Ce français mal aimé

Je voudrais revenir sur un sujet plus cuisant que jamais au Festival de Cannes : le recul du français. Fréquenter ce grand rendez-vous chaque année permet de constater la fluctuation des courants dans le milieu du cinéma, celui-ci entre autres.

La langue des communications passe à l’anglais là-bas depuis plusieurs années, davantage qu’à la Berlinale ou à la Mostra de Venise, où le bilinguisme a cours, mais un pic fut atteint en 2019. S’il existe des écouteurs pour les conférences de presse officielles, avec traduction simultanée, toutes sortes de manifestations orchestrées à Cannes par des organismes privés, conversations entre cinéastes ou autres classes de maître où les médias sont conviés, ne se piquent plus du concours de traducteurs et tout se déroule gaillardement en anglais. Les unilingues francophones, nombreux souvent dans l’Hexagone — plus que dans notre délégation québécoise, au fait — sont de facto pénalisés. Bien des journalistes du pays hôte n’y assistent plus, faute de saisir un traître mot à ce que ce beau monde raconte sur sa tribune.

Plusieurs attachés de presse français, même liés à de grandes institutions, n’envoient leurs communiqués aux médias internationaux que dans la langue de Shakespeare, sans offrir la version française, tenant pour acquis que la lingua franca s’est imposée partout. Et quand les Québécois, ces trouble-fête, leur en font reproche, ils nous trouvent bien sourcilleux.

Parfois, durant les conférences de presse, des acteurs ou cinéastes du pays s’excusent de s’exprimer en français, quand le reste de l’assemblée parle en anglais. Lors de la soirée de clôture du festival, on aura entendu Édouard Baer, maître de cérémonie à Cannes, féliciter l’acteur américain Viggo Mortensen pour son discours en français rendant hommage à feu la cinéaste Agnès Varda. Rare délicatesse d’interprète, exploit à souligner… Sauf qu’on est en France, halte-là !

 
Entendons-nous : le français parlé dans l’Hexagone, même émaillé de mots anglais, demeure de haute qualité. D’où cette impression d’impunité si répandue là-bas. Et on a beau jeu, je sais, au Québec, de dénoncer les dérives du parler parisien quand le nôtre bafouille tant sur nos rives…
 

La France possède son propre rapport à la langue. Société puissante à la culture enracinée, elle ne se sent guère menacée. L’anglais s’arbore comme une fleur à la boutonnière, omniprésent en publicité comme partout. La défense du français y relève du combat d’arrière-garde. Pourtant, il s’agit d’un enjeu crucial, qui devrait transcender les clivages gauche-droite.

La langue écrite en France subit autant qu’ailleurs les contrecoups des raccourcis et formulations boiteuses qui fleurissent à pleins textos. Sa fascination pour l’Amérique et la novlangue des médias sociaux portent des coups de massue à son château fort. Les nouvelles générations, là comme ici, maîtrisent mieux l’anglais que la plupart de leurs aînés. Si sa connaissance est importante à l’intérieur d’un réseau planétaire, elle doit s’accompagner d’une protection accrue de la langue nationale. Rien n’est acquis, même au berceau du français. Dans dix ans, dans quinze ans, faute de garde-fous, la situation outre-Atlantique va se détériorer. Pour l’heure, en la patrie de Voltaire, peu s’en soucient encore.

Bien des enclaves francophones fragiles ont besoin de voir la France jouer son rôle de vaisseau amiral en matière linguistique. Si elle nous lâche, notre petite flotte vacille. Or, les velléités du président Macron de passer le flambeau de la francophonie aux pays africains, entre autres, révèlent un désir inquiétant de déléguer des responsabilités qui échoient à sa terre mère, mieux outillée que les autres pour le combat.

