Les inégalités moulées

La lâcheté complaisante qu’entretient, de longue date, la société à l’égard des inégalités fait en sorte qu’elles semblent aller de soi. Il suffit d’observer le champ fondamental de l’éducation pour s’en convaincre. Malgré ses prétentions, le système québécois ne fournit pas les mêmes chances à l’ensemble des élèves. Le Québec serait même le système d’éducation le plus inéquitable au Canada. C’est du moins ce que nous révélait, il y a quelques jours, une étude pour le moins préoccupante conduite par le Mouvement L’école ensemble.

Sur la base de données compilées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), cette étude observe que notre système d’éducation avalise l’existence de programmes sélectifs, selon que l’on fréquente l’école publique ordinaire, l’école des programmes particuliers ou l’école privée. Autrement dit, loin de casser les inégalités, comme il le prétend depuis la Révolution tranquille, notre système d’éducation contribue plutôt à les reproduire en les moulant finement.

À en croire le discours ambiant, nous vivons dans un monde sans barrières sociales. Tout ne serait qu’une question de volonté, d’ambition et de détermination, que l’on suppose à la base équitablement réparties en chacun. Selon ce mirage savamment entretenu dans nos sociétés, chaque individu serait capable, par ses propres qualités, d’échapper à la loi de la gravité du milieu de vie qui pèse sur lui. Ce rêve waltdysnéesque répète, autrement dit, qu’il suffirait de vouloir pour pouvoir.

Des gens partis de rien, arrivés là où on ne les attendait pas, servent sans cesse d’exemple pour perpétuer ce mythe de la mobilité sociale. On braque les projecteurs sur ces cas d’exception, comme s’il s’agissait d’une preuve universelle que tout est possible à chacun. On soutient de la sorte l’idée généreuse — mais surtout trompeuse — qu’il demeure bel et bien possible de changer de situation sociale, dans un monde qui continue en vérité de sécréter plus d’inégalités que de possibilités.

S’il faut rêver pour changer le monde, le monde ne se change pas qu’en rêvant. La perpétuation du monde tel qu’il est — c’est-à-dire un monde foncièrement inégal — se fait selon les modalités de cette inertie sociale entretenue sous le couvert d’un récit fantasmé où chacun serait libre de choisir sa trajectoire.

L’infériorité de la formation de larges portions de la population continue d’être présentée comme si elle découlait d’une simple affaire de capacités et de goûts pour les études, qu’elle serait pour ainsi dire naturelle, fruit d’un choix librement consenti. On se conforte de la sorte à l’idée que l’éducation constitue une affaire individuelle qui n’est pas circonscrite, au préalable, par une appartenance à un milieu, à une classe sociale, à des revenus familiaux. Et on juge ainsi acceptable que des familles d’ouvriers engendrent surtout des ouvriers et des familles d’avocats surtout des avocats.

La mobilité sociale, sauf cas d’exception, n’est pas la règle dans notre monde. Si on trouve bel et bien des individus parvenus à échapper aux lois de la statistique, cela ne change pas pour autant le fait que les enfants des classes populaires sont à majorité voués à un destin moins favorisé que ceux qui appartiennent à un monde doré.

Le principe théorique de l’accessibilité pour tous à l’école a maquillé des formes d’exclusion qui se sont mutées en se camouflant derrière le mince paravent de cette démocratisation opérée à l’orée des années 1960. Bien que tous les enfants fréquentent désormais l’école, les barrières sociales demeurent, ce dont témoignent les inégalités de notre système d’éducation, saigné pendant des années par les scalpels des politiques d’austérité.

La capacité de manier des concepts, des faits et des raisonnements n’est pas innée. Cela nécessite un entraînement soutenu, durant de longues années. Avant même d’acquérir cette capacité, il faut être en mesure de se donner les moyens de surmonter des difficultés qui entravent son acquisition. Le manque de temps, le manque d’argent, le manque d’espace, un milieu familial défavorable aux études continuent d’expliquer, en large partie, l’insuffisance des résultats obtenus par notre système d’éducation.

Peut-on changer le tissu social seulement en réformant l’école de l’intérieur ? Depuis des années, l’école québécoise n’arrête pas de se trouver chamboulée. Les réformes de l’éducation sont pour ainsi dire permanentes. L’une chasse l’autre. On en perd vite le compte, à moins d’être un spécialiste. Et encore. Le ministre Jean-François Roberge vient d’en lancer une énième, comme si c’était la principale action qu’encourageait sa fonction.

