Le test des négociations

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a dit vouloir faire preuve d’imagination dans ses négociations avec les employés du secteur public. On ne peut que s’en réjouir. Pour le moment, on a cependant l’impression de revoir un vieux film pour la nième fois.

En ouverture, les syndicats présentent leurs demandes, que le gouvernement trouve grossièrement exagérées. Quand lui-même dévoile ses offres, les syndicats s’indignent à leur tour de sa pingrerie. Cette fois-ci, ils les ont trouvées carrément « insultantes ». Puis, un bras de fer s’engage. À la fin du film, avec ou sans loi spéciale, le gouvernement finit par imposer ses conditions.

Il est peut-être un peu tôt pour crier à une autre promesse brisée par le gouvernement Legault. Une augmentation de 7 % sur cinq ans, soit nettement moins que l’inflation, constitue une position de départ, comme M. Dubé s’est empressé de le souligner, mais plus on part de loin, plus il sera difficile de se rejoindre. Après l’austérité des années Couillard, il est évident que la partie syndicale vise nettement plus que l’inflation pour l’ensemble des employés, même s’il est entendu que les préposés aux bénéficiaires et les enseignants auront droit à des « considérations particulières », dont on ne connaît pas encore l’ampleur.

Il est clair que des offres différenciées sont de nature à faciliter la tâche du gouvernement, qui pourra exploiter la sympathie particulière que la population éprouve envers certaines catégories d’employés pour justifier la frugalité imposée aux autres. Le coût de la vie est pourtant le même pour tous, même si la contribution au bien public est parfois moins visible.


 

Après avoir fait l’expérience des « feux de pneus », lors de négociations avec des syndicats français quand il travaillait chez Cascades, M. Dubé dit être « prêt à prendre la chaleur », mais son défi n’est pas simplement de faire en sorte que les paramètres financiers du gouvernement soient respectés. Jusqu’à présent, la valorisation du rôle des employés de l’État a été la plupart du temps une figure de style, mais le gouvernement doit composer avec la nouvelle réalité du marché du travail, qui rendra de plus en plus nécessaire que cette reconnaissance s’exprime de façon sonnante et trébuchante, sans quoi plusieurs pourraient être tentés d’aller voir ailleurs.

Avec ses 550 000 employés, l’État est de très loin le plus gros employeur au Québec et, à ce titre, il devra lui aussi faire face à une pénurie de main-d’oeuvre qui risque de s’aggraver au cours des prochaines années. Elle paraît sans doute plus dramatique dans les écoles ou les CHSLD, mais elle provoquera inévitablement une plus forte concurrence pour attirer les ressources disponibles dans d’autres secteurs.

Les disparités avec le secteur privé ont déjà eu de graves conséquences dans le passé. En 2011, le rapport publié par Jacques Duchesneau avait très bien décrit la perte d’expertise au ministère des Transports, dont les ingénieurs avaient migré vers les firmes de génie-conseil, qui offraient des conditions nettement plus avantageuses. Dès lors, il s’est retrouvé dans l’incapacité d’exercer une surveillance adéquate de l’exécution des contrats qu’il accordait. On ne saura jamais exactement combien de milliards cela a coûté aux contribuables. De la même façon, les employés du ministère du Revenu qui travaillent à lutter contre l’évasion fiscale gagneraient beaucoup plus en se mettant au service de ceux qui s’emploient à soustraire des centaines de millions au fisc année après année.


 

M. Dubé a raconté qu’après la conclusion de l’entente avec la Fédération des médecins spécialistes, le mois dernier, Lucien Bouchard avait visité son bureau. « Pour les gens de mon cabinet, c’était comme si le pape était entré », a-t-il déclaré, visiblement admiratif du père du déficit zéro, qu’il dit avoir pris pour modèle.

