La liste de lecture de Jean-François Lisée

La liste de lecture du premier ministre François Legault a fait couler beaucoup d’encre — et de mots ! — dans les derniers jours… Deux de nos chroniqueurs, d’horizons politiques différents, ont accepté à leur tour de se prêter au jeu. Envie de confronter vos idées à leurs sources de réflexion ?

1. Ta mort à moi

David Goudreault, Stanké, Montréal, 2019, 304 pages

Le seul scandale, avec ce livre magnifique, ambitieux et pétillant, c’est qu’il n’a pas reçu le prix Goncourt.

2. La petite fille qui aimait trop les allumettes

Gaétan Soucy, Boréal, Montréal, 1998, 182 pages

Beau et triste à vous fendre le cœur.

3. Le rêve de Champlain

David Hackett Fisher, Boréal, Montréal, 2011, 1008 pages

Remarquable fresque sur notre plus grand héros : Champlain.

4. Histoire des Patriotes

Gérard Filteau, Septentrion, Québec, 2003, 632 pages

Colonialisme, espoir, rébellion, répression sanglante : une lecture indispensable.

5. Camille Laurin. L’homme debout

Jean-Claude Picard, Boréal, Montréal, 2003, 566 pages

La vie d’un homme plus grand que nature, remarquablement racontée.

6. Les rêves de mon père

Barack Obama, Points, Paris, 2020, 571 pages

Fascinante discussion de la question raciale américaine à travers l’histoire personnelle d’Obama.

7. La tache

Philip Roth, Folio, Paris, 2004, 496 pages

Roman prémonitoire sur les dérives de l’obsession racialiste, par un auteur chevronné.

8. Elon Musk. L’homme qui va changer le monde

Ashlee Vance, Édito, Montréal, 2016, 368 pages

La question : qui de Steve Jobs ou d’Elon Musk est l’innovateur le plus important du dernier siècle ?

9. À quoi ça sert de grandir ?

Harold Gagné, Libre expression, Montréal, 2011, 256 pages

Ces récits de vies à la DPJ sont bouleversants au point qu’on ne peut les lire d’un trait.

10. Journal d’une humaniste

Sylvie Bergeron, La Guaya, Montréal, 2018, 280 pages

Remarquable histoire d’une missionnaire québécoise en Algérie, racontée par une plume de qualité, celle de ma conjointe

34 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 11 décembre 2020 01 h 20

    Et pourtant les milliardaires ne versent pas un sou en reconnaissance à la société qui les a enrichis!

    À propos d'Elon Musk, il ne faut jamais oublier que c'est avec l'argent de nos gouvernements qui ont financé la recherche qui a permis à ce milliardaire de créer la voiture électrique. C'est ce que révèle l'économiste célèbre, Mariana Mazuccato, dans son livre: «L'Etat entrepreneur: pour en finir avec l'opposition public-privé».
    L’économiste Mariana Mazzucato rappelle que les plus grandes inventions actuelles, dont les smartphones, n’auraient jamais été possibles sans les investissements de l’État.
    « Steve Jobs était indiscutablement un vrai génie digne d’admiration », dit-elle –, mais souligne simplement que ces inventions s’appuient sur des décennies de recherche fondamentale et de vraies prises de risques financées par les gouvernements.
    Ainsi, le smartphone utilise des technologies développées par le secteur public : Internet (dont l’ancêtre, Arpanet, a été financé par le Pentagone), le GPS (développé dans les années 1970 pour déterminer l’emplacement de matériel militaire) ou encore l’écran tactile (inventé grâce à un projet financé par la National Science Foundation et la CIA).

