Transmissions

Au mois d’août, alors qu’on annonçait un nouveau financement pour aider certains cégeps à concilier avec une baisse de leur fréquentation, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, s’est montré intéressé à revisiter la formation générale au collégial, afin de la « moderniser », de la rendre plus « attrayante ». Il s’est aussi dit ouvert à écouter ce que les gens du milieu collégial ont à dire. Nous voilà rassurés.

La liquidation de la formation générale au cégep — puisque c’est bien de cela qu’il s’agit — revient périodiquement sur la table. En 2014, dans la foulée de la publication du rapport Demers, qui écorchait sérieusement la pertinence de la formation générale, le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, était enthousiaste à l’idée de revoir les cours obligatoires. Les syndicats d’enseignants s’y étaient opposés vivement, et l’idée d’une réforme avait été écartée. Cela reste tout de même dans l’air du temps : alors que le taux de diplomation stagne au collégial, on en déduit, comme par hasard, la nécessité d’adapter la formation aux besoins de l’économie. C’est aussi dire que ce sont les éléments de la formation générale les moins directement liés à l’emploi qui risquent d’être passés au crible.

Mais qu’est-ce que cela ferait à notre société de dépecer une formation pensée pour transmettre aux étudiants un socle de connaissances jugées essentielles, indépendamment du marché, des « compétences », des exigences du marché ? La valeur de ce qu’on transmet échappe souvent à la conscience, puisqu’on en mesure mal l’effet en temps réel. La culture, la pensée, la mémoire, les savoir-faire anciens qui informent les gestes que l’on pose au présent : bien des choses inestimables peuvent disparaître sans faire le moindre bruit.

Un film nous le rappelle ces jours-ci. Pour Fondations, le documentariste Olivier D. Asselin a suivi Mathieu Collette, forgeron et fondateur des Forges de Montréal, pendant quatre ans. On y voit le bras de fer entre Collette et la Ville de Montréal qui, en 2016, a tenté d’évincer les Forges, installées sur un terrain (on le devine) convoité pour le développement. On invoquait une clause du bail obligeant le locataire à investir 1 million de dollars dans la rénovation du bâtiment. Curieusement, le conflit s’est réglé cette semaine. Les Forges auront toujours un toit sur la tête, mais ce qu’elles symbolisent n’est pas moins fragile.

L’histoire de Mathieu Collette et de sa lutte pour faire vivre son art et son atelier apparaît comme une métaphore de la transmission du patrimoine immatériel. Collette le résume bien : les métiers traditionnels, la pensée, l’art et la culture sont en fait menacés par la même chose, par cette passion pour le changement perpétuel, l’empressement à voir dans la technologie la promesse d’un progrès objectif et d’une vie plus libre, plus épanouie. « On évolue mais ça veut-tu dire que les poètes, les écrivains, notre histoire, on évolue, on met ça de côté ? » La forge, explique-t-il, s’est dissoute au fil du temps en une série d’opérations qui ont fait l’objet d’une spécialisation, d’une saisie technique prétendument plus efficace. Mais qu’est-il advenu du métier, de son essence, des savoirs impossibles à quantifier qui en font un art, quelque chose qui mérite d’être préservé, transmis dans son intégrité ?

Ce processus de fragmentation n’est certainement pas neuf dans la marche des sociétés industrielles. C’est même l’une des modalités premières du développement du capitalisme, qui parle de spécialisation, d’efficacité, pour mieux grignoter l’autonomie de chacun, le pouvoir d’agir dans le monde au-delà d’un cadre étroit. C’est d’ailleurs exactement la tangente qu’emprunte le discours actuel en éducation : compartimenter, fragmenter, tout soumettre à la frénésie technicienne, en parlant « d’attrait », de plaisir, d’enthousiasme. Mais formera-t-on ainsi des citoyens plus libres, plus aptes à penser leurs rapports aux autres et à leur environnement, à se projeter dans l’avenir tout en préservant ce qui mérite d’être transmis ?

La poète Natasha Kanapé Fontaine présente en ce moment à la Chapelle une performance intitulée Tshishikushkueu, la Femme de l’Espace, tirée de son recueil Bleuets et abricots (2016). Seule en scène, elle livre ses textes, entre la colère et les éclats de rire. Une tentative courageuse de reconquête de soi, de redécouverte de sa culture, des traditions de son peuple, les Innus. « Les caribous ne descendent plus sur nos terres » dit-elle, avant de demander : « Mais que sont les Innus sans les caribous, qui nous ont tout donné, tout appris ? » La nourriture, les outils, le savoir-faire…

Après une représentation, Natasha m’a confié, en coulisses, qu’au moment où elle se demandait comment allait-elle bien concevoir ce spectacle, son amie, la poète Joséphine Bacon, à qui elle demandait conseil, lui a lancé, sans rire : « Eh bien c’est simple. Tu fais comme tes ancêtres ! » L’idée a porté fruit. Aussi simple que cela, oui. Mais encore faut-il savoir ce que faisaient nos ancêtres.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Gilbert Talbot - Abonné 6 septembre 2019 10 h 50

    Formation générale vs formation fondamentale

    Votre texte est fort intéressant, mais votre titre est quelque peu menteur. À vrai dire vous ne parlez pas vraiment de la formation générale au cégep. Elle vous sert de "pré-texte"pour parler plutôt d'art, de culture et de patrimoine, ce qui est bien aussi. Ces trois domaines, art, culture et patrimoine (et on pourrait ajouter l'histoire) ne font pas partie nommément de la formation générale. Peut-être que votre position implique toutefois que vous aimeriez que ça en fasse partie. Remarquez que les très beaux textes de Joséphine Bacon et Natasha Kanapé Fontaine pourraient être abordés dans les cours de français, mais encore là il n'y a plus de cours spécifiques pour la poésie au cégep. L'art de la forge pourrait être abordée uniquement dans les cours des programmes d'art plastique et non dans ceux de la formation générale.
    Il y a une distinction qui a été faite dans les rapports antérieurs sur la formation générale: on a voulu la distinguer de la formation fondamentale et peut-être que vos propos relèvent davantage d'une approche plus fondamentale que générale.