Ce qui se passe au Québec comme ailleurs est grave

La province chinoise du Xinjiang abrite une minorité ethnique, les Ouïghours, suspectés à cause de leur foi musulmane de ne pas être de bons communistes et de poser une menace à l’unité nationale. Plus d’un million de personnes sont actuellement prisonnières de camps de concentration dans la région, et reléguées aux travaux forcés.

Officiellement, la Chine présente ses camps et programmes de rééducation comme un plan de lutte contre l’islam radical et le terrorisme. Ceux qui fuient le pays et avancent un autre discours depuis l’étranger voient leur famille restée derrière « disparaître ».

Les Ouïghours ne sont pas les seuls musulmans à lutter pour leur survie en tant que peuple. Les Rohingyas du Myanmar ont aussi fait l’objet d’un génocide — l’ONU a convenu d’appeler ça ainsi —, il y a un peu plus d’un an. Les Yéménites souffrent d’une guerre et d’une famine qui ont déjà tué plus de 85 000 enfants de moins de 5 ans. Et le peuple syrien est maintenant dispersé un peu partout dans le monde, en quête d’asile (plus de la moitié en exil ou déplacé).

Si la guerre et la violence d’État touchent toutes sortes de populations sur différents continents, une condition particulière semble s’attacher à certaines victimes : l’indésirabilité. De nos jours, celles qui sont musulmanes sont présentées comme dangereuses, menaçantes pour le tissu national du potentiel pays d’accueil, intégrables qu’au prix d’une rupture totale et absurde avec leurs identités. Il s’agirait en fait de fausses victimes, complices sournoises de leur sort, porteuses du bacille de la violence. À cause de leur foi.

Sans approuver les crimes du gouvernement chinois, nombreux sont ceux qui font écho au discours qui les sous-tend. Au mieux, on accepte les réfugiés au compte-gouttes en se congratulant pour son « ouverture ». Mais de plus en plus, les frontières se ferment. Et lorsque la haine envers une population, ou ne serait-ce que la méfiance, atteint des proportions internationales, un régime sanguinaire peut en faire ce qu’il veut à l’intérieur de ses frontières : elle est prise au piège. C’est ainsi que, dans Les origines du totalitarisme, Hannah Arendt parle de l’indésirabilité mondiale des Juifs comme condition nécessaire de l’Holocauste.

Le Canada et ses alliés peuvent donc se faire complices de la haine qui sévit ailleurs en empêchant les victimes de fuir, par conviction idéologique ou simple calcul électoraliste. Le racisme et la xénophobie ne pourraient mener au même genre d’horreur ici même, se dit-on toutefois, puisque les droits de la personne sont garantis par les institutions nationales et protégés juridiquement des humeurs populaires. La réalité est plus complexe.

Notre histoire est ponctuée d’exceptions légalisées aux libertés fondamentales. Le génocide envers les peuples autochtones a notamment été permis par la Loi sur les Indiens — toujours en place —, créée pour exclure les Premières Nations de la définition légale de « personne ». De nombreuses politiques, toutes adoptées démocratiquement, ont longtemps rendu illégal l’enseignement du français en Ontario, au Manitoba et dans l’Ouest. La Loi sur les mesures de guerre a permis l’internement systématique des Canadiens d’origines japonaise, allemande et italienne durant la Deuxième Guerre mondiale, l’arrestation arbitraire de souverainistes lors de la crise d’Octobre, et l’incarcération des militants mohawks après la crise d’Oka.

Ce genre d’initiatives s’appuient souvent sur un racisme qui reste tacite. Quand, au début du XXe siècle, Wilfrid Laurier a décidé de bloquer l’immigration noire, il parlait d’incompatibilité avec les hivers canadiens. Lorsqu’on a voulu se protéger du « péril jaune », on a adopté une loi empêchant les navires de faire escale avant d’arriver au pays — un trajet rarement possible, sauf à partir d’Europe.

Le gouvernement du Canada a l’habitude de s’excuser solennellement, quelques décennies plus tard, pour ses errances passées. Puis de recommencer. En 2015, Ottawa a adopté une loi antiterroriste (C-51), avec sa liste arbitraire d’interdiction de vol. Aujourd’hui, le projet de loi sur les signes religieux au Québec cible aussi des citoyens ordinaires, pour la plupart des femmes musulmanes.

Deux législations populaires qui, comme jadis, passent sous silence toute forme d’intolérance.

Soyons clairs. La loi déposée la semaine dernière à l’Assemblée nationale ne « clôt » aucun débat. L’histoire montre plutôt que lorsqu’on justifie un état d’exception et suspend les droits d’un groupe de citoyens, d’autres lois discriminatoires sont encore proposées par ceux qui veulent « aller plus loin ». Voyez la France depuis 2004. Ces lois s’inscrivent habituellement dans un contexte international qui s’envenime, d’autant plus que se ferment les frontières. Jusqu’à ce que le vent politique finisse par tourner. Trop tard. Une pléthore de textes et de discours applaudis en 2019 — incluant les défenses de « compromis raisonnables » — risquent de très mal vieillir. Pour le comprendre vraiment, il faut de la perspective.

Mais le Québec est une société tranquille. Concevoir que ce qui se passe ici puisse être d’une quelconque gravité équivaut, pour plusieurs, à enfreindre les appels au calme de Legault. L’engrenage dans lequel on met le doigt s’inscrit pourtant dans une dynamique internationale qui mine la démocratie, déshumanise, prend des populations en souricière et exacerbe la violence et les préjugés.

À voir en vidéo