    • François Beaulne - Abonné 11 décembre 2020 09 h 24

      Monsieur Lisée ne dit pas s'il endosse ou non la teneur des livres qu'il nous propose. Il ne fait qu'attirer notre attention sur des ouvrages qui lui ont paru intéressants, percutants, bien documentés et instructifs. Personnellement je ne connaissais pas certains de ces livres que le confinement dans lequel nous passerons les Fêtes de fin d'année m'incite à lire.
      Je comprends le sens de votre commentaire mais il ne faudrait tout de même pas se priver de lire des ouvrages sous prétexte que l'idéologie qu'ils véhiculent ne correspond pas à la nôtre. Avec ce raisonnement on fermerait les yeux sur Mein Kampf d'Adolf Hitler ou Das Kapiltal de Karl Marx, pourtant des oeuvres qui ont marqué l'histoire et qu'il est dans notre intérêt de connaître pour mieux comprendre les bouleversements qui ont marqué le XXème siecle.

    • Daniel Grant - Abonné 11 décembre 2020 09 h 29

      Mais Mme Nadia, d’habitude je vous suis et je vous comprend, mais ce matin ça ne va pas..
      Vous allez lire et relire Elon Musk 3 fois comme punition…

      et vous êtes priée de ne pas déranger les génies qui font les choses pendant que ses détracteurs perdent notre temps à nous dire que c’est impossible.

      Ça va vous faire du bien pcq de toute évidence vous n’avez rien compris de la mission de Tesla et Elon Musk.

      Elon Musk aurait pu dans sa vingtaine prendre sa fortune qu’il a acquis par son génie des affaires, acheter une île et vivre sans souci pour le reste de ses jours, mais il a tout investi son propre argent pour inventer un futur pour l’humanité, un avenir durable pour l’humanité.

      La mission de Tesla est d’accélérer la transition vers un avenir durable pour l’humanité et ça vous ne l’avez pas saisi.

      Si sa fortune a augmenté de plusieurs milliards dernièrement c’est pcq on ne peut pas le payer plus cher et il a entraîné beaucoup de gens à s’enrichir avec lui. Elon Musk est ce genre de génie qu’on rencontre que très rarement.

      Il a plus de cellules intelligentes dans ses talons que dans le cerveau combiné de tous ses détracteurs et marchands de doute que vous semblez avoir lu.

      Les emprunts gouvernementaux dont vous parlez ont tous été remboursés avant échéance et avec intérêt par Tesla, demandez donc à Ford et GM, vous savez ceux qui persistent à nous maintenir dans cette brume toxique de leurs tuyaux d’échappement le plus longtemps possible pour nous faire les poches, où ils en sont avec leurs subventions grotesques et leurs remboursements au gouvernement pour les sortir du trou.

      Cessez de critiquer la forme du doigt de Elon Musk qui pointe vers un avenir meilleur pour l’humanité.

    • Nadia Alexan - Abonnée 11 décembre 2020 11 h 07

      Vous avez tort, monsieur Grant. Elon Musk n'a pas remboursé les fonds versés par le gouvernement parce que ce n'étaient pas un emprunt, mais une subvention.
      De plus, un milliardaire devrait être capable de donner des jours de congé de maladie à ses travailleurs et de payer sa juste part d'impôts. La cupidité des affairistes est proverbiale.
      «Elon Musk a ouvertement critiqué les efforts des autorités américaines pour minimiser les dommages économiques de la pandémie de Covid-19 alors que son entreprise de voitures électriques Tesla a reçu des aides gouvernementales afin de l’aider à être rentable pendant le deuxième trimestre 2020». https://www.forbes.fr/business/elon-musk-fait-de-lesbroufe-face-au-gouvernement-americain/

    • Nadia Alexan - Abonnée 11 décembre 2020 11 h 22

      À monsieur François Beaulne: Je critique simplement notre fascination, mal placée, avec les milliardaires qui bâtissent leur richesse avec les subventions de l'État, mais ils sont trop avares et trop égoïstes avec leur argent en reconnaissance à la société qui les a enrichis.
      Pire encore, ils n'ont pas la décence de fournir des conditions de travail adéquates à leurs employés.
      Jeff Bezos, le propriétaire d'Amazon, ne donne pas même le temps à ses employés de faire pipi! C'est scandaleux!