La montée du populisme en Occident nuit en France comme ici à la défense d’un français de qualité. La peur de paraître élitiste fait reculer les plus farouches chevaliers du verbe, qui n’osent s’affirmer, craignant d’être traités de vieux réacs, décollés des réalités du peuple. Sauf que les gens ont besoin d’être tirés vers le haut, vous, moi, tout le monde, sinon on file à l’unisson vers l’érosion linguistique. Au Québec, l’ignorance et le franglais s’ébattent désormais sans contrainte, sous le regard bienveillant de chiens de garde assoupis. L’État, les médias, l’école, les parents, notre propre laxisme y sont bien pour quelque chose pourtant…

Se contenter de cogner sur les errements de la France (et sur les Anglais d’ici), c’est refuser de voir nos démissions collectives. Que faisons-nous pour hausser la barre ? La déperdition linguistique est un phénomène international qui devra être affronté toutes frontières abattues, dans l’entraide, après sursauts de fierté en ricochets, tant nous voguons tous dans le même bateau d’un français qui prend l’eau.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

20 commentaires
  • Brigitte Garneau - Abonnée 6 juin 2019 06 h 23

    Le français et la péremption

    Comme un aîné dans un CHSLD, le français sent sa fin arriver. Plutôt que de dire "Je me souviens" et ainsi retrouver force et vigueur, il préfère le "I do not remember " et ainsi vider les tiroirs de sa mémoire. Le français est tache et trophée à la fois. Tache lorsque c'est Valérie Plante ,qui en tant que mairesse de la métropole de la francophonie en Amérique du Nord , OUBLIE de l'utiliser. Trophée lorsque Stephen Harper, alors Premier Ministre du Canada se faisait un honneur de commencer tous ses discours en français. L'Abitibienne est complexée et l'homme de l'Ouest honoré. Montréal est en train de perdre son identité, le Québec ses racines et la France son origine...

  • Hélène Gervais - Abonnée 6 juin 2019 06 h 48

    Excellent texte ....

    Ici aussi on voit une dégradation du français, même à Radio-Canada, qui autrefois employait des journaliste maîtrisant très bien la langue de Molière. Aujourd'hui quand j'écoute ce même poste, il est à la dérive. J'écoutais quelques émissions de Marina Orsini, que j'apprécie beaucoup d'ailleurs, employer des anglicismes presqu'à chaque phrase, c'est délirant. Ses invités font de même. Pourtant la télévision d'état devrait être le vaisseau amiral, comme vous le dites si bien, pour la langue reconnue au Québec. La France qui s'est toujours crue supérieure à tous grâce à son vocabulaire qui n'en finit plus d'exprimer une pensée, se perd de plus en plus en pensant que la langue française n'est pas en danger dans son pays. Mais attention, plus ça va plus l'anglais prend tout l'espace au détriment des autres langues. Nous n'avons pas à blâmer les anglos pour cela, mais nous-mêmes.

    • Raynald Richer - Abonné 6 juin 2019 18 h 56

      Bien d’accord. Je ne suis pas certain qu’un unilingue francophone peut aujourd’hui écouter Radio-Canada.
      Les anglicismes y sont omniprésents et l’on y fait la promotion de la culture en version originale anglaise (télé, films, livres, sites web). Je ne suis même pas certain que les animateurs(trices) consomment de la culture francophone hors des ondes.

  • Brigitte Garneau - Abonnée 6 juin 2019 08 h 10

    « Made for sharing « 

    C’est le baron Pierre de Coubertin qui va être fier de sa mère patrie! Voilà le slogan des futurs jeux olympiques de Paris 2024...c’est pas beau çà? Surtout, ne gâchons pas notre plaisir: partageons-le!

  • Brigitte Garneau - Abonnée 6 juin 2019 08 h 23

    Quand l’économie $$$ écrase la culture!

    Mac Donald est à la gastronomie ce que l’anglais est à la langue...

  • Gilles Bonin - Abonné 6 juin 2019 09 h 35

    Mal aimé

    et lalmené, oui