La tortue

Fils de Nathan de Rothschild, premier baron anglais du nom, Walter Rothschild était d’une lignée de banquiers, la plus célèbre du monde comme on le sait, tout en étant doublé d’un zoologiste amateur qui jouissait, jusqu’à l’excès, des moyens d’assumer cette passion.

Jusqu’à sa mort en 1937, Walter Rothschild va rassembler, dans une collection privée, plus de 2 millions de papillons, 300 000 oiseaux, 30 000 coléoptères, plusieurs milliers d’espèces de mammifères, de reptiles et de poissons, de même que des ossements fossilisés de créatures préhistoriques.

Dans une belle exposition intitulée Curiosités du monde naturel, le Musée de la civilisation donnait à voir, au cours des derniers mois, quelques pièces de la collection de ce Rothschild. Dans un coin, reproduite en format géant, une photo de Walter Rothschild le montrait en costume trois pièces, coiffé d’un haut-de-forme. Ainsi vêtu du costume des dominants de son temps, Rothschild chevauchait une tortue centenaire, un énorme animal, dont la carapace bosselée prend l’allure d’une carte du monde tout en relief. Sur la photo, Rothschild tend devant le nez de l’animal, au bout d’un bâton, un appât destiné à le faire bouger à sa guise. Le curieux tableau donne l’impression d’une allégorie de l’argent, qui ne recule devant rien pour défendre son droit à mener le monde par le bout du nez.

La semaine dernière, The Guardian révélait que la police antiterroriste de l’Angleterre avait placé, dans un guide destiné aux forces de l’ordre, aux organisations gouvernementales et aux professeurs, le groupe non violent Extinction Rebellion sur une liste « d’idéologies extrémistes » à surveiller. Cette organisation pour la sauvegarde de l’environnement figure désormais aux côtés de groupuscules néonazis et de terroristes islamistes dont on devrait s’inquiéter aussi. Dans les écoles, rapporte le journal britannique, les professeurs ont été invités à repérer les jeunes qui s’absentent de l’école ou sont susceptibles de participer à des marches organisées pour le climat, selon l’exemple de Greta Thunberg. En somme, les gens qui parlent de l’extinction des espèces, des affres de la pollution, de la nécessité d’abandonner rapidement les hydrocarbures et de repenser notre vie sur terre sont forcément dangereux puisqu’ils remettent en cause l’ordre marchand du monde.

Le discours critique en matière d’environnement, semble-t-il, ne trouve droit de cité que dans la mesure où il réinvestit les mêmes vieux clichés que ceux qui nous ont conduits là où nous en sommes. À titre d’exemple, le numéro de février 2020 de L’Actualité a pour titre « Comment vieillir riche en sauvant la planète ? ». Au nom d’une écologie de circonstance, on pose, en somme, la même question qu’on ne cesse d’adapter à toutes ses sauces : « Comment s’enrichir ? »

C’est Laure Waridel, la réformatrice écologiste la plus consensuelle du Québec, qui orne ce numéro dont le titre provocateur laisse entendre, contre la raison même, qu’on peut devenir riche tout en sauvant la planète. Dans cette cage à idées préfabriquées, la militante reprend son credo habituel, qui est de faire croire, à mots doux, que l’action individuelle peut réajuster la conduite du monde sans que celui-ci s’avise tout à fait de la nécessité de vraiment changer de cap. Et ce cap, L’Actualité ne cesse de nous le rappeler, est fixé sur l’idée d’une croissance constante, au nom de la richesse personnelle, dans les nuages d’une méritocratie qui répète, sur tous les tons, que si vous faites ce qu’il y a à faire individuellement, vous serez récompensé, puisque vous le valez bien.

On avait déjà eu droit, en mars 2019, avec une couverture toute semblable, à un « Comment vieillir riche » qui conduisait, en ce cas, à décréter « pourquoi on a besoin de Pierre-Yves McSween ». Toujours à sa une, le même magazine évoquait, en janvier 2017, « des occasions à saisir » pour « devenir riche ». Tout est à conjuguer, semble-t-il, au nom du triomphe de l’argent. L’Actualité nous avait aussi offert, pour peu qu’on le paye, « 14 pages de conseils payants » pour « comment devenir riche en 2016 ». En novembre de cette année-là, il nous proposait un regard sur l’éducation sous l’angle des « nouveaux diplômes payants », ce qui faisait suite à son « spécial éducation » publié, l’année précédente, lequel mettait en avant « des diplômes payants ».

Il ne fait plus guère de doute que le capitalisme mange pourtant la Terre comme Saturne dévore son enfant dans la célèbre toile de Goya. Mais pour nous rassurer néanmoins, on confie sans cesse à quelques spécialistes de simagrées, en quête constante de notoriété, le rôle de nous annoncer que les temps changent, tandis qu’ils se contentent à peu de frais, tout au plus, de renouveler nos stocks de bonne conscience.

La moindre frime commerciale se conjugue désormais au nom de l’écologie. « On est très écolos, et ça fait du bien », affirmait ces jours derniers, en entrevue, le chanteur Sylvain Cossette, qui triomphe avec ses reprises de chansons anglo-saxonnes des années Reagan et Thatcher. Après deux années de tournées à voyager à travers le pays, il s’apprête maintenant à faire un « gros voyage » avec sa compagne, sitôt la rénovation de leur chalet au bord de l’eau terminée, précise-t-il. Ce sera l’Islande ou peut-être l’Irlande, l’Angleterre, l’Écosse. Parce que, voyez-vous, le chanteur est un « grand amateur de scotch ». L’écologie est-elle soluble dans le scotch ? En tout cas, le duo n’a plus qu’un appartement en ville. En plus du chalet, évidemment. Ils se sont dégagés « du superflu », comme il dit. Ils en sont rendus, imaginez, à préparer eux-mêmes leurs produits de nettoyage. Sans compter qu’ils utilisent des ustensiles de bambou.

On les imagine sans peine, dans une réserve écologique, au loin, photographier de vieilles tortues en voie de disparition, pour s’en émouvoir sur Instagram. Ces nouveaux élans verts, aux airs de carnavals, ne sont-ils pas qu’un appât brandi au bout de notre nez, telle une perche à égoportrait, pour donner un sens à la richesse qui n’en a pas d’autre qu’elle-même ?

À voir en vidéo