    • Dominique Boucher - Abonné 11 décembre 2020 11 h 23

      @ Daniel Grant

      Une Tesla, cʼest une auto à batterie rechargeable, cʼest-à-dire une auto qui fonctionne — dépendant dans quelle région du monde où vous vous trouvez — à lʼhydro-électricité, au nucléaire, au gaz, au mazout ou... au charbon (solaire et éolien sont quasiment négligeables). En plus du problème des matériaux nécessaires à la production à très grande échelle de batteries. Une électrification de masse des véhicules automobiles augmenterait considérablement la demande de certains de ces matériaux — le lithium, entre autres — et imposerait une pression difficilement soutenable sur l'offre mondiale de ces matières premières. Une prédiction? Lʼoffre de véhicules automobiles fonctionnant à lʼhydrogène va croître très rapidement et surpasser considérablement celle des électriques. Et encore une fois, sauf pour des besoins très spécifiques, lʼauto à batterie va être mise au rancart. On verra...

      Jean-Marc Gélineau, Montréal

    • Jean Richard - Abonné 11 décembre 2020 11 h 35

      Elon Musk, l'homme qui va changer le monde

      Si on se fie au titre pour avoir un aperçu du contenu, on ne peut que demeurer perplexe. Elon Musk n'a jusqu'à maintenant pas réussi à convaincre tout le monde du faux rôle de messie qu'on lui accorde.

      C'est toujours délicat d'égratigner un peu les croyances quasi religieuses de certains, mais disons-le d'emblée : Elon Musk ne changera pas le monde car il est un pur conservateur. Comment un conservateur peut-il changer le monde ? Le conservatisme est aux antipodes du changement.

      Économie – « Le meilleur moyen de s'enrichir est de perdre de l'argent » – Alors, oui, Elon Musk a eu le génie de pouvoir comprendre les rouages tortueux du capitalisme sauvage et d'en tirer parti. Mais changer le monde en poussant encore plus loin le capitalisme sauvage est-il le changement que nous souhaitons ?

      https://www.capital.fr/auto/avec-tesla-elon-musk-prouve-que-le-meilleur-moyen-de-senrichir-est-de-perdre-de-largent-1363469

      Société – Ce qu'on retient le plus de l'histoie d'Elon Musk, c'est probablement la Tesla. À y regarder de plus près, c'est quoi la Tesla ? Rien de plus, rien de moins que la renaissance du gros char américain. Ça rejoint la pensée de... Donald Trump : « Make America great again ». La Tesla, c'est le gros char américain 2.0. Donner une deuxième jeunesse drapée de virginité au modèle automobile du XXe siècle n'a rien d'un changement souhaité par ceux et celles qui s'inquiètent à juste titre de l'état de l'environnement. À l'heure où une pandémie pourrait nous forcer à revoir notre façon d'occuper le territoire, l'évolution de la science nous oblige à rejeter le modèle automobile, non viable, et va nous obliger à revoir notre modèle économique, qui reviendra à civiliser le capitalisme et à freiner l'appauvrissement et la concentration des richesses. Les préoccupations environnementales ont précédé la pandémie et lui survivront.

      Changer le monde avec le gros char américain 2.0 ? Non, merci !

    • Daniel Grant - Abonné 11 décembre 2020 14 h 48

      @D. Boucher ou JM Gélineau
      Je vois que vous avez bien appris votre ritournelle de petites phrases prêt-à-penser colportées par les trolls du pétrole.

      Je vous comprend, cette propagande est tellement bien ficelée par les menteurs professionnels à la solde du fossile que même ceux qui font la promotion du VE et les écolos ont mordu à l’hameçon.

      Si vous voulez avoir l’heure juste sur ces sujets je vous suggère:
      https://acontresens-lefilm.fr/a-contresens-marc-muller-explique-son-film-explosif-sur-la-voiture-electrique/
      et le 17 décembre il y aura un webinar pour démentir toute cette propagande qui circule dans les média menteurs.

      Ne vous faites pas arnaquer par la petite goute d’eau de l’hydrogène.
      L’H fait parti des énergies fossiles pcq si c’était une énergie propre pour remplacer le fossile, les armées de communicants bien cravatés attaqueraient aussi l’H par une guerre d’information comme ils le font en matraquant la mobilité électrique et les énergies renouvelables sur les média.

