Le petit président

Très tôt après son élection, devant ses agissements imprévisibles, son dédain pour l’intérêt général et son incapacité à embrasser la complexité, la question a été soulevée. Comment ce président, sans expérience de gouvernement, dépourvu d’un sens du service public, dépourvu d’empathie, incapable de tolérer et de bénéficier des dissensions, allait-il faire face à la première crise majeure que devraient affronter les États-Unis ? La réponse est là. Sous nos yeux. Et ça pique.

Incompétent

Le 11 mars 2020 a des relents de 11 Septembre. Même dérapage, même aveuglement, même rendez-vous raté. Avec une strate de plus : cette crise s’est jouée en slow motion. Le président a eu deux longs mois pour agir alors que les services de renseignement bombardaient le gouvernement d’informations alarmantes. Il ne l’a pas fait. Il a eu beau, le soir du 11 mars, dans son adresse à la nation — la seule vraiment depuis le début de cette crise — minimiser, blâmer, vilipender, les ratés remontent au début de sa présidence. À vouloir apurer le « deep state », il a fini par priver son gouvernement d’une capacité de réaction rapide. À force de museler les points de vue divergents, il s’est privé d’expertises essentielles. Il a démantelé des équipes compétentes, notamment au National Security Council, et a écarté du revers de la main les résultats d’une simulation sur la réponse à une pandémie organisée lors de la transition par l’équipe d’Obama. Obsédé par sa cote de popularité et sa réélection, il refuse d’orchestrer une réponse coordonnée. Or, le président a un rôle clé en matière d’impulsion, de coordination, de chef d’orchestre, celui que décrivait Tocqueville lorsqu’il écrivait sur la démocratie en Amérique. Encore aurait-il fallu que Trump ait l’envergure d’un grand président. Mais il est plus qu’incompétent, son comportement est criminel.

Criminel

À ce stade-ci, le commandant en chef, dont on connaissait le rapport plus qu’élastique à l’éthique, s’est mué en criminel en chef. Il n’y a pas d’autres mots pour qualifier celui qui affirme qu’il aura fait « une bonne job » si le nombre de morts demeure en deçà de 100 000. Cent. Mille. Humains. Rejeter les appels à l’aide du gouverneur new-yorkais va dans le même sens. C’est une condamnation à mort pour ceux qui auront besoin des respirateurs de la réserve fédérale pour survivre. Il est tout aussi criminel de légitimer ainsi l’inertie des gouverneurs républicains du Sud et du Midwest qui va mener à plus de morts encore, ou encore les propos du gouverneur du Texas, selon qui les grands-parents mourront avec enthousiasme pour le bénéfice économique de leurs petits-enfants. Bien entendu, le président ne joue pas seul dans sa catégorie. Les sénateurs qui ont vendu pour des millions d’actions après avoir lu les rapports du renseignement jouent dans la même équipe. Tout comme le gouverneur de Géorgie qui affirme qu’on ne savait pas que les personnes asymptomatiques étaient contagieuses. Dès lors, minimiser une menace imminente ou refuser d’agir lorsque des gouverneurs appellent au secours entre dans la catégorie « trahison, corruption ou autres hauts crimes et délits ». Sauf qu’il est trop tard pour le destituer.

Pirate

Parce qu’au fond, le pays est aujourd’hui dirigé par un pirate. Qui n’hésite pas à faire payer aux autres le prix de son incompétence. Une commande de masques pour la France, le Canada ou d’autres alliés ? Il suffit de tripler la mise, et hop, détournée. Des exportations de masques à destination du Canada ? Enrayées. Cela va de pair avec la transaction avortée (ce qu’a confirmé la chancelière allemande) entre le laboratoire allemand CureVac et le président américain. Ainsi, aucune alliance, aucun accord de libre-échange n’ont de valeur dans son univers. Il est prêt à faire déraper une négociation internationale du G7 sur une affaire terminologique, et à faire affaire avec la Russie et la Chine pour obtenir les équipements dont il a besoin.

Il aurait fallu aux États-Unis un grand président. Il aurait fallu au monde un pays aux commandes de la réponse multilatérale. Las, l’inaction de ce petit président a des conséquences dramatiques. Sur le plan individuel, une fois que l’on aura compté nos morts après cette vague et les suivantes, les Occidentaux que nous sommes, accoutumés à ne pas rencontrer d’entraves à nos déplacements, verront soudain s’ériger des murs réels et virtuels — habituons-nous à l’idée d’un « passeport immunitaire » subordonnant notre mobilité à notre santé. À l’échelle locale, les systèmes de santé exsangues n’auront aucune capacité de rebond lorsque cette crise aura muté vers les finances publiques. Sur le plan étatique, la crédibilité des dirigeants sera érodée au point de fragiliser ce qu’il reste de démocratie. À l’échelle internationale, le système de coopération qui fondait le système international aura volé en éclats, et la concurrence — plus dommageable que la coopération — contribuera à l’appauvrissement mondial tandis qu’on aura laissé le Sud mourir… sans se retourner. Enfin, le rééquilibrage du système international, mû par les « mauvais samaritains » de la diplomatie du masque, ne mènera pas forcément au retour de la stabilité. Ce petit président aura finalement eu un effet démesuré.

À voir en vidéo