Nos djihadistes

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, était de passage à Ottawa cette semaine pour prêter main-forte à son homologue canadienne, Chrystia Freeland, qui subit ces jours-ci les foudres de la Chine. Mais si M. Pompeo voulait démontrer sa solidarité avec le Canada dans sa guerre froide avec Pékin, il a toutefois tenu à rappeler au gouvernement du premier ministre, Justin Trudeau, sa responsabilité dans l’épineux dossier du rapatriement de ses citoyens de la Syrie, où certains d’entre eux étaient partis se joindre au groupe armé État islamique (EI) il y a quelques années.

« Nous avons été clairs avec le gouvernement canadien, a insisté M. Pompeo dans une entrevue accordée au réseau anglais de Radio-Canada. Nous voulons qu’ils rapatrient leurs gens… Chaque pays a une obligation de s’assurer qu’ils ne retournent pas sur le champ de bataille. »

Les propos de M. Pompeo faisaient ainsi écho à ceux de son patron, le président américain Donald Trump, qui, la veille, avait menacé de relâcher des milliers de combattants du groupe EI actuellement détenus par les forces kurdes, alliés des troupes américaines, si leurs pays d’origine ne les rapatriaient pas. « Si l’Europe ne les prend pas, je n’aurai d’autre choix que de les relâcher dans les pays d’où ils sont venus — l’Allemagne, la France et d’autres endroits », a laissé tomber M. Trump. Même si le président américain ne met pas une telle menace à exécution, ses propos démontrent l’impatience du gouvernement américain envers l’inaction des pays, comme le Canada, qui cherchent à se laver les mains de leur responsabilité envers ces citoyens devenus indésirables.

Pour le gouvernement Trudeau, les pressions américaines viennent compliquer ce qui était déjà un dossier qu’il aurait préféré balayer sous le tapis, au moins le temps que dure la campagne électorale. Hélas ! C’est le contraire qui est arrivé après que le gouvernement britannique de l’ancienne première ministre Theresa May, dans l’un de ses derniers actes au pouvoir, eut retiré la citoyenneté à Jack Letts. Surnommé « Jack le djihadiste » par les médias britanniques, M. Letts jouissait jusqu’en juillet de la double citoyenneté canado-britannique grâce à son père né en Ontario. Or, même s’il n’a jamais vécu lui-même au Canada, cet homme âgé de 24 ans, et qui est allé en Syrie en 2014, est maintenant devenu la responsabilité de notre pays seul.

M. Letts, tout comme ses parents, qui prétendent que rien ne prouve que leur fils se soit battu aux côtés des terroristes, veut que le Canada le prenne en main. Il serait toutefois difficile de traduire M. Letts en justice, puisqu’il ne semble avoir violé aucune loi canadienne. Selon le Code criminel, il est interdit de quitter ce pays avec l’intention de se joindre à un groupe terroriste. Mais M. Letts n’a pas quitté le Canada pour aller en Syrie. Il est parti de l’Angleterre. Si le Canada le rapatrie de la Syrie, où il est détenu depuis 2017, il pourrait se retrouver en toute liberté ici.

À la veille du déclenchement des élections, on comprend pourquoi M. Trudeau ne s’est pas empressé cette semaine de venir en aide à M. Letts. Après tout, le chef conservateur Andrew Scheer profite de ce cas pour souligner l’approche de son parti envers le terrorisme. Un gouvernement conservateur, martèle M. Scheer, ne ferait aucun effort pour aider M. Letts.

Or, M. Trudeau ne peut pas dire la même chose sans se faire traiter d’hypocrite.

Durant la campagne électorale de 2015, il s’était attaqué au chef conservateur de l’époque, Stephen Harper, pour avoir fait adopter une loi permettant au gouvernement fédéral de retirer la citoyenneté canadienne à des personnes ayant une double nationalité et ayant été condamnées pour terrorisme ou trahison. Le chef libéral avait alors accusé M. Harper d’avoir « dévalué » la citoyenneté canadienne en la rendant conditionnelle et avait promis d’abroger cette loi une fois porté au pouvoir. Lors d’un débat en anglais sur la politique étrangère, M. Trudeau avait déclaré « un Canadien est un Canadien est un Canadien », une phrase qui est demeurée célèbre.

Or, ces propos reviennent hanter M. Trudeau alors qu’il refuse de dire si le Canada a l’intention de venir en aide à M. Letts. Son ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, insiste pour dire que, contrairement à ce que prétend le gouvernement américain, le Canada n’a aucune obligation de rapatrier ses citoyens de la Syrie. Il s’agit non seulement de ceux soupçonnés d’avoir été membres du groupe EI et détenus dans les prisons kurdes, mais aussi de leurs femmes et leurs enfants.

C’est à se demander si les propos de 2015 de M. Trudeau ne valaient que le temps de la campagne électorale. Si les libéraux ont bel et bien aboli la loi de M. Harper, ils semblent prêts à laisser d’autres pays s’occuper des citoyens canadiens devenus djihadistes en Syrie. Selon les experts, environ 180 Canadiens sont allés en Syrie pour se joindre à l’État islamique, dont le tiers seraient déjà revenus au pays de leur propre gré. Or, très peu d’entre eux ont été jusqu’ici poursuivis par le gouvernement Trudeau sans que le gouvernement ne puisse expliquer pourquoi. Serait-ce parce qu’il manque de preuves suffisantes pour obtenir une condamnation ? Si tel est le cas, on comprend que le gouvernement soit réticent de rapatrier ceux qui restent en Syrie.

Peu importe, le gouvernement Trudeau doit s’occuper de leur sort. Après tout, un Canadien n’est pas un Canadien seulement lorsque cela fait l’affaire de M. Trudeau.

À voir en vidéo