    • Daniel Grant - Abonné 11 décembre 2020 15 h 00

      Mme Nadia Alexan
      Si ce que vous dites était vraie, Tesla ne serait pas sur le point d’entrer sur le Standard & Poor le 21 décembre, vous savez la journée la plus ‘SHORT’ de l’année au grand malheur des vendeurs à découvert qui ont tout fait pour salir la réputation de Tesla sur les média, et je ne serais pas surpris que votre référence en fasse partie, mais qui a continué à progresser malgré tout.
      Ça prend un minimum de 4 trimestres rentables pour qualifier et Tesla est à son 5ième trimestres profitables. Comme je vous écrivais il faudrait que vous lisiez son livre et allez faire un essais routier d’une Tesla ça va vous faire du bien.
      Bonne lecture et bonne route sans émission.

    • Daniel Grant - Abonné 11 décembre 2020 23 h 25

      M. Richard
      Vous devriez suivre la recommandation de J.F Lisée et lire ce livre sur Elon Musk et apprendre qui est ce génie.

      Votre version abracadabrante de Tesla montre bien que vous ne comprenez pas.

      Avant de tordre la vérité il faut d’abord commencer par la connaître.
      À force de vous lire répéter de l’information de seconde main répandue par les trolls du fossile sur les médias ça vous dé-crédibilise.

      Après avoir enlevé vos insultes, vos demi-vérités, vos non-vérités, vos épithètes il ne reste plus grand chose à discuter sérieusement.

    • Dominique Boucher - Abonné 12 décembre 2020 04 h 18

      @ Monsieur Grant

      «vous êtes priée de ne pas déranger les GÉNIES »
      «la MISSION de Tesla et Elon Musk.»
      «il a tout investi son propre argent pour INVENTER UN FUTUR POUR L'HUMANITÉ ,»
      «La MISSION de Tesla est d’accélérer la transition vers un AVENIR DURABLE POUR L'HUMANITÉ »
      «Elon Musk est ce genre de GÉNIE qu’on rencontre que très rarement.»
      «Il a plus de CELLULES INTELLIGENTES DANS SES TALONS que dans le cerveau combiné de tous ses détracteurs et marchands de doute que vous semblez avoir lu.»
      «[le] doigt de Elon Musk qui pointe vers un AVENIR MEILLEUR pour l’humanité.»

      Désolé, mais votre apologie béate de Musk (qui a ses qualités, bien sûr) me semble un tantinet excessive (et ridicule).

      * * *

      «L’H[ydrogène] fait parti des énergies fossiles [...]»

      Euh... Sans commentaire...

      * * *

      «Aux États-Unis et en Chine, l'électricité est principalement produite à partir du charbon (40% et 80%). En 2015, les voitures électr. y ont produit 250 000 t. de CO2e de plus que si elles avaient été à essence. En Norvège, en France ou en Suède, le bilan est meilleur, à cause du nucléaire / hydro. [...] En 2015, les voitures électriques ont produit dans le monde autant d'émissions de GES que si elles étaient thermiques.»

      * * *

      Sans compter les dizaines de milliards de batteries qui sʼaccumuleront (on ne sait pas encore comment les recycler).

      Article dans Nature: https://tinyurl.com/y5xh5mfo

      Encore un complot des pétrolières?

      * * *

      Je ne possède pas dʼautomobile et je suis abonnné au service dʼautopartage Communauto parce que jʼen suis arrivé à la conclusion que de ne pas posséder dʼautomobile (quand cʼest possible) était la meilleure façon de réduire son empreinte carbone (et, non, jʼveux pas une médaille — si jʼavais absolument besoin dʼune auto, jʼen aurais une). Alors, de grâce, nʼessayez pas de faire de moi un allié des pétrolières.

      Jean-Marc Gélineau, Montréal

    • Daniel Grant - Abonné 12 décembre 2020 09 h 20

      @ Dominique Boucher
      Hydrogène du fossile! oui certainement

      On a pas besoin d’être musicien pour reconnaître les fausses notes de ces charlatans qui veulent nous faire croire que c’est de l’énergie propre.

