taire ou même à disparaître, en les stigmatisant.

Michel Venne est directeur général de l'Institut du Nouveau Monde. Il s'exprime ici à titre personnel. michel.venne@inm.qc.ca
8 commentaires
  • Pierre-Paul Roy - Abonné 19 juillet 2004 08 h 21

    Le CRTC a raison

    Bravo monsieur Venne pour avoir clairement énoncé les raisons de fermer cette boutique à ordures qu'était CHOI-FM. Quand un égout se met à déborder dans la rue, on appelle d'urgence la municipalité. De même pour les ondes «publiques». Le CRTC a répondu à l'urgence...

  • pierre pignac - Inscrit 19 juillet 2004 09 h 48

    Excellent Mr Vennes !

    J'aime beaucoup votre rigueur, votre clarté et votre sensibilité pour poser ce problème essentiel de la liberté d'expression.

    Oui, les insultes à la radio sont payantes pour ces animateurs.

    Oui, le droit de réponse est totalement bafoué par ces animateurs.

    Oui, le simple citoyen ne peut pas se défendre monétairement devant ces «monstres» radiophoniques qui adorent le veau d'or !

    Merci de votre courage Mr. Vennes ! Merci pour notre liberté d'expression !

    Amitiés.

  • Eric Plamondon - Inscrit 19 juillet 2004 10 h 55

    Alors lapidons les femmes qui tombent enceintes!

    Je suis fier de vivre dans un pays où Le Devoir a le droit d'être en faveur de la fermeture de CHOI RadioX de Québec. Je ne suis pas d'accord, mais vous avez le droit.

    Vous dites que la loi dit qu'on peut fermer une station à cause de son contenu, et que le CRTC est justifié d'agir ainsi? Que CHOI avait seulement à suivre le règlement?

    Et si la punition était pire que le mal? Vous êtes-vous questionné là-dessus?

    La loi islamique suivie dans certains pays ou certaines régions (pas partout, ni par tous les islamistes, je le précise) dit qu'on doit lapider une femme qui est tombée enceinte sans être mariée. Donc, si je suis votre raisonnement, vous allez dire: "Elle avait juste à pas tomber enceinte?"

    C'est bien cela que je dois comprendre?

    Pourquoi Normand Brathwaite peut-il dire en public que Annie Pelletier a couché avec la moitié de la colonie artistique et s'en tirer sans égratignure? Juste avec le salissage auquel des dizaines de personnalités artistiques ont eu droit durant l'émission Piment Fort pendant plusieurs années, il y aurait de quoi fermer TVA 3 ou 4 fois, si je me fie à la logique du CRTC. Mais voilà, TVA est du bon bord de la clôture.

    M. Martineau, des Francs-Tireurs, a écrit dans Voir que Filion, de CHOI, avait traité Martin Deschamps de Monsieur Patate à qui il manque des morceaux. Et il trouvait cela scandaleux! Sauf que...ce sont les Grandes Gueules sur Radio Energie qui ont dit cela. Oups! Méchante bourde! Car Martineau est "buddy" avec Energie... Tout à coup, c'est moins grave, hein?
    Mais de toute façon, Energie est du bon bord de la clôture aussi, et ne sera pas embêté.

    Ce même Martineau dit de Filion qu'il est "excrémentiel". L'ex mairesse de Sainte-Foy, Mme Boucher, aussi ex animatrice à CJMF, dit qu'il est une "ordure". On parle de salissage, ici. Pourtant personne ne les embête.

    Si des gens se sentent lésés, qu'ils poursuivent CHOI. Et si la cour leur donne raison dans leur poursuite, je serai heureux de voir que justice est rendue. Mais jamais je n'accepterai qu'un tribunal administratif, dont l'un des commissaires dormait durant la "comparution" de CHOI (photo à l'appui), détermine pour nous qu'est-ce qui est acceptable ou non. Je connais des gens qui, s'ils étaient au CRTC, établiraient que de montrer la nudité à la TV est innacceptable. Chacun a sa propre ligne, qui ne peut en aucun cas être tracée par le gouvernement.

    Cette décision est inacceptable, un acte d'abus de pouvoir et de censure, rendu par un organisme qui a accordé du crédit à des plaintes anonymes, qui se base sur des extraits cités hors contexte, et dont l'un des commissaires, je le répète, dormait pendant l'audience!



