L’éléphant dans la pièce

Au-delà des considérations esthétiques et de la grossophobie, la vidéo de Safia Nolin «Breakup Song» provoque une nécessaire réflexion sur les enjeux sociaux d’une société devenue obésogène.
Photo: Capture d’écran Au-delà des considérations esthétiques et de la grossophobie, la vidéo de Safia Nolin «Breakup Song» provoque une nécessaire réflexion sur les enjeux sociaux d’une société devenue obésogène.

Certains médecins n’osent même plus aborder la question avec leurs patients. Le problème les dépasse. Ils prescrivent des médicaments pour le diabète et se taisent. On est si vite taxé de « grossophobe ». Chaque été — puisque c’est l’été qu’on parade la carrosserie —, je suis surprise par le paysage corporel. Ce qu’on voyait sur les plages du Maine il y a 30 ans est en train de nous rattraper ici à peu de chose près.

Oui, oui, j’ai vu le clip de Safia Nolin. Ce qui me frappe ? Il est désormais plus tabou d’être grosse que lesbienne. D’où le doigt d’honneur bien senti d’une Safia nue et alanguie, l’air aussi bête que la pieuvre qui lui sert d’accessoire de plage. Moi, avant que vous me fassiez poser nue avec une pieuvre, il va pleuvoir des méduses. J’admire le courage de ces femmes dans ce geste d’art politique, même si le tableau demeure lourd dans son ensemble. Les voluptueuses de Bouguereau ont l’air anorexiques et guillerettes tout à coup.

J’ai dû chausser d’autres lunettes (retirer les bésicles formatées par l’inconscient collectif… mâle) pour regarder cette vidéo et laisser le jugement de côté. J’ai surtout ressenti de l’accablement à scruter Safia et sa bande (une majorité de fortes tailles pour deux minces) préconiser la diversité corporelle. Tout m’a semblé tristounet dans cette provocation, et pas seulement l’air et la chanson.

Il n’y a qu’un gros pour supporter le harcèlement ordinaire. Les minces sont trop fragiles.

Au-delà des goûts musicaux, je suis pour toutes les formes, bien sûr. Mais cela me plombe de voir combien la norme est devenue é-norme. Comme si tout cela ne tenait qu’à l’esthétisme. Ce n’est que la partie visible de l’iceberg.

Je suis pour la diversité en tout et suis victime de skinny shaming moi-même depuis un sacré bout de temps. Nous, les femmes, ne sortons jamais indemnes du regard que portent les autres sur notre charpente. Nous avons toujours tout faux. Pas assez de ci, trop de ça. Toute une industrie s’acharne à nous vendre une autre peau pour nous travestir.

Les mutants

Mais — et c’est un « mais » de taille — il y a aussi la santé. Et plusieurs sortes d’enrobage, car il y a surpoids, corpulence, obésité — un indice de masse corporelle (IMC) de 30 et plus — et l’obésité morbide. Au-delà de la nécessaire acceptation des corps et du « sacrez-leur-patience », il faut bien réaliser que nous sommes face à une mutation complète du genre humain.

64 % de la population canadienne est en surpoids et / ou obèse. Le tour de taille des Québécois a doublé en 30 ans et quintuplé depuis 1980. 40 % d’entre eux mettent leur santé à risque. Chez les Américains, c’est trois adultes sur quatre qui sont en surpoids ou obèses.

Pas étonnant qu’il y ait tout un mouvement qui vise à réhabiliter l’image de l’embonpoint dans notre société (#bodypositive) même dans la publicité. Je viens de terminer un livre à ce sujet, Gros, n’est pas un gros mot. En gros (!), ça reste difficile d’être obèse pour des raisons sociales, psychologiques et physiques. Personne n’a envie de ça.

« Nous » sommes devenus encombrants et quand je dis « nous », la responsabilité en incombe tout autant aux individus et aux industries qu’aux multiples ordres de gouvernement. « Nous » produisons des obèses à la pelle et « nous » récoltons les multiples troubles qui en découlent, diabète, hypertension, arthrite et arthrose, alzheimer, tout en taxant les gros de tire-au-flanc.

Parfois, le plus gros problème dans une question, c’est la réponse

Dans son livre C’est normal à votre âge ?, le physiothérapeute Denis Fortier souligne que 42 % des cancers sont reliés à l’obésité, de même que 21 % des maladies cardiovasculaires. La liste est si longue. Et la vie si courte. « On ne dit pas assez que les gens obèses perdent de sept à neuf années d’espérance de vie nette ! » souligne le physio.

Denis Forter estime que le manque de volonté politique face au lobby de l’industrie de la malbouffe et sa publicité insidieuse est carrément criminel : « Pour la cigarette, il y a un coupable. Les opioïdes, même chose. Mais l’obésité… c’est multifactoriel. » Cela tient autant de l’éducation que des conditions socio-économiques, de la génétique (et l’héritage des habitudes), de l’accès aux produits frais et de l’environnement « obésogène », des habilités culinaires, des portions d’ogre, de la littératie… Et on ne bouge pas assez.