      Elle est mignonne cette petite goute d’eau bleue qui scintille au bord d’un tuyau d’échappement mais elle a le pouvoir d’hypnotiser beaucoup de gens qui pense que c’est de l’énergie propre. Ça fait 25 ans que l’industrie du fossile/auto siphonne l’argent du public pour nous faire croire qu’il n’y aurait pas de problème à être assis sur une bonne H qui coûte des fortunes alors que tout le monde a déjà une borne de recharge niveau 1 à la maison avec du 120v pour recharger un VE.

      Ne mélangez pas l’usage industriel de l’H et ce qui pourrait devenir un usage grand public.
      voir l’explosion d’une station H en Norvège
      https://www.automobile-propre.com/explosion-dune-station-dhydrogene-en-norvege-premiers-resultats-de-lenquete/


      Si on ne fait pas attention c’est ici au QC que ces vautours du pétrole vont pulvériser le fond vert et l’avance qu’on a dans le domaine de l’électricité propre avec une lobbyiste du pétrole rendue à la tête de HQ qui essaye de nous passer cette arnaque en mélangeant l’H avec son gaz méthane de fracturation (soi-disant naturel) et gaz métro (déguisée en Énergir, oui mon ti-loup t'as l'air d'un agneau) a le culot de nous faire croire que ce sont des pelures d'oignons.

      https://www.desmogblog.com/2020/12/09/fti-consulting-fossil-fuel-pr-group-behind-europe-hydrogen-lobby?utm_source=DeSmog%20Weekly%20Newsletter
      Dans vos lectures vous pourriez en profiter pour lire "Climate Cover-Up" voir à la fin de ce lien.

      Les batteries en fin de vie, ne vous en faites pas elles sont toutes recyclées pour éviter plus d'extraction, soit par la loi comme en Europe ou sinon par ceux qui sautent dessus pour se faire une génératrice propre ou pour convertir des machins polluants en mobilité électrique.

    • Dominique Boucher - Abonné 12 décembre 2020 10 h 55

      @ Monsieur Grant

      De lʼarticle de Nature (Janvier 2020) mentionné dans mon commentaire précédent :

      «Some recent life-cycle analyses has indicated that the application of current recycling processes to the present generation of electric-vehicle LIBs may not in all cases result in reductions in greenhouse gas emissions compared to primary production. More efficient processes are urgently needed to improve both the environmental and economic viability of recycling, which at present is heavily dependent on cobalt content. However, as the amount of cobalt in cathodes is reduced for economic and other reasons, to recycle using current methods will become less advantageous owing to the lower value of the materials recovered.»

      Soit dit en passant, nul besoin dʼinvoquer un «complot» chaque fois quʼun argument critique de lʼélectrification («batterification») des véhicules automobiles est avancé. Ça donne un peu une impression de complotisme paranoïaque...

      Je vous souhaite quand même bien du plaisir au volant de votre Tesla!

      Jean-Marc Gélineau, Montréal

  • Nadia Alexan - Abonnée 11 décembre 2020 02 h 01

    L'insouciance des milliardaires est proverbiale.

    Selon Robert Reich: «Depuis le début de la pandémie:
    La richesse d’Elon Musk a augmenté de 118,5 milliards de dollars. Et pourtant il a forcé tous ses travailleurs d'accepter une réduction de salaire de 10% de la mi-avril à juillet. Les travailleurs n'avaient pas le droit de prendre un congé de maladie s'ils contractaient le coronavirus.
    Au cours de la même période, l'action Tesla a explosé et la valeur nette du PDG Elon Musk a quadruplé, passant de 25 milliards de dollars à plus de 100 milliards de dollars».
    «Musk est un baron voleur des temps modernes».

  • Nicolas Longtin-Martel - Abonné 11 décembre 2020 05 h 46

    9 hommes, 1 femme?

    ça en dit long sur qui Lisée lit (mais surtout, qui il ne lit pas)

    • Nicolas Longtin-Martel - Abonné 11 décembre 2020 08 h 41

      On me glisse à l'oreille que ce dernier livre est écrit par sa conjointe...