Se gargariser ainsi de réformes à n’en plus finir, n’est-ce pas là le signe d’une fuite en avant, celle d’un État qui manque d’abord à son devoir de changer les conditions socio-économiques qui permettraient d’amenuiser, à la base, les différences entre les enfants et leurs parents ?

Quand on y pense, l’école ne peut suffire à elle seule à briser les inégalités puisqu’elle en est aussi, au final, le triste produit.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

37 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 7 octobre 2019 00 h 31

    Le mythe de la mobilité sociale sert à camoufler la cupidité des riches.

    Merci, monsieur Nadeau, pour une autre chronique superbe qui brise le mythe que la volonté personnelle suffit pour propulser aux succès un enfant issu d'un milieu socio-économiquement pauvre. Les maitres de la doctrine néolibérale n'arrêtent pas de propager des mythes pour justifier leur cupidité et les inégalités qu'ils engendrent. Une école publique à trois vitesses n'est pas égalitaire.

    • Cyril Dionne - Abonné 7 octobre 2019 13 h 20

      Ah ! « ben ». Le mythe de la mobilité sociale ne sert qu’à camoufler la cupidité des riches. Une chance que je n’ai pas lu votre commentaire quand j’étais jeune et que je faisais des études postsecondaires en Ontario. Les maîtres de la doctrine néolibérale, j'en n'ai jamais rencontré, mais des extrémistes de gauche sur le campus, oui.

  • Mario Jodoin - Abonné 7 octobre 2019 00 h 51

    Excellent!

    Excellente chronique, mais une phrase m'a fait tiquer.

    «Si on trouve bel et bien des individus parvenus à échapper aux lois de la statistique»

    En fait, non. Si une minorité échappe au sort de la majorité, la statisque basée sur les donnée en tiendra compte. Je sais bien qu'il ne s'agit que d'une figure de style, mais elle donne une vision erronée des «lois de la statistique», ou plutôt de la statistique.

  • François Réal Gosselin - Abonné 7 octobre 2019 06 h 19

    Inégalités inégales

    Tous les humains ne sont pas égaux. Il y aura toujours cette différence dans l'intelligence et même dans le milieu géographique de naissance. La chimère est dans la croyance primitive en une perfection, d'une perfection que nous modelons à l'humeur de notre époque et même de notre lieu de naissance; en ce sens il n'y a pas d'absolu.
    La critique du système éducatif est l'aveu même de notre échec, de l'échec de notre mirage d'une société pure et parfaite, elle n'existe pas, elle n'est pas figée, elle évolue, se transforme, elle bouge.
    Des génies il y en très peu, des Mozart, Einstein ou Vinci, il n'y en a qu'un, qu'un seul sur des milliards... arrêtons de rêver et de se croire purs et parfaits, géniaux , tous géniaux...
    Cessons cette quête de "perfection" idéale, elle n'existe que durant un très court moment de rêve, quelques secondes rapidement disparues. Le politiquement correct est une maladie d'une époque, mais c'est ... incorrect.

    • Cyril Dionne - Abonné 7 octobre 2019 13 h 15

      Si au moins les gauchistes qui carburant aux méchants capitalistes pouvaient vous écouter. Et vous avez raison. Des génies, il y en a très peu à l'école comme dans la vraie vie. La plupart des gens essaient tout simplement de survivre.

  • Nicole Dallaire - Abonnée 7 octobre 2019 06 h 23

    Attaquer de front notre modèle économique

    J'ai écrit il y a 25 ans une thèse de doctorat qui analysait les programmes de prévention des problèmes sociaux selon leur capacité réelle d'engendrer des changements sociaux. Une infime minorité agissait sur les conditions socio-économiques, un facteur de risque pourtant à la base de la majorité des problèmes sociaux. Le discours condamnait déjà très fortement cette idée que "tout ne serait qu’une question de volonté, d’ambition et de détermination". Au contraire, c'est l'action efficace sur les déterminants sociaux de la santé qui est garante de l'aplanissement des différences entre enfants issus de différents milieux. L'école est l'un de ces déterminants, Elle pourrait jouer un rôle crucial, entre autres par une véritable éducation à la citoyenneté et à la pensée critique, mais elle se contente plutôt de reproduire les inégalités.

  • Denis Paquette - Abonné 7 octobre 2019 07 h 08

    le monde fait de pouvoirs ,voire de quatrieme pouvoirs impliqués

    peut être que le monde est aussi fait d'inégalitées ,n'est pas ce que semble nous dire le correpondant américain , qui dit, qu'il ne peut exister de pouvoirs sans contre pouvoirs, voir un quatrieme pouvoir actif et impliqué