Le retour du printemps

C’est un truisme : le « Printemps arabe » d’il y a huit ans a très mal tourné.

Partout où des foules avaient défilé, début 2011, pour exiger la liberté d’association et d’expression, dénoncer la dictature, demander le libre choix de leurs dirigeants, ou même — comme en Syrie entre mars et mai de cette année-là — pour simplement demander une « réforme », la main tendue au régime existant… la réponse arriva vite : répression, guerre et chaos.

Seule la petite Tunisie a échappé à cette règle funeste. Elle a évité guerre et dictature, avançant cahin-caha vers un régime d’État de droit, de séparation des pouvoirs et de laïcité imparfaite. Mais même dans ce pays réputé à l’avant-garde des droits des femmes, la demande proprement révolutionnaire d’une égalité des sexes devant la succession et l’héritage passe mal et divise la société en 2019. Quant à la fragile démocratie tunisienne, elle reste seule, en observation, menacée par la crise économique et un environnement régional hostile.

Hormis l’exception de Tunis, la régression quasi généralisée de cette région du monde, depuis 2011, a conduit beaucoup d’observateurs à la ranger dans la colonne des causes perdues.

Culturellement étrangers à la démocratie, prisonniers de l’alternative funeste « dictature militaire ou tyrannie islamiste », les peuples arabes seraient condamnés à vivoter pour toujours en marge de la modernité.

 
 

La Tunisie pourrait-elle avoir, demain, de nouveaux alliés démocratiques dans le monde arabe ? Deux espoirs en ce printemps 2019 : l’Algérie et le Soudan.

Dans les deux cas, des manifestations massives et persistantes ont obtenu en quelques semaines la chute — bien sûr, avec un coup de pouce de l’armée, ce qui reste problématique, mais tout de même — d’un dictateur détesté.

Avec une suite des événements incertaine : entre la possibilité d’une répression violente, celle d’une récupération réussie par l’élite galonnée et l’éternelle hypothèque que font peser des islamistes en embuscade.

Nouveau Printemps arabe ? La formule est tentante.

Algériens et Soudanais montrent aujourd’hui au reste du monde que la résignation à la dictature, à la chape de plomb religieuse et misogyne n’est pas une fatalité. Que, oui, les Arabes peuvent vouloir autre chose, et le dire haut et fort.

Dans un article-fleuve publié cette semaine par l’hebdomadaire Le Point, le journaliste et écrivain Kamel Daoud salue l’habileté des manifestants algériens, jusqu’à aujourd’hui, à naviguer entre ces écueils mortels :

« Le vendredi, la grande foule se mouvait avec précaution, attentive et méfiante, coulait par les rues et les avenues mais comme sur la pointe des pieds. Un oued retenant son souffle. Précautionneux. Tout était volonté de se distinguer de cette loi “arabe” : se soulever, se faire voler la révolution par les islamistes et retomber dans les bras armés de l’armée de son pays. Se faire enfermer, dépérir et se faire déposséder. »

Récupération par les islamistes ? Daoud répond : « Oui, possible. Ils ont la force de leur nombre, de leurs fonds et capitaux, Erdogan et l’Arabie, les réseaux des mosquées et l’orthodoxie religieuse. »

 
 

Deux images féminines pour montrer le « nouveau » en 2019, et une figure de l’espoir en ce « Printemps arabe bis ».

À Alger, il y a déjà six semaines, le 1er mars, au milieu des manifestants : Melissa Ziad, 17 ans, effectue quelques pas de danse classique devant un drapeau algérien. Image magnifique, inusitée dans une manifestation arabe, symbole d’une révolution désirée qui — pour en être une — peut, veut et doit inclure des femmes bien visibles, libérées de leur cuisine et de leur voile.

Et puis, la semaine dernière, autre géographie et autre contexte : cette image d’une jeune Soudanaise, debout sur une voiture, haranguant la foule devant le quartier général de l’armée à Khartoum. Portant un voile blanc, mais les cheveux et le visage épanoui bien en vue, Alaa Salah est devenue une incarnation du mouvement. Cette femme de 22 ans affirme le rôle crucial joué par les femmes dans la contestation : « Les femmes soudanaises, explique-t-elle à l’AFP, ont toujours participé aux révolutions dans ce pays. »

L’avenir de ces révolutions démocratiques, c’est aussi pour beaucoup ce qu’en feront — ou non — les femmes.

François Brousseau est chroniqueur d’information internationale à Ici Radio-Canada.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

4 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 15 avril 2019 09 h 05

    Une irondelle,

    en effet, ne fait pas le printemps et je serais très étonné (je le souhaiterais même d'être étonné) que le Soudan et l'Algérie fleurissent en démocratie. Il paraît, selon je ne sais plus qui, que l'espoir a de l'avenir: on peut toujours «l'espérer»...

  • Gilbert Talbot - Abonné 15 avril 2019 11 h 18

    Le printemps est féminin

    Le président déchu du Soudan est poursuivi par le Tribunal pénal international, pour crimes contre l'humanité. Il y a échappé jusqu'à maintenant, parce qu'il ne sortait pas de l'AFrique. Et quand il participait à des réunions africaines en dehors du Soudan, les présidents de ces pays le protégeaient. Avec sa défection, il est à espérer que finalement il sera remis entre les mains de la justice internationale.

    En Algérie, la menace c'est le retour du FIS, des Frères musulmans et le risque Que l'armée n'intervienne, comme en Égypte pour les éloigner du pouvoir et asseoir un président de leur choix, comme le général Sissi.

    Les femmes se lèvent partout, prennent même les armes et vont au combat, comme chez les Kurdes de Syrie, pour combattre l'islamisme qui les réduit en escalavage. Elles sont jeunes, elles sont belles, intelligentes et combatives. Les femmes sont le fer de lance du printemps et pas seulement au Moyen-Orient, mais partout dans le monde.

  • Serge Lamarche - Abonné 15 avril 2019 13 h 48

    Enfin

    Le Soudan étonne, mais il est bien possible que la méchanceté mortelle y soit extirpée. On a même suggéré une réunification avec le Soudan du sud. Cette séparation et la guerre civile qui a suivi démontraient bien les motivations de cupidités en jeu.
    Pour l'Algérie, que sa situation se normalise ne m'étonne pas et elle est dûe pour entrer en pleine modernité.

  • Carmen Labelle - Abonnée 15 avril 2019 17 h 03

    100% d'accord avec vos propos M.Brousseau

    Espérons que cette fois la population résistera aux islamistes!