    • François Beaulne - Abonné 11 décembre 2020 09 h 07

      Je ne vois pas le lien entre votre commentaire et cette liste fort diversifiée et beaucoup plus originale que celle proposée jusqu'ici par ceux et celles qui se sont prêtés à l'exercice. Votre obsession liée à la rectitude politique du jour n'a pas sa place dans cette initiative tout à fait louable et instructive du Devoir de nous faire connaître, à travers des personnalités publiques, des oeuvres littéraires que plusieurs lecteurs ne connaissent pas.
      Au cas où ça vous aurait échappé, on n'a pas demandé à Monsieur Lisée de proposer la formation d'un cabinet gouvernemental.

    • Fréchette Gilles - Abonné 11 décembre 2020 09 h 27

      Bon, maintenant il faut lire moitié-moitié homme-femme. Ne pas oublié LGBTQ++, les racisés, les Trans-genre et tutti quant. Surtout, ne pas avoir de plaisir. Sait-on jamais, cela pourrait choquer les nouveaux curés.

    • Gilles Théberge - Abonné 11 décembre 2020 10 h 05

      Quand on a rien à dire, on dit n'importe quoi. La preuve est là, droit devant nous...

      Incroyable !

    • Nicolas Longtin-Martel - Abonné 11 décembre 2020 11 h 43

      Mais Lisée peut lire qui il veut!! Qu'est-ce que c'est que ces hauts cris de ces nouveaux curés qui hurlent "rectitude politique!" chaque fois qu'on souligne une évidence, un fait, qui est apparemment déplaisant au point de le qualifier d'obsession?

      Fort diversifiée cette liste? 4 biographies, un mémoire et un recueil de témoigage, 1 livre d'histoire politique, 2 romans québécois et un roman américain, vous pensez sincèrement que c'est une liste diversifiée? Cela en dit long sur l'entourage d'une personne de penser que voilà une pluralité.

      Incroyable! On ne peut plus rien dire maintenant sans être accusé de je ne sais quoi!!!

    • Jean-Charles Morin - Inscrit 11 décembre 2020 13 h 03

      "Neuf hommes, une femme?... ça en dit long sur qui Lisée lit (mais surtout, qui il ne lit pas)" - Nicolas Longtin-Martel

      Tant qu'à faire des décomptes qui ne mènent nulle part:

      - La liste ne contient aucun auteur français (ou allemand, ou espagnol, ou italien, ou russe, ou arabe, ou chinois, ou brésilien, ou birman, ou guatémaltèque, etc...)

      - Il n'y a qu'un seul auteur noir (ou à moitié noir), un seul auteur juif et aucun amérindien.

      Voilà qui en dit long. Rien à ajouter, la preuve est faite qu’il y a ici quelque chose de pas normal.

      - Par contre, Monsieur Longtin-Martel ne nous dit pas si, d’après sa savante analyse, cette liste contient des auteurs gauchers ou droitiers, des gens aux yeux verts ou aux yeux bleus, chauves ou barbus, cardiaques ou diabétiques, ayant ou non des prothèses dentaires, citadins ou campagnards, propriétaires ou locataires, détenus ou toujours en liberté, malades ou handicapés, vivants ou décédés, croyants ou athées, cisgenres ou LGBT, membres du Club Costco ou pas, etc.

      Pour les gens comme Monsieur Longtin-Martel, toutes ces données statistiques sont certainement révélatrices de quelque chose de vital, sinon d'extrêmement important, mais de quoi donc? On se le demande.

    • Jean-Charles Morin - Inscrit 11 décembre 2020 18 h 12

      "Incroyable! On ne peut plus rien dire maintenant sans être accusé de je ne sais quoi!!!" - Nicolas Longtin-Martel

      Monsieur Longtin-Martel est certainement en droit de dire ce qu'il veut, tout comme beaucoup d'autres, dont je suis, sont parfaitement en droit de se poser des questions sur la pertinence de son point de vue et d'en faire publiquement la remarque.