Il ne fait aucun doute que l’ancien premier ministre est un redoutable négociateur. La façon dont il a roulé le gouvernement et M. Dubé lui-même en maintenant intacte la rémunération des médecins spécialistes l’a démontré encore une fois. M. Bouchard a conseillé au président du Conseil du trésor « d’écouter beaucoup au début ». C’est peut-être ce que lui-même aurait dû faire il y a vingt ans avant de mettre à la retraite des milliers de médecins et d’infirmières, dont le départ a déstabilisé le réseau de la santé pendant des années.

Bien sûr, la situation financière du Québec est actuellement bien meilleure qu’à l’époque, mais il y a plus qu’une simple affaire d’argent dans les négociations qui s’amorcent. La question est de savoir si le gouvernement Legault entend faire en sorte que l’État conserve toute son expertise ou si le préjugé anti-étatique qu’on prêtait à la CAQ va prendre le dessus. À cet égard, les négociations constitueront une sorte de test des valeurs.

4 commentaires
  • Germain Dallaire - Abonné 17 décembre 2019 10 h 56

    Questions de valeurs

    J'aime bien votre conclusion M. David. Mais en même temps, poser la question c'est un peu beaucoup y répondre. Depuis maintenant plus d'un an, on commence à avoir une très bonne idée des valeurs qui mobilisent le gouvernement Legault. Bien sûr, il y a le nationalisme qui sert de locomotive électorale à la CAQ. Il s'est exprimé de façon salutaire avec la loi 21, un geste fort. Il s'exprime aussi à travers les questions d'immigration et semble-t-il, avec la langue francaise dont il reste à voir les orientations.
    Mais au-delà de ce nationalisme qu'on pourrait qualifier de culturel ou de social, il y a une valeur qui ressort fortement et c'est celle de l'adhésion totale au néolibéralisme. En matière économique, le nationalisme économique de la CAQ se limite aux tribulations du ministre Fitzgibbon avec son milliard$ discrétionaire et le budget singulièrement majoré d'Investissement Québec. Qu'on se rappelle du commentaire de Legault à propos de Rona ou encore à propos de la vente de Transat, on cherche en vain les orientations stratégiques à part celle de rechercher les start up. À cela s'ajoute évidemment sa récente déclaration concernant la taxation des GAFAM mais surtout la lamentable loi de démantèlement de l'industrie du taxi qui pave une voie royale au déliquant (le mot est faible) UBER.
    Concernant le secteur public, son affaiblissement dans le but de favoriser le glissement vers le privé est un élément essentiel du néolibéralisme. C'est ce que tente actuellement Macron en France avec sa "réforme" des retraites. Il faut le dire et le répéter, les réseaux publics au Québec sont dans un état lamentable, résultat de près de 40 ans de néolibéralisme. Face à cela, le gouvernement Legault réagit aux crises, on le voit avec avec la DPJ. Pour ce qui est d'une vision globale, c'est le néolibéralisme. À cet égard, la récente offre au secteur public ne fait que le confirmer. Et tout cela sans parler de la crise environnementale où les caquistes ont l'air de mononcles...

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 17 décembre 2019 14 h 35

      Bon commentaire.Avec à venir le 3ieme lien,le GNL,les garderies privées versus les CPE,les reculs .etc...

      La CAQ sortira-t-elle des ligues mineures avec son nationalisme mou et peu enlevant pour les québécois et trop fort pour les anglos..

  • Clermont Domingue - Abonné 17 décembre 2019 13 h 42

    Inquiétant..

    Que les gens du bureau de monsieur Dubé se prosternent devant l'avocat Bouchard qui n'a aucune notion de macroéconomie devrait inquiéter tout le monde.

  • Michel Dumont - Inscrit 17 décembre 2019 14 h 30

    « les surplus n’appartiennent pas aux syndicats »

    La CAQ nous rappelle que « les surplus n’appartiennent pas aux syndicats ». Mais ils viennent d'où ces surplus finalement: 550 000 employés payés en moyenne 10 000$ de moins que leur vrai valeur.
    Alors soyez raisonnable Monsieur Legault et négocié avec les fonctionnaires de façon juste et équitable.