Laisser-faire à Mouttawa

Qui n’a pas éprouvé un brin de fierté devant un Xavier Dolan gravissant les marches à Cannes. D’autant qu’il n’est pas le seul : ils sont nombreux, ces réalisateurs de pays francophones qui arpentent les tapis rouges de la Croisette cette année. On admire le génie à raison, mais reconnaissons qu’ils doivent beaucoup aux politiques de promotion culturelles mises en place par les pays francophones et les institutions francophones.

Or, cet échafaudage est menacé par des changements d’habitudes et par la piraterie des multinationales du Web. Dans le monde francophone, il n’y a pas de plus gros enjeu que celui de soumettre les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) aux règles qui les obligeront à redistribuer les milliards qu’ils vampirisent afin de financer la culture et, plus généralement, l’économie des pays concernés.

La chose est possible, car il existe un cadre légitime et légal qui s’appelle la Convention de l’UNESCO pour la diversité culturelle. Ce traité, surnommé le « Kyoto de la culture », autorise les États à prendre les moyens pour protéger leur culture au détriment du libre commerce s’il le faut. Ce sont d’ailleurs les pays francophones, dont le Canada (poussé par le Québec), qui en ont été les plus ardents défenseurs et ce n’est pas un hasard.

À l’heure du Web, tout gouvernement qui se respecte devrait minimalement : 1) faire payer aux GAFAM les impôts et les taxes ; 2) organiser un système de redevance et 3) exiger que les compagnies étrangères structurent leurs algorithmes pour favoriser la découvrabilité des productions nationales à tout le moins dans le pays concerné. À l’heure où l’anglais écrase tout, ces mesures sont essentielles aux francophones pour la survie des créateurs de tout poil et celle des « producteurs de contenus » comme les journaux.

C’est déjà commencé : la France fait payer une « Taxe GAFAM » de 3 % sur le chiffre d’affaires numérique. L’Union européenne modifie les règles de droit d’auteur pour encourager un meilleur partage de la richesse créée. Au Canada, le Québec donne l’exemple en réclamant la TVQ sur les transactions électroniques.

Mais le Québec ne peut agir qu’à l’intérieur des pouvoirs qui sont les siens. C’est au gouvernement fédéral qu’il appartient d’écrire la loi sur le droit d’auteur et d’édicter les règles du CRTC. Or, rien ne se passe à Ottawa malgré l’urgence d’agir. J’observe ce refus de gouverner avec un désarroi croissant. S’attaquer aux GAFAM demande du culot. C’est gros, les GAFAM. Mais un État membre du G7, ce n’est quand même pas une binerie non plus.

Il est vrai que les GAFAM font une représentation du tonnerre dans les antichambres ministérielles. Mais que des lobbyistes assiègent les gouvernements, il n’y a rien de nouveau là-dedans et cela n’empêcherait nullement les gouvernements d’agir s’ils y étaient résolus. Je dirais même qu’au contraire, cela devrait les encourager à le faire. Les lobbys, ça ne fonctionne que dans le mou.

L’idéologie utopiste Web joue pour beaucoup là-dedans. Nos élites canadiennes en sont pénétrées — je dirais même : confites. Il y a 25 ans, on prétendait sans rire que le Web deviendrait la grande utopie humaniste de la fin de l’histoire — à condition de laisser faire. Ce qui en a émergé est un espace de manipulation quasi totale dominé par des multinationales pirates qui se cachent derrière des algorithmes télécommandés, aspirant l’argent du public et nos identités, sapant jusqu’aux bases des systèmes démocratiques, sabotant tous les systèmes d’expression culturelle.

C’est tellement gros qu’on s’en pince. À Ottawa, on observe quelques politiciens qui commencent à saisir l’énormité de la chose. Mais l’idéologie est si forte que la plupart, à commencer par le premier ministre, ont l’air de chevreuils éblouis par les phares.

Que nos politiciens fédéraux ne puissent agir par principe, je puis l’admettre. Mais alors, qu’ils le fassent pour l’argent ! Ce sont des milliards qui échappent au fisc canadien. Et les Canadiens paient deux fois : pour enrichir des compagnies pirates et pour subventionner les entreprises canadiennes et les créateurs canadiens appauvris par le laisser-faire.

On peut bien argumenter, à l’ère Trump, que le Canada doit jouer subtilement et qu’il ne peut attaquer de front des multinationales américaines. Mais en fait, ils sont nombreux aux États-Unis à dire que les GAFAM doivent être mises au pas. Si bien que le législateur canadien aurait toutes les justifications de légiférer.

Certains diront : « Trop tard, les habitudes sont changées, les cinémas ferment, les clubs vidéo n’existent plus. » Je dis tant mieux : maintenant que tout est installé sur Netflix, Facebook et autre Spotify, on sait par quelle corne prendre le taureau.

Encore faut-il des toréros qui n’ont pas peur du taureau, justement.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

7 commentaires
  • Robert Morin - Abonné 27 mai 2019 07 h 52

    Et voilà...

    ...tout est dit. Merci! Tous ensemble, il faut préserver la diversité culturelle sur notre planète, car elle est aussi menacée que la biodiversité.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 27 mai 2019 08 h 08

    Super chronique, bravo !

    Justin Trudeau est une chiffe molle et un menteur de la pire espèce.

  • Pierre Rousseau - Abonné 27 mai 2019 11 h 36

    Un peu de respect SVP !

    Il n'est pas surprenant que l'administration Trudeau dorme au gaz, les libéraux sont inféodés aux multinationales. Ce qui est aussi plus insultant c'est la désinvolture avec laquelle Netflix traite les francophones. Il est très difficile de trouver des films doublés en français mais facile d'en trouver dans plusieurs autres langues... Le Canada ne se tient pas debout face à ces compagnies et c'est désolant.

  • Anne-Louise Genest - Abonnée 27 mai 2019 15 h 17

    Jeu de mots?

    Et... Mouttawa, c'est quoi?

    • Robert Morin - Abonné 27 mai 2019 18 h 22

      Ça me parait évident que l'auteur fait référence à la molesse «inexplicable» d'Ottawa face aux géants étasuniens du numérique. Nous sommes en présence d'un Ottawa mou, d'où «Moutawa».

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 27 mai 2019 18 h 52

      «Mou» et «Ottawa».

      « Les lobbys, ça ne fonctionne que dans le mou. »

    • Francine Moreau - Abonné 27 mai 2019 19 h 57

      contraction de "mou" et de "Ottawa", je suppose !