      Il ne faut pas perdre de vue que ce forum en est un pour débattre.

      Comme le disait fort justement un autre intervenant, Monsieur Longtin-Martel fait passer le sexe avant le texte. C'est bien sûr son affaire. Il doit néanmoins assumer les propos qu'il avance et se préparer à affronter les critiques qui ne manqueront pas de fuser à son endroit, ou bien se résoudre à se taire pour se faire oublier de ses détracteurs.

  • Dominique Boucher - Abonné 11 décembre 2020 07 h 12

    8 et 10...

    10 — Monsieur Lisée nous fait le même coup que Michel David. On leur demande de choisir 10 livres parmi des milliers et des milliers et ils trouvent le moyen dʼinclure un titre de leur conjointe dans leur liste. Assez limite... Dans l'œil de l'aigle et Le Naufrageur, tant quʼà y être?

    8 — Choisir entre Elon Musk et Steve Jobs? Ah, bon... La diode, le transistor, le réfrigérateur domestique, la pénicilline, la télévision, lʼordinateur, la fusée, le satellite artificiel...

    Jean-Marc Gélineau, Montréal

    • François Beaulne - Abonné 11 décembre 2020 13 h 58

      Et pourquoi pas? Monsieur Lisée, ni d'ailleurs M. David ne sont en situtation d'autorité gouvernementale. Vous confondez la notion de <conflit d'intérêt>. L'ancien Premier Ministre Parizeau ne se gênait pas pour dire toute l'admiration qu'il éprouvait, avec raison, pour son épouse, Alice, auteure d'origine polonaise, reconnue et appréciée au Québec.
      Tant mieux si ils ont profité de cette occasion pour nous informer et nous intéresser à lire ces ouvrages. Tous les deux sont des références en matière de culture générale et leur maîtrise de la langue française est bien connue.
      Je doute qu'ils nous auraient proposé des lectures de qualité médiocre. Le lien de parenté n'a rien à voir là dedans.

    • Dominique Boucher - Abonné 12 décembre 2020 00 h 55

      « Vous confondez la notion de <conflit d'intérêt>. »

      Je ne confonds rien du tout. Il y a bel et bien apparence de conflit dʼintérêt. Libre à vous de trouver ça éthiquement acceptable.

      Jean-Marc Gélineau, Montréal

  • Michel Lebel - Abonné 11 décembre 2020 09 h 15

    Question de liste...

    Pourquoi Jean-Francois Lisée sent-il le besoin en fin de liste de souligner un livre de sa conjointe? Cela me dépasse, comme Michel David citant cette semaine aussi un livre de sa conjointe. Le truc semble donc une mode et au diable toute apparence de conflit d'intérêt. L'influence d'un certain Fitzgibbon semble se répandre... Enfin il faut dire que la liste de lecture d'Odile Trembay est nettement plus intéressante.

    M.L.

    • Jean-Charles Morin - Inscrit 11 décembre 2020 13 h 06

      En effet, Monsieur Lebel, il semble que le népotisme de bon aloi revient à la mode. Pour ma part, je me serais gardé une petite gène pour ne pas déparer inutilement une liste qui, autrement, est plus qu'intéressante.

    • François Beaulne - Abonné 11 décembre 2020 13 h 43

      Encore votre jupon partisan libéral qui dépasse. Vous ne dupez personne avec votre commentaire!

    • Christian Gagnon - Inscrit 11 décembre 2020 14 h 45

      Tout comme Michel David, J.-F. Lisée parle du livre de sa conjointe en toute transparence. Il y aurait eu matière à reproche si ça n'avait pas été le cas. On comprend d'ailleurs qu'en le faisant lui aussi, Lisée fait un clin d'œil à David, l'air de dire, "La mienne aussi." Ce que MM. David et Lisée veulent exprimer par là, c'est un très classique "J'aime ma femme". Pas de quoi appeler sa mère...

    • Marc Therrien - Abonné 11 décembre 2020 17 h 45

      Il y a eu Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Il y a maintenant Jean-François Lisée et Sylvie Bergeron.

      Marc Therrien