Flotter

Ainsi, devant le succès populaire et médiatique du Pacte pour la transition, François Legault a accepté d’accorder une heure de son temps à Dominic Champagne, pour discuter de l’avenir. « Moi, j’suis un gars pragmatique », a confié le premier ministre à Alec Castonguay, en marge de l’entretien. « Si demain matin on arrive à exporter l’hydroélectricité dans le Nord-Est américain et à fermer les centrales au gaz, ça changera pas le portrait des GES au Québec, mais ça va aider la planète. T’es-tu prêt à m’aider à convaincre Roy Dupuis pis sa blonde ? » a-t-il demandé à Champagne, l’invitant à rester ouvert aux compromis.

Après une laborieuse entrée dans l’arène, la nouvelle ministre de l’Environnement, MarieChantal Chassé, s’adapte. Lundi, Alain Gravel lui demandait en entrevue si le gouvernement prévoit de soutenir de nouveaux projets d’exploitation des hydrocarbures. Limpide, elle s’est avancée : « Il n’y a pas de projet sur la table actuellement, il a été mentionné à plusieurs reprises, et ça demeure que si projet il y avait, tout d’abord il devrait y avoir acceptabilité sociale, et nous devrions avoir l’assurance que les meilleures pratiques environnementales soient déployées. »

Qu’est-ce à dire ? Mystère. « On est dans plusieurs situations imparfaites et il faut pouvoir continuer à travailler dans le concret dans des situations imparfaites et de toujours essayer de les rendre meilleures et oui de toujours tenter de viser de la meilleure façon de réduire les gaz à effet de serre », ajoutait-elle.

Un ami me faisait remarquer la merveille de sa syntaxe. « Chaque début de phrase refuse de trouver sa fin. Ça fait réfléchir au sens de la vie. Ça commence, mais comment ça finit ? On ne sait pas. On sait que ça finit. » Ce qui, au fond, correspond à la figure de fin du monde qu’incarne la ministre. Après tout, au sein d’un gouvernement de la CAQ, avec un François Bonnardel aux Transports qui considère l’idée de balafrer l’île d’Orléans d’une autoroute, la ministre fait ce que ferait quiconque dans les mêmes circonstances. Elle sourit, égrenant des phrases creuses comme un chapelet, car à l’évidence, c’est tout ce qu’elle peut faire. Une vision parfaitement apocalyptique. Que faites-vous, Madame la Ministre ? « J’attends Godot ! »

C’est aussi l’exact reflet de notre attitude collective envers la crise écologique. Les bons procédés s’enfilent et ne débouchent sur rien. On flotte en attendant le point de rupture.

Dans un livre qu’elle a publié deux jours après les élections, MarieChantal Chassé apparaît pourtant engagée en faveur de la transition écologique. Elle critique le dogme de la croissance infinie, citant allègrement Pierre Rabhi, le philosophe-paysan préféré des puissants, qu’un reportage de Jean-Baptiste Malet paru cet été dans le Monde diplomatique déboulonne justement. La star de l’écologie multiplie les conférences et les apparitions, enjoignant à chacun de « faire sa part » pour éviter la ruine du monde. C’est un fabliau qui l’a rendu célèbre : un colibri tente d’éteindre un brasier en transportant des gouttes d’eau dans son bec. Que fais-tu, demande un tatou au petit colibri, ne vois-tu pas que tu n’éteins pas le feu ? Qu’importe : je fais ma part. L’effort politique auquel nous convie la crise écologique se transforme ainsi en impératif moral, et alors qu’on se résigne au naufrage, « faire sa part » devient une fin en soi. Un détournement bien utile pour ceux qui espèrent verdir leur conscience sans remettre en question l’ordre établi.

Si l’on tient vraiment à attribuer des « parts », peut-être faudrait-il commencer par dire que la taille de ces parts est d’abord fonction de l’appartenance à une classe sociale, et non d’une disposition morale. D’ailleurs, c’est sans doute là que le consensus derrière le Pacte pour la transition trouve sa limite. Que celui-ci compte des signataires comme Véronique Cloutier, qui fait la promotion de son émission de radio en avion, ou Guy Laliberté, qui voyage en jet privé et rêve d’étendre l’exhibition de son capital jusqu’au cosmos, n’est pas une contradiction mineure. Elle révèle précisément le noeud à dénouer : l’organisation économique de nos sociétés est non seulement incompatible avec les limites thermodynamiques de la planète, mais elle crée des inégalités qui modulent la responsabilité de chacun face à la crise.

Inutile, donc, d’exiger que chacune « fasse sa part » si on n’exige pas d’abord une meilleure redistribution de la richesse. S’engager en faveur de la transition écologique, c’est aussi affirmer que c’est parce que nous avons des Véronique Cloutier et des Guy Laliberté en jet privé que le discours sur la responsabilité individuelle et les petits gestes au quotidien est insuffisant. Et si les gouvernements doivent agir, ce n’est pas seulement pour faire des règlements sur le compost et le zonage. Il faut aussi que l’État se fasse un devoir de transformer un système économique qui détruit le vivant au profit d’une minorité qui répartit le blâme entre tous.

À voir en vidéo