Plaidoyer pour la culture scientifique

La rentrée des cégeps est en cours et fait entendre à qui prête, même négligemment, l’oreille, les échos de débats et de polémiques, souvent vifs et profonds, qui depuis plusieurs années déjà traversent ces établissements.

On demande, par exemple, ici de hausser les taux de diplomation ; on suggère ailleurs de repenser la formation générale ; on voudrait là abolir les cégeps ; ailleurs encore, on demande de les repenser sur le modèle du capital humain ; on se demande quoi faire de cette nécessité pour les cégeps en région de recruter à l’étranger ; et j’en passe, mais sans omettre de dire que, sur nombre de dossiers, nous manquons de données probantes ; que sur nombre d’entre eux pèsent les intérêts particuliers ou corporatistes des intervenants ; que les finalités visées par les uns et les autres ne sont pas toujours conciliables ; sans oublier l’immense poids dont pèsent en ces matières les partis politiques portés au pouvoir au gré des élections.

On me permettra de me répéter : je vois dans tout cela un concentré des excellentes raisons pour lesquelles cette réflexion collective d’ensemble, que j’appelle une commission Parent 2.0, est urgente, souhaitable, et même nécessaire. Elle prendrait le temps de réunir en éducation les indispensables données probantes et de dégager des consensus par-delà les intérêts particuliers ; s’agissant des cégeps, elle permettrait de repenser dans son ensemble une institution qui a merveilleusement servi le Québec, mais il faut désormais réinventer la manière dont elle s’inscrit dans une société et une économie en profonde transformation.

Imaginons que se tienne une telle commission. J’irais y défendre une idée qui me tient à coeur depuis longtemps : l’ajout à la formation générale d’une composante de culture scientifique.

Voici pourquoi et voici, pour en donner une petite idée, ce que je préconiserais qu’on y enseigne.

La culture scientifique au cégep

La conception de la culture générale adoptée lors de la création des cégeps était, pour le dire vite, littéraire et humaniste. On l’a certes quelque peu modifiée au fil des ans, mais sans en changer la substance. Mon idée est que le monde actuel demande qu’on y ajoute cette culture scientifique dont je parle, devenue indispensable à la construction de l’autonomie et à l’exercice d’une pleine citoyenneté.

Parmi les raisons qui justifient cet ajout, je rappellerais l’importance de cette culture pour comprendre tant de sujets aujourd’hui débattus ; mais je parlerais aussi de tout ce qui s’oppose à leur discussion sereine et rationnelle. Pensez ici aux fake news, à la « post-vérité », aux théories de la conspiration, au refus des vaccins, le tout étant amplifié par les nouveaux moyens de communication et nous amenant des aberrations comme le retour de l’idée que la Terre est plate ! Tout cela a suggéré à des chercheurs un mot nouveau : dénialisme, pour décrire ce qui se produit.

Je parlerais, bien sûr, également de tous ces efforts délibérés, organisés par des partis intéressés, pour instiller le doute sur des savoirs établis (ces think tanks niant le réchauffement climatique…), mais aussi de ce qui peut, au sein même de la recherche scientifique, la pervertir : ces revues prédatrices ; les périls de la commercialisation de la recherche ; cette privatisation des résultats, avec ce possible refus des payeurs de publiciser des résultats non conformes à leurs désirs ; ainsi que les périls que font parfois peser les médias sociaux sur l’accès à une information scientifique de qualité.

Pour en donner une idée sommaire, je suggère qu’un tel cours pourrait comprendre deux grandes dimensions, deux volets complémentaires. Je précise être persuadé que même les personnes étudiant en sciences en bénéficieraient, puisque plusieurs de ces questions ne sont guère, voire pas abordées dans leur formation.

Ce cours devrait d’abord, sans recours aux mathématiques, donner une idée intuitive de ce qu’un citoyen ne peut absolument pas ignorer des sciences fondamentales. Un gros défi. Mais justement : il se fait aujourd’hui, en livres, en revues, en radio et en télé, sur Internet, de la merveilleuse vulgarisation scientifique qu’il faut faire connaître. De plus, ce cours, que je voudrais multidisciplinaire, serait donné par une équipe de professeurs (le cégep est le lieu idéal pour la constituer) comprenant des scientifiques, mais aussi, bien entendu, des philosophes.

Le deuxième volet de ce cours serait justement celui de la philosophie des sciences. On y apprendrait par exemple ce qu’est la science ; diverses manières de classer les différentes sciences ; ce que sont des faits scientifiques, des lois, des théories ; comment on mène une expérimentation ; ce qu’est un test en double aveugle, etc. Et on ferait aussi une part importante à ces procédures institutionnelles par lesquelles la science vise le vrai : la révision par les pairs, la liberté de l’enseignement et ainsi de suite.

On peut rêver, non ?

Trucs et astuces de prof

Les suggestions sont de Marie-Élaine Turcotte.

Pour la correction de travaux longs, comme les textes écrits : corriger une ou deux copies d’élèves pour lesquels c’est en général plus facile, histoire de se mettre dans l’ambiance ; puis corriger trois ou quatre copies d’élèves pour qui c’est plus difficile ; alterner !

Pour les corrections monotones (du genre à choix multiples…) : corriger tour à tour toutes les mêmes pages pour tous les élèves : ça permet d’avoir les réponses en tête et de corriger plus vite.

La perle de la semaine

Elle est offerte par Ginette Cartier.

« Quel est le système de l’univers défendu par Galilée ? Réponse : l’égocentrisme. »

À voir en vidéo