    Plusieurs personnalités - journalistes, humoristes, animateurs, chroniqueurs - ont dit ou écrit des choses encore pires, sans subir quelque pénalité que ce soit. C'est la politique du « deux poids deux mesures ».



    Autre chose que je répète: le remède est pire que le mal. Qu'est-ce qu'a fait CHOI de si mal pour mériter:



    - 40 emplois perdus. Une catastrophe économique!

    - 380 500 auditeurs lésés, dont la liberté de choix n'est pas reconnue!

    - 25 000 000 $ perdus pour un homme d'affaires qui fait rouler l'économie!



    Lorsque la technologie le permettra, Internet sera-t-il la prochaine cible du CRTC? Ils se sont déjà penchés là-dessus. La Chine limite déjà ce que les Chinois peuvent voir sur Internet.



    SVP voyez plus large que de simplement dire "Le règlement dit ça, alors ils avaient juste à suivre le règlement". Dites-ça aux femmes qui se font lapider car elles n'ont pas suivi le règlement.

    Je ne dis pas qu'il ne doit pas y avoir de punition, mais que celle-ci soit soit d'ordre financier, ou que l'on se repose sur le système de justice. Au hockey, le règlement dit qu'on ne doit pas se battre. Si on se bat, on a des punitions. Si la LNH décidait de bannir le Canadien de la Ligue à cause que ses joueurs se battent trop souvent, que diriez-vous? Et ne dites pas "c'est pas pareil": c'est exactement la même chose.


    Ah oui, avant de juger CHOI sur les extraits et verbatim véhiculés par les médias, écoutez CHOI. Informez-vous sur le contexte réel dans lequel ces mots ont été dits. Si vous ne l'écoutez pas, vous n'avez même pas le droit d'émettre une opinion, de toute façon. Y a un gars qui a déjà dit quelque chose comme "donnez-moi une ligne de ce quelqu'un a dit, et j'y trouverai quelque chose pour le faire pendre".



    Rappelez-vous cette annonce télé, où l'on voit un gars qui court dans la rue avec un sac à main. Le CRTC serait sûrement prêt à l'envoyer en prison tout de suite. Mais quand on regarde l'annonce au complet, on voit que le gars rapportait le sac à main à une dame qui l'avait échappé. LE CONTEXTE FAIT FOI DE TOUT.



    Réfléchissez, SVP.



    Liberté! Je crie ton nom sur toutes les ondes de radio et de télévision! Dans tous les éditoriaux de tous les journaux!

    Et le jour où un organisme voudra fermer le devoir à cause de ses opinions ou de la façon de véhiculer celles-ci, je me battrai pour lui!

  • Louis Carrier - Inscrit 19 juillet 2004 11 h 29

    Il est grand temps d'agir contre la pollution des ondes !

    Les Verts qui manifestent contre la pollution des sols et de l'air devraient se réjouir de la décision du CRTC car c'est le premier pas vers l'assainissement des ondes "publiques " ( il ne faut jamais l'oublier) et le peuple entier devrait applaudir le fait que les rumeurs dvastatrices de réputations ,les violences verbales contre les handicappés, les politiciens, les artistes , ceux qui ne rencontraient pas les normes de certains diffuseurs ou "morning man" et, aussi que tout le tintamarre vicieux qui droguait la population soient bannis a tout jamais de la radio québécoise . La liberté d'expression ! Que de péchés avons nous faits en ton nom !

  • claude provencher - Inscrit 19 juillet 2004 20 h 54

    Le petit chaperon rouge .com

    Il était une fois une petite fille qui allait visité sa grand-mère en lui apportant de la nourriture plein le panier. Sur son chemin elle rencontrait le méchant loup qui lui demande:où vas tu petite fille de merde? Je vais voir ma grand-mère qui est malade. Ah bon répond le loup,Tu sais petite fille ta grand-mère elle est vieille on devrait l'envoyer à la chambre à gaz et exterminer tous les personnes agées.La petite fille(Latimer) n'écoutant pas ce genre de gastro-verbale continuat son chemin.SURPRISE à la maison de la grand-mère.La petite fille(Latimer)s'approchat du lit et dit: Oh,la la, grand-mère comme tu as une grande gueule.Oui petite merde répond le méchant loup c'est pour mieux dévoré tous ceux et celles qui ne peuvent se défendre comme toi petite handicapé.Vous connaissez la suite.La pauvre petite s'était trompé de station (radio)