L’art des conversations impossibles

Les théories de la conspiration et les croyances déraisonnables ne prennent pas de repos durant la crise que nous traversons. On peut même penser que leur nombre s’accroît. En certains cas, hélas, en plus d’être non fondées ou peu crédibles, elles sont aussi dangereuses — pensez aux personnes qui annoncent qu’elles refuseront l’éventuel vaccin contre la COVID-19.

Il arrive en outre que ces idées soient promues par des célébrités, et on doit bien entendu s’inquiéter de l’impact que peut leur donner leur notoriété.

Cela dit, même si vous n’aurez sans doute jamais l’occasion d’échanger avec telle actrice ou tel comédien qui défend des idées peu sensées, il peut arriver que celles-ci soient défendues par un de vos proches : un fils, une amie, une collègue, un parent. Que faire alors ?

Une possibilité, qui semble se répandre, est d’interdire aux gens dont on n’aime pas les idées de prendre la parole. Une autre est de les insulter, en 140 caractères sur Twitter ou à l’aide d’émoticônes sur Facebook. Mais cela ne peut guère se faire in vivo, avec votre proche, parent ou ami.

Une autre possibilité est de converser. Fort bien, mais comment faire ? La question, difficile, me semble d’autant plus urgente que notre société est de plus en plus polarisée sur de nombreux sujets (religion, laïcité, nationalisme, immigration, économie), et pas seulement sur ceux dont parlent les conspirationnistes. Il faut pourtant pouvoir se parler de tout cela.

Je viens justement de lire un excellent livre qui s’alimente à la psychologie, à la philosophie, mais aussi à des pratiques comme celles des personnes qui négocient avec des terroristes ou des preneurs d’otages. L’ouvrage donne de précieux conseils pour avoir ce que les auteurs appellent des conversations qui peuvent sembler impossibles.

En voici quelques-uns, juste pour vous donner le goût de lire ce livre et vous suggérer quelques stratégies efficaces.

D’utiles suggestions

Il sera d’abord utile de déterminer précisément ce que vous visez d’un échange avec une personne qui adhère à une idée que vous jugez aberrante. L’objectif peut être de chercher la vérité, de comprendre pourquoi cette personne croit ce qu’elle croit, de lui montrer qu’elle se trompe, de l’impressionner, de l’humilier, voire plusieurs de ces raisons et d’autres encore, parfois modulées par les circonstances.

Supposons que l’objectif soit celui très répandu de comprendre et de rechercher la vérité. On fera donc preuve d’empathie, et deux importantes prémisses devraient être bien connues et prises en compte par la suite.

La première est que les gens (dont vous et moi…) sont souvent victimes de l’illusion de savoir, tout particulièrement sur ces sujets complexes qui polarisent. Un corollaire de ce fait est l’effet Duning-Kruger : les personnes qui connaissent bien un sujet, les experts véritables, se prononcent avec une certaine assurance ; mais les personnes qui ne comprennent pas ou guère un sujet, qui ont peu lu sur la question, se prononcent avec une assurance plus grande encore !

La deuxième prémisse est que les gens (dont vous et moi) adhèrent souvent à des idées pas seulement pour des raisons cognitives, mais aussi parce que c’est un marqueur d’identité et d’appartenance à un groupe et que cela signale une certaine posture morale, bien entendu présumée haute, tandis que les autres sont jugées moralement pitoyables.

Cela pris en compte, diverses stratégies sont à préconiser.

Par exemple, on cherchera à ne pas personnaliser le débat et on le placera sur le terrain des idées. Plutôt que de présenter sa position et de la défendre, on écoutera ce qu’avance l’autre personne et on tentera, au mieux, de le reformuler de manière honnête et exacte, sans attaquer la conclusion. Un « Oui, c’est cela ! » de sa part vous indiquera que vous êtes sur la bonne voie.

Puis, et ceci est important, plutôt que de lui demander les raisons qu’elle a de croire ce qu’elle croit, vous lui demanderez comment cela pourrait être faux ; ou ce que disent les gens qui ne croient pas à cette idée ou qui pensent autrement ; ou ce qui pourrait la faire changer d’avis. Bref, vous ferez un peu comme Socrate. Avec un peu de chance, une belle conversation peut s’engager. Surtout si vous reconnaissez qu’il y a des extrémistes sans intérêt dans tous les camps, dont le vôtre.

On peut aussi demander à la personne de décliner attentivement les conséquences que ses idées impliquent en pratique. Une certaine ignorance peut alors être admise. Si cette personne refuse de faire l’exercice, on peut lui suggérer de nous poser les mêmes questions, auxquelles on tente de répondre. Ce modelage a souvent l’effet escompté : inciter à réexaminer ses croyances.

Les auteurs rappellent encore une riche idée de Platon et Socrate : nul ne fait le mal volontairement, en toute connaissance de cause. Il s’ensuit que les personnes qui croient à ces idées étranges ou manifestement fausses ont sans doute de bonnes intentions, visent de bonnes fins. Elles partagent même sans doute des valeurs avec vous : et voilà une base commune pour alimenter une discussion qui devient ainsi de moins en moins impossible.

Je n’ai pas pu rendre ici justice à cet important livre, qui nous rappelle l’importance de la conversation démocratique et le fait que celle-ci s’apprend. Mais on conviendra sans doute que voilà des choses que l’école devrait enseigner et dont les adultes devraient partout donner l’exemple.

Une lecture

Peter Boghossian et James A. Lindsay, How to Have Impossible Conversations : A Very Practical Guide, Lifelong Books, Hachette, New York, 2019

À voir en vidéo