Parole de jeune Québécois!

Bien des indépendantistes de la première heure, qui observaient lundi avec stupeur, peine, sympathie ou rage la jeune députée Catherine Fournier décrire le PQ comme un parti de perdants, après avoir claqué sa porte, ont cherché des clés pour comprendre cette génération moins lyrique que la leur. Baveuse et traîtresse, qui plus est.

Ces jours-ci, chose certaine, les témoignages de jeunes Québécois sur l’identité, les velléités d’indépendance et le rapport au français ne manquent guère. Autant tendre l’oreille. Ils ne « twittent » pas. Ils parlent.

Le documentaire La fin des terres de Loïc Darses, en salle depuis mardi, et I speak français de Karine Marceau, en ondes à Télé-Québec le 20 mars, tendent le crachoir aux millénariaux. Du coup, leurs propos s’ancrent dans l’actualité des derniers jours, dont le virage du PQ pour remettre le cap sur l’indépendance.

À défaut de les voir offrir des réponses claires aux questions posées — mais que comptent-ils faire avec le legs du passé ? —, les entendre s’exprimer avec autant d’aplomb que de points de suspension captive.

La fin des terres, fine mosaïque remarquablement maîtrisée, a assuré la clôture des Rendez-vous du cinéma québécois le 2 mars dernier. Dix-sept jeunes y causent d’indépendance et de territoire.

Les référendums se sont joués et perdus avant leur règne. Les batailles identitaires relèvent pour eux d’une mythologie. À cloche-pied entre la course du rat, les combats des aînés lourds à porter, les écrans multiples, la planète en péril, une aspiration à quelque chose de plus se tord en eux, sans trouver son cri primal.

Ce premier long métrage poétique, en montage de voix hors champ et de musiques inspirées, sur des images sublimes, parfois déstructurées, offre l’allégorie d’un vide. Car ces tunnels, ces champs, ces rives, ces glaces, ces voûtes, ces bâtiments anciens ou modernes y défilent sans humains ou presque.

Les jeunes à sa proue, tous engagés et éloquents, plusieurs très connus, on ne les verra jamais. Leurs 17 noms au générique les désignent pure laine ou métissés, parfois issus de parents illustres. Il ne sera pas question de Québec solidaire, même si son ombre plane, davantage du PQ en figure tutélaire, du Printemps érable en aventure inachevée, de l’immigration et des Premières Nations, avec allergie à l’entre-soi.

Les images d’archives montrant Michel Chartrand, Gaston Miron ou Pierre Falardeau en train de haranguer les foules leur ont procuré jadis des émois rétrospectifs. Ils auraient aimé y être, sauf que…

Pas si drôle de vivre son âge tendre aujourd’hui. L’avenir est une menace, la mondialisation galope, la langue dérape. « Préserver l’héritage de nos pères, c’est romantique comme idée, mais c’est pas ça qui va mobiliser les jeunes de mon âge », lance une voix en quête d’un nouveau chemin.

Le combat pour l’indépendance ne les rebute pas en soi ; la politique en général, souvent. Cette cape d’éternelles victimes dans laquelle s’enroulent plusieurs souverainistes les éloigne du courant identitaire : pas d’unanimité ni d’élan fusionnel pour ce concert de voix. Faut dire que l’époque ne s’y prête guère…

Dans le documentaire de Télé-Québec I speak français, c’est du fleuron de la langue qu’il est question, sondage à l’appui auprès des 18-30 ans. Quelque 60 % d’entre eux souhaitent rouvrir la loi 101 pour permettre aux élèves de fréquenter l’école anglaise avant le cégep ; ce qui effraie. L’anglais ne constitue pas à leur avis une menace, plutôt un outil de communication pratique et universel.

Ils ont raison sur ce point. Ce n’est pas en conspuant la langue du vainqueur que le Québec fera aimer celle des premiers colons, mais en respectant cette dernière. Ce français, ces millénariaux le parlent mal et le sentent disparaître. Après 50 ans d’école obligatoire, nos compatriotes devraient maîtriser leur outil linguistique bien mieux que ça. Ils le savent. Nous aussi.

La société entière est responsable de la dérive du français chez nous. On est forts pour brandir les grands principes identitaires, hurler contre le « Bonjour, hi ». À l’heure de valoriser la culture, le savoir, la qualité de la langue, il n’y a plus grand monde, ni au gouvernement, ni dans les médias, ni même à l’école, pour prêcher par l’exemple. Et cette pénurie d’enseignants qui ne sont des modèles pour personne…

Ça prendrait un immense effort collectif pour donner aux enfants l’envie de se battre pour le français dans notre bout d’Amérique. Le rêve d’indépendance passe par la langue, mais la simple fierté nationale tout autant.

En regardant ces documentaires-là, on songe qu’il serait injuste de blâmer les millénariaux — renégats ou pas. Allô, Catherine Fournier ! — pour les bris de transmission. Car le Québec de demain, c’est tout le monde qui persiste à le fabriquer plus croche encore que celui d’aujourd’hui.

À voir en vidéo