La menace Wilson-Raybould

L’échange date de 1983. D’un côté, le premier ministre canadien de l’époque, Pierre Elliott Trudeau. De l’autre, un jeune chef autochtone de la Colombie-Britannique nommé Bill Wilson. En dénonçant le paternalisme qui caractérisait les relations entre le gouvernement fédéral et les Premières Nations, M. Wilson avait volé la vedette à M. Trudeau lors d’une conférence constitutionnelle en lui déclarant que chacune de ses deux filles adolescentes voulait devenir première ministre. L’une d’elles, a-t-il ajouté, était prête à remplacer M. Trudeau le jour même.

L’histoire réserve parfois de drôles de coïncidences. Si, en 1983, la petite Jody Wilson-Raybould était trop jeune pour limoger Trudeau père, l’ancienne ministre de la Justice pourrait bien finir par faire perdre à Trudeau fils le poste de premier ministre qu’il occupe depuis 2015.

Il va de soi que ce n’est pas ce qui devait arriver lorsque M. Trudeau a nommé Mme Wilson-Raybould au conseil des ministres après sa victoire électorale il y a un peu plus de trois ans. En choisissant une femme autochtone comme ministre de la Justice et procureure générale du Canada, M. Trudeau voulait souligner son engagement à améliorer les relations entre Ottawa et les Premières Nations, relations qui étaient devenues presque hostiles sous le règne de son prédécesseur, Stephen Harper. Cette frustration à l’égard du gouvernement Harper a convaincu Mme Wilson-Raybould, alors qu’elle était la chef régionale de l’Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique depuis 2009, de faire le saut en politique fédérale sous la bannière libérale en 2015. M. Trudeau l’avait d’ailleurs personnellement courtisée pour devenir candidate.

Regrette-t-il son choix aujourd’hui ? La crise que traverse le gouvernement Trudeau à la suite de la démission du conseil ministres cette semaine de Mme Wilson-Raybould est certainement la pire depuis l’élection de 2015, et elle pourrait bien lui coûter celle de l’automne prochain. Dans une quasi-unanimité, des leaders et des intellectuels autochtones du pays se sont portés à la défense de Mme Wilson-Raybould depuis quelques jours et ont dénoncé les tentatives de l’entourage du premier ministre de la discréditer en disant, sous couvert d’anonymat, qu’elle était incompétente, égocentrique et « difficile ». C’est surtout cette dernière critique qui a fait sursauter bon nombre de femmes, autochtones et non autochtones, qui pouvaient s’identifier au traitement réservé à Mme Wilson-Raybould.

Jusqu’à maintenant, M. Trudeau n’a pas fourni d’explication satisfaisante pour justifier sa décision de rétrograder Mme Wilson-Raybould au poste de ministre des Anciens combattants le mois dernier. Encore vendredi, le premier ministre insistait pour dire qu’elle serait encore ministre de la Justice si l’ancien président du Conseil du Trésor Scott Brison n’avait pas lui-même démissionné, forçant un remaniement ministériel. Or, jeudi, le député libéral montréalais Anthony Housefather avait invoqué l’unilinguisme anglais de Mme Wilson-Raybould pour défendre sa rétrogradation. Ces justifications ne tiennent simplement pas la route.

S’il s’avère que Mme Wilson-Raybould a été mutée pour avoir refusé de céder à des pressions venues du bureau du premier ministre pour intervenir auprès de la directrice des poursuites pénales dans le cas de SNC-Lavalin, qui fait face à des accusations de fraude, elle pourrait bien faire tomber le gouvernement. C’est d’ailleurs la thèse principale qui circule depuis que le Globe and Mail a révélé que Mme Wilson-Raybould a rencontré le secrétaire principal de M. Trudeau, Gerald Butts, en décembre, à l’hôtel Château Laurier d’Ottawa pour discuter du dossier de SNC-Lavalin. À peine un mois plus tard, elle a perdu son poste. Le jour même de sa rétrogradation, elle a diffusé un long énoncé dans lequel elle défendait son bilan comme ministre de la Justice. Quiconque savait lire entre les lignes devait conclure que sa mutation était tout sauf volontaire.

Il y a certainement de bonnes raisons de permettre à SNC-Lavalin de négocier, comme le réclame l’entreprise, un accord de réparation avec les autorités fédérales au lieu d’avoir à subir un procès qui pourrait mener à sa faillite. La décision de la directrice des poursuites pénales Kathleen Roussel de refuser d’accepter la demande de SNC-Lavalin semble aller à l’encontre de l’esprit du nouveau Régime d’intégrité que le gouvernement fédéral a adopté l’an dernier. S’il est vrai que les accusations qui pèsent sur SNC-Lavalin datent de 2015, soit avant l’adoption du nouveau régime, l’entreprise semble remplir tous les autres critères pour être admissible à un accord de réparation, ce qui lui permettrait d’éviter une condamnation en échange d’une amende et des réformes de sa gouvernance — réformes que l’entreprise a d’ailleurs déjà instaurées.

Mais de toute évidence, selon les articles du Globe, Mme Wilson-Raybould — qui, il faut le dire, n’a pas encore rendu publique sa version des événements — n’a pas aimé ce qui à ses yeux constituait de l’ingérence politique de la part du bureau du premier ministre dans un dossier juridique qui relevait d’elle. L’erreur de M. Trudeau fut de rétrograder Mme Wilson-Raybould au lieu de respecter sa décision de ne pas intervenir auprès de Mme Roussel. Il aurait dû se rappeler les mots du père de Mme Wilson-Raybould.

À voir en vidéo