Le plaisir fout le camp

« Des gros heureux, j’en vois rarement dans mon bureau », remarque le physio. La stigmatisation est bien présente, l’isolement qui l’accompagne aussi, et vous me direz que c’est justement pourquoi ils consultent. « Trop de gras, c’est un organe en plus avec ses hormones inflammatoires ; c’est un dérèglement. Si on avait la jaunisse, on ne dirait pas : “C’est cute !” »

En somme, nous multiplions les couches de tissu adipeux sur notre corps, nous gaspillons le tiers de nos aliments et nous nous demandons comment nous allons nourrir huit milliards d’humains demain matin. Le problème alimentaire est à circonscrire de plusieurs façons, et l’OMS a sorti la corne de brume. Ce qui était autrefois une statistique touchant les Occidentaux repus est en passe de devenir une pandémie mondiale. Dans les pays émergents aussi, où l’accès à des calories de piètre qualité coupe la faim et où le Coke coûte moins cher que l’eau.

« On voit désormais des Indiens et des Japonais obèses ! » souligne la Dre Johanne Blais, qui a écrit trois livres sur la santé des femmes. Selon elle, l’obésité est encore mal comprise. On s’intéresse tout doucement au microbiote, aux effets de la pollution ou du manque de sommeil. « Tous les obèses ne mangent pas mal », argue la médecin.

La kinésiologue de formation note que la notion de plaisir a été complètement évacuée. On souligne rarement le sentiment de bien-être physique et mental qu’on peut éprouver à brouter et à trottiner quelques kilomètres. « Les gens n’ont plus de plaisir à rien. Ils font tout par obligation. Et ils ne bougent pas. C’est désolant. »

La Dre Blais n’a pas de solution miracle, mais trépigne d’impatience devant les campagnes de sensibilisation et les taxes inexistantes sur la malbouffe.

Denis Fortier renchérit : « Il n’y a pas de budget en santé publique pour l’obésité. Rien ! On normalise le phénomène. Et on prend soin de notre corps comme on prend soin de notre planète. »

Il s’en trouve encore pour établir des liens entre les deux. Que d’imagination…

Visionné Lesbian Breakup Song de Safia Nolin. Nécessaire, sûrement. Et toute la réflexion qu’elle fait débouler aussi.

Souligné plusieurs passages du texte d’opinion « Our Food Is Killing Too Many of Us », paru dans The New York Times le 26 août dernier. Le doyen de la Tufts Friedman School of Nutrition Science and Policy et un ancien secrétaire de l’Agriculture de 1995 à 2001 lancent un cri d’alarme. Les Américains souffrent de « malnutrition », et c’est la cause de mortalité numéro uno au pays : plus d’un demi-million de morts par année. Les auteurs préconisent des taxes, oui, mais aussi des subventions sur les produits d’origine végétale. Ils interpellent également les candidats de la course à l’investiture en leur intimant de proposer un programme alimentaire urgent.

Aimé l’essai Gros, n’est pas un gros mot, des chroniques d’une discrimination ordinaire. Il suffit de changer de corset psychologique pour s’imaginer l’enfer que vivent les personnes obèses, surtout les femmes. Tous les aspects associés à cet état sont abordés : manger (on fait livrer), s’habiller, se déplacer, les régimes, les chirurgies, avoir un bébé, la sexualité. Un ouvrage qui parle d’un immense tabou social tout en abordant la « grossophobie » de l’autre côté de la lorgnette.

JOBLOG

Le dernier livre du physiothérapeute Denis Fortier (il a aussi écrit Lève-toi et marche !) remet les pendules à l’heure quant aux supposés bobos et calamités inévitables qui viennent avec l’âge. Non, il n’est pas nécessaire de faire du bide, d’être confus, d’avoir mal aux genoux ; le vieillissement n’est pas forcément une catastrophe naturelle. Il le démontre de maintes façons dans cet ouvrage qui, d’entrée de jeu, souligne que 60 % des résidents de 65 ans et plus en CHSLD prennent des antidépresseurs. Est-ce normal, docteur ? Fortier est limpide quant à nos accoutumances qui causent la plupart des maladies chroniques affligeant les Occidentaux. Le second chapitre s’intitule « On vous ment » et le physio n’est pas tendre envers nos gouvernements qui ne bougent pas davantage que la population sur la question de la prévention. Fortier est un vulgarisateur hors pair et son livre est à la fois pratique et informatif. À mettre entre toutes les mains pour éviter l’évitable.

C’est normal à votre âge ?, Denis Fortier (Trécarré)



À voir en vidéo