Les p’tites filles

Bien sûr, je suis consciente que l’ex-premier ministre Brian Mulroney a fait une gaffe mineure dimanche à Tout le monde en parle en qualifiant la députée franco-ontarienne Amanda Simard de « p’tite fille », et qu’il ne sert à rien de sortir le chalumeau pour chasser une mouche. D’ailleurs, des dizaines d’internautes se sont fait un devoir de me rappeler que j’étais moi-même une « p’tite fille » bien susceptible, après que j’ai eu le malheur de tweeter sur le sujet.

« Il faut comprendre, monsieur Mulroney est d’une autre époque », dit-on. Ce réflexe me semble pourtant tout à fait contemporain. Notez l’ironie : sur le plateau, ce soir-là, se trouvait justement Catherine Fournier, qui venait de passer la semaine à esquiver l’étiquette d’adolescente irréfléchie qu’on tente de lui accoler depuis son départ du Parti québécois. Autrement, je pourrais vous inviter dans ma boîte courriel, où il ne se passe pas une semaine sans qu’un lecteur prenne la peine de m’écrire une critique qui, en dépit de son glaçage argumentaire, prend d’abord appui sur mon âge et mon air.

Lorsqu’on mobilise l’image de la « p’tite fille », ce n’est généralement pas pour désigner une enfant, mais une jeune adulte dont l’assurance ou l’intelligence dérange. On la rabroue en la renvoyant à son enfance, l’expédiant ainsi tout au bas de la hiérarchie de la crédibilité. Culturellement, la petite fille évoque bien sûr l’univers de la candeur et de la pureté, mais aussi celui du caprice, du manque de contrôle de soi, de la faiblesse morale, de l’ignorance. La « p’tite fille » improvise, se laisse influencer par les autres ; elle n’a rien lu et si oui, elle n’a rien compris. Même son potentiel sexuel est retenu contre elle, ou alors on la méprise précisément pour cela, sans l’admettre.

Même l’envers de la petite fille en colère, la première de classe, n’accède pas à la crédibilité. Une fille à son affaire manque de personnalité, une fille qui sort du rang manque de contrôle. On perd à tout coup. On se dit que le temps et l’expérience finissent par arranger les choses. Mais une amie, cette semaine, s’interrogeait à juste titre : y a-t-il, quelque part sur le continuum entre la « p’tite fille » et la « matante », un moment où une femme est considérée comme une interlocutrice légitime ? Il est à se demander si la présence publique des femmes ne suit pas un arc qui les fait passer directement du mépris à l’invisibilité.

Qu’est-ce que ça change, me direz-vous, pour autant que vous agissiez ? Du nerf ! Bien sûr. N’empêche, ce stéréotype légitime bien des choses dont on se passerait. On te coupe la parole. On remet puérilement en question tout ce que tu dis. On te hurle dessus au téléphone avant de te passer tendancieusement la main sur la taille dans un événement public. L’infantilisation sur le plan intellectuel, les belles façons dans les mondanités ; on te signale ta place.

Et ça marche. Les « p’tites filles », grandes comme petites, doutent. La revue Science publiait en 2017 une étude démontrant que dès le plus jeune âge, les filles associent la grande intelligence à l’autre sexe, si bien qu’elles délaissent les activités destinées aux enfants dits brillants. « Pas pour moi ! » Et à force de rappeler aux « p’tites filles » qu’elles ont raison de douter d’elles-mêmes, on s’habitue à ce que leurs actions soient peu reconnues.

Prenez le geste d’Amanda Simard. Sa décision de quitter son parti a dû exiger son lot de sacrifices. Or ce n’était pas un effet de toge ni une désertion du combat politique, comme l’a laissé entendre M. Mulroney. Sa démission a provoqué un débat national sur le soutien à la francophonie minoritaire, partout au Canada. Si elle s’était contentée de couper la poire en deux, de s’accorder sagement avec ses collègues, son geste aurait été politiquement beaucoup moins efficace. Est-il encore si difficile d’admettre que les femmes peuvent avoir un sens tactique et un leadership aussi forts que celui des hommes ?

Je me dis qu’au moins, cette posture a l’avantage de forger le caractère. Je lisais cette semaine Qui sommes-nous pour être découragées ?, un livre d’entretien avec Lorraine Guay, une militante bien connue des mouvements sociaux, qui cumule soixante années d’engagement. Ce livre vaut le détour, notamment parce qu’il offre un point de vue privilégié sur les luttes communautaires et citoyennes des dernières décennies, mais aussi parce qu’il soulève une question essentielle : qu’est-ce qui donne l’impulsion de l’engagement ?

