L’humanité sélective

Tous les commentateurs avaient souligné les propos du premier ministre Legault lors de la présentation du cabinet, quand il avait invité ses ministres à exercer leurs fonctions « dans un esprit de proximité, d’humanité et d’ouverture ». Il disait même souhaiter que cela devienne la marque de commerce de son gouvernement.

Avoir recruté Marguerite Blais et écarté Youri Chassin du Conseil des ministres était de nature à calmer certaines appréhensions, mais M. Legault était conscient des craintes que l’arrivée au pouvoir de la CAQ inspirait toujours à ceux qui voyaient en elle un parti idéologique obsédé par l’efficacité et le rendement, peu importe le prix que certains auraient à payer, particulièrement les plus démunis.

« L’appareil public doit exercer son bon sens et son humanité. On a vu trop souvent des décisions tatillonnes se transformer en petites tragédies parce qu’on avait évacué le bon sens et l’humanité », avait-il déclaré.

Force est de constater que le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, n’a pas saisi le message. Ou alors il s’est dit que les propos du premier ministre ne visaient qu’à faire impression. Chose certaine, le traitement que son projet de loi réserve aux 18 000 demandes d’immigration qui se sont accumulées depuis 2005 n’en respecte pas l’esprit.

Tout en reconnaissant la nécessité d’assainir les finances publiques, le chef de la CAQ se scandalisait du manque de sensibilité du gouvernement Couillard, dont les compressions budgétaires faisaient particulièrement mal aux enfants qui éprouvent des difficultés d’apprentissage et aux personnes âgées. Il semble toutefois que l’humanité caquiste ne concerne pas les candidats à l’immigration.

 
 

Même s’ils sont les premiers responsables de l’engorgement au ministère de l’Immigration, les libéraux n’allaient pas se priver de rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui les ont accusés de tous les maux pendant des années. Depuis une semaine, la solution « inhumaine » et « cruelle » retenue par le gouvernement est le principal angle d’attaque de l’opposition à l’Assemblée nationale.

La radiation pure et simple de milliers de dossiers touchant plus de 50 000 personnes va assurément provoquer plusieurs de ces « petites tragédies » dont parlait M. Legault, surtout dans le cas de ceux qui sont déjà installés au Québec, parfois depuis plusieurs années, et qui se trouvent soudainement plongés dans l’incertitude.

Il ne fait pas de doute que le système doit être réformé pour assurer un traitement plus rapide des dossiers. Assurer un meilleur arrimage avec les besoins du marché du travail et diriger plus de nouveaux arrivants vers les régions sont des objectifs qui reviennent systématiquement dans les documents gouvernementaux publiés depuis plus de 25 ans.

La nécessité d’une meilleure coordination des ressources consacrées à l’intégration a également été constatée depuis longtemps, même si l’éparpillement est demeuré la règle. La fin ne justifie cependant pas tous les moyens.

 
 

Bien sûr, on ne parle pas ici de réfugiés qui croupissent dans des camps surpeuplés, où ils reçoivent le strict minimum nécessaire à leur survie, mais l’humanité ne consiste pas simplement à empêcher les gens de mourir.

La société québécoise ne cesse d’évoluer. Ceux qui ont fait une demande d’immigration il y a dix ans ne devaient pas nécessairement s’attendre à ce que leur candidature soit évaluée en fonction de la grille d’évaluation de l’époque. Si elle ne répondait pas aux besoins actuels, il aurait suffi de la rejeter, mais s’inspirer des méthodes de Stephen Harper est franchement gênant.

Certains vont sans doute conserver un goût amer de ce malheureux épisode et regarder ailleurs. Il ne faudrait cependant pas exagérer les dommages qui pourraient être causés à l’image internationale du Québec. Aux yeux de ceux qui font le choix de l’émigration, le niveau de vie et les perspectives d’emploi qu’il peut offrir vont demeurer des atouts considérables.

Il est néanmoins désolant qu’il ait fallu plusieurs jours à M. Jolin-Barrette avant de réaliser qu’à défaut de la traiter, la moindre des choses était de contacter personnellement les requérants dont la demande sera envoyée à la déchiqueteuse pour les informer des nouvelles priorités du Québec en matière d’immigration et de la marche à suivre s’ils désirent faire une nouvelle demande.

Se contenter de leur expédier un chèque de 1000 $ permettra peut-être d’éviter une sanction judiciaire, mais cela crée une impression de froideur que M. Legault semblait précisément vouloir éviter de donner à son gouvernement.

Dans l’immédiat, cela n’affectera sans doute pas la popularité du gouvernement. Certains estiment que le seul droit des immigrants est celui de dire merci. On se plaît néanmoins à croire que l’humanité fait partie des valeurs québécoises. Cette fois, le gouvernement n’a pas réussi le test.


