L’incohérence écologique

Étoile de la mer voici la lourde nappe

Et la profonde houle et l’océan des blés

Et la mouvante écume et nos greniers comblés,

[…]

Ainsi nous naviguons vers votre cathédrale

C’est par ces mots que Charles Péguy a immortalisé la plaine beauceronne qui mène à la cathédrale de Chartres. Lorsqu’on arrive en train ou en voiture, il faut voir surgir de derrière les blés cette flèche unique visible à des kilomètres et dont la finesse a séduit tour à tour Corot, Utrillo et Soutine.

C’est ce paysage unique au monde ciselé par les siècles que quelques promoteurs avides menacent de saccager en y plantant des éoliennes. Samedi dernier, journée du patrimoine, 200 personnes manifestaient devant la cathédrale pour protester contre cette profanation des paysages français. Car Chartres n’est pas un cas unique. On pourrait aussi citer le Berry de Georges Sand et la Bretagne de Chateaubriand où l’on menace d’ériger des centaines de monstres d’acier de 100 mètres de haut, abîmant ainsi ces paysages dont la destruction, disait pourtant l’ancien ministre de la Culture Jack Lang, relève du « sacrilège ».

Mais, si au moins cela servait à quelque chose ! Quinze ans après la mise en oeuvre d’un vaste programme de construction d’éoliennes en France, il apparaît de plus en plus que cette « industrialisation de la nature » à marche forcée n’a pas amélioré d’un iota le bilan carbone de la France.

On touche ici au coeur de l’incohérence écologique. Alors que l’urgence de réduire les émanations de CO₂ serait à son paroxysme, alors que le temps pour agir serait compté, nous disent les militants qui font la grève de l’école, les 8000 éoliennes françaises et les milliards qu’on y a déjà consacrés n’ont pas réduit d’un seul gramme la production de gaz carbonique. On pourrait d’ailleurs dresser le même bilan pour les éoliennes construites en Gaspésie et dans le Bas-du-Fleuve.

Les discours bucoliques sur les vertus des énergies douces et renouvelables n’y ont rien fait. Car le grand « problème » de la France est le même que celui du Québec : 90 % de sa production d’électricité est déjà décarbonée !

Cernés par les lobbies et en dépit du bon sens, les gouvernements français s’acharnent pourtant à vouloir porter de 8000 à 20 000 le nombre d’éoliennes dans les prochaines années. On calcule que, pour remplacer le parc nucléaire français, il faudrait hérisser d’éoliennes presque 10 % du territoire. Tout cela pour ne produire de l’électricité que quand le vent souffle, soit environ 25 % de l’année.

Selon un rapport soumis en juin dernier par le député Julien Aubert (Les Républicains), la France s’apprête à dépenser entre 70 et 90 milliards d’euros dans l’éolien pour produire à peine 15 % de son électricité en 2028. Or, le coût actualisé de l’ensemble du parc nucléaire français (qui répond à 78 % de la demande) serait de 72 milliards. Tout cela pour une réduction nulle des émissions de gaz carbonique !

On ne se surprendra pas que Julien Aubert réclame un moratoire sur l’éolien. Ni que la Cour des comptes (le vérificateur général français) ait plusieurs fois dénoncé le gouffre financier qu’il représente et appelé les gouvernements à définir une stratégie énergétique cohérente. Rien de surprenant non plus à ce qu’Emmanuel Macron ait reporté aux calendes grecques, sans jamais oser le dire clairement pour ne pas heurter sa frange écologiste, la réduction de la part du nucléaire à 50 % prévue initialement pour 2025. Le président a beau annoncer la fermeture de 14 réacteurs d’ici 2035, personne n’y croit.

N’en déplaise à ceux qui veulent poursuivre la France en vertu de la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant, grâce au nucléaire, ce pays compte parmi ceux qui émettent le moins de CO₂ dans le monde. Certes, la France a dépassé de 7 % le seuil d’émission de CO₂ qu’elle devait atteindre entre 2015 et 2018. Il n’en demeure pas moins que dénoncer la France à l’ONU, c’est un peu comme dénoncer le Québec et fermer les yeux sur ce que fait l’Alberta. Comme le Québec avec l’hydraulique, le nucléaire offre à la France une des électricités les moins chères en Europe et les plus fiables tout en lui permettant d’exporter en moyenne 10 % de sa production. Une fois la sécurité renforcée après l’accident de Fukushima, les Chinois ont d’ailleurs compris que seul le nucléaire leur permettrait de maintenir leur croissance tout en réduisant leurs émissions de gaz à effets de serre. C’est pourquoi ils prévoient de construire huit centrales par an d’ici les prochaines années. Ceux qui ont le climat à coeur devraient applaudir.

Entre la profanation des paysages et l’abîme financier, nombreux sont ceux qui se demandent si ces milliards investis dans les éoliennes ne seraient pas mieux utilisés dans les transports, l’agriculture et le résidentiel, où ils permettraient de réduire vraiment les émissions de CO₂. Mais, pour franchir ce pas, il ne suffit pas de prendre conscience de l’urgence climatique, il faut aussi quitter le terrain de l’idéologie.

Que vaut une écologie qui n’est plus sensible à la beauté des paysages ? En parodiant de Gaulle, on est tenté de conclure que l’écologie est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux mains… des écologistes.

À voir en vidéo