Les détails biographiques sont révélateurs. Mme Guay raconte avoir été expulsée de l’école normale, parce qu’elle était de ces petites filles qui s’organisent, et posent beaucoup de questions. Je n’étais pas si radicale, explique-t-elle. Mais elle plaçait l’autorité devant ses contradictions. On traverse dans cet ouvrage une vie guidée par un sens de la justice inébranlable, et par une extraordinaire éthique de la désobéissance. Voilà, ai-je pensé, ce que deviennent les « p’tites filles » qui se tiennent debout : des battantes.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

38 commentaires
  • Mathieu Lacoste - Inscrit 22 mars 2019 04 h 52

    « vous me faites rire aux éclats avec vos commentaires. ''Stupid is as stupid does'' » (Cyril Dionne)



    Ah ! Mais ! Ce n'est que justice, puisque vos arguments «ad hominem» et «ad personam» n'ont de cesse de m'égayer.

    « on se fous-tu (sic) des convenances épistolaires cher M. Lacoste?» (Cyril Dionne);

    C'est que je m'adressais à un enseignant, d'où ma remarque sur les convenances épistolaires;

    Dans la même veine, le verbe dont le pronom indéfini «on» est sujet se conjugue à la troisième personne du singulier, monsieur l'enseignant : on se fout.

  • Clermont Domingue - Abonné 22 mars 2019 05 h 20

    S'en aller...

    Chère Aurélie, votre chronique décrit bien l'attitude paternelle (paternaliste) des hommes à l'endroit des jeunes femmes. Ma petite-fille de trente ans s'en plaint et beaucoup de grands-pères se reconnaitront.

    Hier,j'ai apporté une rose rouge à ma petite-fille de quatre ans, C'était l'arrivée du printemps. Je lui ai dit pourquoi elle était rouge.Voyez-vous, avant de partir, on aime jouer nos vieux rôles de pourvoyeurs et de protecteurs.Si on aime les jeunes femmes, c'est qu'on aime le printemps...la vie.

  • Hélène Gervais - Abonnée 22 mars 2019 05 h 29

    Wow ....

    quel texte bien écrit et très très vrai. Mes félicitations. J'ai souvent remarqué que la vieille génération des hommes, tel que mulroney, ont une très forte tendance à minimiser ou rapetisser les Femmes qui se tiennent debout. Il s'est surtout senti obligé de défendre sa fille, qui disons-le franchement n'a pas pris du tout la défense du français face à son chef. C'est d'après moi la raison pour laquelle il a tenu de tels propos.

    • S. A. Samson - Abonnée 22 mars 2019 10 h 08

      C'était plus que du paternalisme, c'était du mépris affiché envers une femme qui, il le sait très bien, a agi pour la communauté Franco Ontarienne, pendant que sa propre fille disparaît et se tait. En dénigrant bien gentiment l'une il croyait bien à tort que nous serions aveuglés par ses propos d'apparence si inoffensifs et si siècle dernier. C'était pas mal plus que ça..

  • Mélissa Basora - Abonnée 22 mars 2019 05 h 31

    Merci pour cet article! Très juste!

  • Yolande Chagnon - Inscrite 22 mars 2019 06 h 24

    Brian Mulroney a fait une gaffe mineure dimanche ? ? ?

    Madame Lanctôt,

    Il s'agit d'une gaffe MAJEURE !

    Brian Mulroney donnait du Caroline par ci, du Caroline par là à sa fille. C'est très bien.

    Mais qu'il feinte d'ignorer le nom même de la députée de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard, est inexcusable de la part d'un homme branché sur la politique comme lui.

    Qu'il se permette de l'appeler simplement «la p'tite fille» est carrément méprisant. Tout comme ces colporteurs qui vendaient des aspirateurs Electrolux à la maison aux clientes en les appelant «Ma p'tite madame».

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 22 mars 2019 11 h 16

      @YC et ce " ma belle" dont on nous abreuve trop souvent ...! Je déteste cette condescendance...!

    • Marie Nobert - Abonnée 22 mars 2019 11 h 39

      Madame Gagnon vous avez évité les foudres de Mathieu Lacoste avec votre «Mais qu'il feinte d'ignorer...». Pourvu que ça dure! (

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 22 mars 2019 13 h 08

      @ MN Vous auriez préféré qu'elle utilise le verbre feindre...mais elle a utilisé le verbe feinter.