 
35 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 14 février 2019 00 h 56

    oui peut être qu'il n'existe pas de vies sans certains efforts

    entre les bonnes intentions et la realité il y a souvent beaucoup d'écarts est ce du au carctere et surtout aux ambitions a qui on s'adresse,en fait combien font de la politique par humanité , peut être que certains diront aucuns mais je crois qu'ils exagèrent ,l'histoire du Québec n'est il pas l'histoire de gens qui ont fait des efforts pour que le Québec puissent exister et oui peut être qu'il n'existe pas de vies sans un certain efforts

  • Gilles Thériault - Abonné 14 février 2019 01 h 26

    JUSTE

    Vous avez raison. Je vous ai lu deux fois.

    • Gilles Théberge - Abonné 14 février 2019 10 h 25

      Oui je l’ai lu aussi deux fois...

      Pour constater sa mauvaise foi...!

  • Yvon Montoya - Inscrit 14 février 2019 05 h 27

    On est loin des «  valeurs chrétiennes » tant clamées par la CAQ ni du symbole du Crucifix. Depuis bien avant les élections et pour beaucoup de dossiers on pouvait facilement subodorer que ce Parti était doué en duplicité. Il pense que nous sommes devenus immatures du moins pour ceux/ celles qui votèrent pour lui. On a l’air étonné d’une évidence. Cela ne fait que commencer.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 14 février 2019 17 h 58

      Parlant de duplicité, regardez donc du côté de QS de temps en temps.

  • Gaston Bourdages - Inscrit 14 février 2019 05 h 53

    À moins que « l'humanité sélective » en soit rendue à....

    ...pouvoir être achetée pour un montant de 1,000.00$ ?
    J'essaie de me mettre à la place de celles et ceux « qui sont ici au Québec attendent depuis plusieurs annes ».
    L'humanité a besoin d'oreilles.
    Gaston Bourdages,
    Saint-Mathieu-de-Rioux, Qc.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 14 février 2019 16 h 39

      @ YM, YC ..C'est que vous n'avez pas suivi le dossier ...qui est un peu compliqué je vous l'avoue. Pourquoi ?....Parce que souvent, les médias que nous écoutons et lisons ..ne font pas dans...l'information mais dans ...la non-information. (Et j'ajouterais... parfois dans la désinformation.)
      Il y a plus à savoir sur ce dossier. J'en ai déjà saisi le fonctionnement...du moins en partie. Voici ce que le Ministre Jolin-Barrette...en interview avec Anne-Marie Dussault... disait (dans mes mots) :
      Ceux et celles qui sont déjà sur place, qui ont un emploi, qui ont passé le test de l'OQLF, qui ont des enfants dans le système d'Éducation francophone, qui se veulent citoyens québécois à part entière (il y en a ) et, bien d'autres critères pertinents...(même s'ils sont présentement dans ces 18,000)... n'auront pas à subir cette coupure.
      Il faut être conséquent !...et le Ministre l'est. On veut que le Québec soit un État fort de ses valeurs...de sa langue et de sa culture...de son économie...en fait,de tout ce qui, finalement, fera de nous tous des citoyens québécois à part entière ? ...Laissons la partisanerie de côté... Soyons vigilants... et donnons la chance au coureur.

  • Yves Côté - Abonné 14 février 2019 06 h 02

    La CAQ montre...

    La CAQ montre maintenant son vrai visage.
    Comment être fière et fier d'être du Québec dorénavant ?

    • Pierre Grandchamp - Abonné 14 février 2019 11 h 34

      La CAQ a quelques bonnes idées, mais elle va trop vite. Il y a des conséquences à une décision. Elle n’a pas de politique en environnement pis. déja, il y a trop d’ayatollahs. Imaginez quand ils vont arriver à la disparition des commissions scolaires! L'art de proposer des solutions simplistes à des problématiques complexes. C'est comme son projet de laïcité donnant des particularités qui relèvent du fédéral.

      Le ministre aurait dû, dès le départ, encadrer les quelque 5 700 cas, supposément présentement au Québec.

    • Gilles Théberge - Abonné 14 février 2019 14 h 57

      C'est ça que les gens voulaient... C'est ce que les gens ont !

      Avec la représentation proportionnelle, espérons que ça permettra d'avoir des politiques plus équilibrées.

    • Louise Collette - Abonnée 14 février 2019 17 h 32

      Vous dramatisez Monsieur Côté.
      Ça me fait penser aux Libéraux qui sont scandalisés alors qu'à leur arrivée au pouvoir sous Couillard ils ont prodécé à des coupes sauvages pendant deux ans non-stop. Il y a encore des gens qui en paient le prix.
      Étiez-vous fier d'être Québécois alors ??
      Franchement.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 14 février 2019 18 h 04

      Je suis fier de mon Québec. Il commence à se tenir debout malgré la propagande multiculturaliste. Après l’incurie des libéraux du PLQ, le gouvernement Legault agit enfin pour mettre de l’ordre dans le système d’immigration, laquelle est un privilège et non pas un droit.