Santé - Sexy dans mes rêves

Cette dame rêve la nuit et, le lendemain, ce qu'elle a rêvé, elle le voit dans les journaux! Elle n'en a jamais beaucoup parlé, mais quand elle a entendu Nicole Gratton dire qu'on peut programmer ses rêves, écouter ses rêves, avoir des rêves prémonitoires, et que la science évolue pour nous expliquer notre cerveau et ses ondes... notre rêveuse a pris le téléphone en se disant: enfin, quelqu'un qui va me croire!

La première fois que j'ai rencontré Nicole Gratton, c'est sa générosité qui m'a frappée. J'animais une émission de radio à CKAC et je me sentais un peu perdue. Sa disponibilité fut un baume sur mon âme énervée, et des gens comme ça, si on en rencontre, on s'en rappelle. Je ne savais pas à ce moment-là qu'elle avait consacré tant de temps aux rêves, à en écrire des livres et à tenir une école de rêves, où elle enseigne aux gens à se servir de leurs rêves pour se comprendre un peu mieux. Alors, à la première occasion, je l'ai invitée à nouveau, et chaque fois que j'en reparle, il y a un Gaston pour me dire qu'il ne se souvient jamais de ses rêves et une Jeanine qui peut vous en raconter le menu détail.

Mais quand Gaston se souvient, mes amis, c'est salé! Notre Gaston est sexy, il a du succès et accomplit des prouesses avec des étrangères, c'en est gênant. Jeanine, si elle le savait, se sentirait-elle jugée?

Non, monsieur, Jeanine en aurait des sucrées à raconter! Si son yin est en santé, elle saute sur l'homme, mais si elle a été séduite par un Adonis qui l'adore, c'est que la stabilité de sa relation la laisse un peu sur sa faim de désir ou de tendresse. «La psyché du rêve suit l'évolution des rêveurs», m'explique Nicole Gratton, qui ajoute: «Les rêves érotiques sont bons pour la santé. Les hormones sécrétées la nuit sont réelles. L'interleukine sécrétée dans les moments d'extase est bénéfique pour le corps. C'est pour ça qu'il est bon de cultiver les rêves sensuels!»

Ça vous change de W. Bush, non? Ou, comme dit la pub: pense cochon, minou! Alors, sexy dans tes rêves? «Au-delà de l'apparence, être sexy est une forme d'énergie. La personne qui est sexy dans ses rêves peut prendre conscience qu'elle est attirante, en dépit de ce qu'elle pense de son physique, et qu'elle se sent attirée par les autres. Elle peut valider son rêve en se disant: ce que je dégage est bon pour les autres.» Rien que pour ça, conclut Madame Gratton, ça vaut la peine de s'occuper de ses rêves.

Un outil de santé gratuit, en somme! Sur l'écran noir de mes nuits de cinéma, le personnage de mon rêve est un acteur bourré de renseignements, et, c'est un comble, en tant que réalisatrice et productrice, je pourrais choisir la fin, voire commander un scénario. Seule notre ignorance nous prive de cette mine de renseignements où nous pouvons rêver notre futur, pour reprendre une expression de Richard Moss, un Australien qui milite pour une culture du rêve.

Réunis en congrès international à la fin juin, les médecins, psychologues, chamans et autres passionnés du monde entier qui sont membres de l'Association of Study of Dreams ont partagé leur travail et leurs découvertes. C'est ainsi qu'on a révélé avoir trouver de nouvelles méthodes pour aider les gens qui font des cauchemars post-traumatiques. Des chercheurs ont mis au point de nouvelles techniques pour terminer le rêve de façon positive. Un outil de soin, le rêve? Mieux encore, écrit Richard Moss; dans une culture du rêve, «les coûts de santé dégringoleront parce que, lorsqu'on écoute nos rêves, on reçoit les clés de l'autoguérison».

Si vous allez fureter dans le site de l'association, vous constaterez les ramifications des expériences et des travaux. On fait des rêves de groupe, on poursuit les travaux d'Anna Freud en étudiant les rêves des enfants, des artistes créent à partir de leurs rêves, on utilise les rêves en hypnothérapie. Allez voir, vous constaterez l'étendue des connaissances. Quand on en revient, on est plus ouvert à l'idée que prédire notre vie en rêve n'est peut-être pas si fou. Même si les audacieux qui expérimentent n'en parlent qu'entre eux, pour ne pas avoir l'air fou!

Nicole Gratton compare les rêves aux prévisons météo: celles-ci supposent que, si les conditions actuelles se maintiennent, il y aura du beau temps ou un orage. Ainsi en est-il d'un rêve qui peut permettre de modifier ce qui ne nous convient pas. Et quand je m'étonne, elle me répond que notre cerveau est connecté au cerveau universel, un peu comme le Web qui est connecté avec tous les liens d'information. En rêve, le passé et le futur sont accessibles. Si seulement on était à l'écoute!

C'est possible, me dit notre professeure de rêves. C'est accessible à tous, pour peu qu'on veuille essayer. «À l'école que je dirige, j'ai vu des centaines de personnes programmer leurs rêves, avec des résultats!» Sa recommandation? Avant de se coucher, écrire clairement ce qu'on cherche, sous forme affirmative. Je trouve la solution parfaite pour mon problème financier, je vois la destination idéale de mes vacances, je demande de comprendre les besoins de mon conjoint. On s'endort calmement, en ayant confiance. La demande doit être à court terme, le désir sincère, le besoin prioritaire et l'intention noble. Quand je tique sur cette dernière, elle m'explique que cela signifie de tenir compte des autres et des conséquences, de ce que l'on redonnera.

La persévérance, comme dans toute chose, est essentielle à la réussite. Comme disent les bouddhistes: rien ne résiste à la pratique quotidienne.

- www.nicole-gratton.com

- L'association internationale: www.asdreams.org

- Le texte de Richard Moss:

http://www.Alchymed.com/articles.asp?id_article=677

vallieca@hotmail.com