Le médecin malgré lui

Jean Lemieux est médecin et romancier. Comme Jacques Ferron, son mentor, se plaît-il à répéter. Critique de polars au Devoir, Michel Bélair a souvent souligné la qualité des romans de Lemieux, en parlant d’une « écriture efficace et toujours juste » et de personnages « bien campés, échappant la plupart du temps aux gros traits et à la caricature ». En résumé, écrivait Bélair en 2009, « Lemieux sait raconter les histoires ».

Dans Une sentinelle sur le rempart (Québec Amérique, 2018, 208 pages), c’est, pour la première fois, la sienne qu’il raconte, celle du petit hockeyeur d’Iberville, friand de lecture, devenu médecin presque malgré lui. « Je pratique ce métier depuis près de quarante ans, écrit-il aujourd’hui, sans jamais m’être départi du sentiment d’être un imposteur. J’ai toujours porté en moi cet autre rêve : écrire. »

Comme ses prédécesseurs tiraillés entre l’appel de la médecine et celui de la littérature, comme les Ferron et Tchekhov, par exemple, Lemieux n’est pas tout à fait un médecin comme les autres. Au cégep, en 1971, il n’appartient pas au camp des « bolés ». Tenté par le hasch et le psychédélisme, il coule ses cours de science et décide de s’inscrire en lettres, avant de revenir vers les sciences en vue de devenir médecin.

L’appel littéraire

Ce déchirement entre ces deux vocations ne le quittera jamais vraiment. La médecine s’imposera, finalement, mais non sans peine, et, reconnaît Lemieux, « pour combler un vide intérieur, accomplir un exploit, devenir quelqu’un ».

Cette présence permanente de l’appel littéraire chez lui est ce qui rend son « parcours de médecin » particulièrement digne d’intérêt. Lemieux s’avoue notamment « peu porté vers la science » et plus attiré par les histoires de ses patients. Il aime surtout « questionner une personne, l’examiner, la comprendre », confie-t-il. « Les liens que je tisse avec mes patients m’intéressent beaucoup plus que le traitement de leurs maladies. »

« Le médecin, comme le soldat ou le policier, est mû par le désir de servir. Cette dimension est tellement évacuée du discours courant, centré sur la rémunération et l’accessibilité aux soins, que ce discours provienne des médias, des réseaux sociaux, du gouvernement ou des fédérations de médecins, que je me ferai probablement taxer de naïf, de partial ou… d’idéaliste. »

Dans le corps médical, les docteurs en humanité de ce type sont plutôt rares. Bien des raisons, évidemment, expliquent la froideur qui est devenue la norme dans cet univers, et les médecins n’en sont certes pas les seuls responsables. Je me permets néanmoins de formuler l’hypothèse suivante : si plus de médecins fréquentaient assidûment et réellement la littérature, si les grandes oeuvres étaient présentées comme une école de vie au coeur de la formation médicale, les malades auraient moins souvent l’impression d’être traités comme du menu fretin et les médecins, comme de simples exécutants.

Plutôt modeste, Lemieux ne se présente jamais comme un médecin extraordinaire. Son parcours, cependant, l’a mené sur des chemins peu fréquentés. Omnipraticien pendant plus de dix ans aux îles de la Madeleine, où il a notamment accompagné Georges Langford sur scène à la basse, Lemieux a appris à pratiquer une médecine de campagne peu portée sur le surdiagnostic et semble en avoir tiré une sagesse thérapeutique : soigner, au fond, c’est d’abord accompagner.

Il s’est ensuite consacré aux soins physiques des patients de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec. Encore là, nous sommes loin de la médecine à paillettes. « Aux Îles ou à l’Institut, note Lemieux, j’ai travaillé toute ma vie en région éloignée, dans un archipel avec pas de clefs, dans une citadelle avec plein de clefs. » Plus encore, le doc romancier dit avoir « toujours travaillé selon un salaire horaire », ce qui ajoute à sa marginalité, aussi relative soit-elle.

La vocation et l’argent

Retraité depuis l’été dernier, Lemieux, avant de quitter l’hôpital, a fait des pieds et des mains pour contrer les effets délétères de l’administration libérale en santé. « Si j’écris des histoires de meurtre, demande-t-il, est-ce parce que j’ai envie de tuer quelqu’un ? » Peiné par la mauvaise réputation qui afflige les médecins depuis quelques années, notamment pour des raisons de rémunération gargantuesque, Lemieux veut nous convaincre que, quoi qu’on en pense, le médecin « est mû par le désir de servir ».

J’ai envie de le croire. Sa description de son travail, de ses nuits de garde, de ses rencontres avec les patients ne laisse pas de doute : les médecins, en général, se donnent à fond, trop, même, souvent. Le problème avec eux, s’il y en a un, n’est pas là. Quand Lemieux lâche, au détour d’une des quelques complaintes qui parsèment son livre, qu’il aurait « volontiers gagné moins pour vivre plus », j’ai envie de le prendre au mot.

Pourquoi, en effet, ne pas réduire raisonnablement le salaire des médecins et, avec l’argent ainsi épargné, en former plus ? De cette façon, les patients seraient mieux servis, par plus de médecins animés par la vocation, moins épuisés, plus heureux et, aurais-je le goût d’ajouter, de retour parmi nous. Je rêve : les médecins écrivains m’inspirent.

Jean Lemieux sera au Salon du livre de Montréal le 17 novembre.

2 commentaires
  • Hélène Lecours - Abonnée 17 novembre 2018 08 h 05

    Mon père était un "médecin écrivain"

    Avant la "castonguette", les médecins étaient aussi des philosophes et des humanistes. Certains travaillaient pour l'argent, ce que notre système a fortement encouragé, le mien était passionné par son métier et avait envie de raconter. Il a fini par publier, à ses frais, ses histoires d'accouchements à la campagne, du temps où ça se passait à la maison. (Aux Éditions de l'homme sous le titre de "Gésine", par Raymond Lecours). Tout ça pour vous dire qu'il a été horrifié e devoir passer au système de santé public. Il rencontrait et soignait tout le monde, gratuitement si nécessaire. (Le Serment d'Hyppocrate avait encore du sens?) Bref, je ne dis pas que c'était parfait avant, bien loin de là, mais que le Collège des médecins s'est durci autour des règles et des privilèges acquis et a souvent empêché une saine évolution de la médecine, par exemple en empêchant les médecins formés à l'étranger de pratiquer ici, entre autres.

  • Hélène Gilbert - Abonnée 17 novembre 2018 15 h 34

    Le contingentement de la profession

    On évacue toujours cela du discours courant sur la rémunération des médecins, les interminables files d'attente, les négociations avec les spécialistes, etc.: on oublie de parler du fameux contingentement de la profession. Posons-la donc la question: pourquoi l'entrée en médecine est-elle si contingentée? Pourquoi n'accepte-t-on pas plus d'étudiants en médecine? Pourquoi de nombreux étudiants en médecine ont-ils été forcés de faire un autre bac avant de pouvoir être acceptés en médecine?
    Je sais de quoi je parle, j'y ai goûté moi aussi à ce contingentement. Mon premier choix à l'université était la médecine. J'ai été refusée et j'ai fait un B.Sc. & M.Sc. en Biologie, car j'y ai pris goût. Mais par la suite, avec 2 enfants, j'ai voulu retourner à mon premier choix et j'ai refait la demande d'admission en médecine vers l'âge de 35 ans. Cette fois on m'a acceptée à une entrevue. Quel cirque! Deux médecins d'âge mûr m'ont questionnée durant 30 minutes sur mes capacités à être à la fois mère de famille et médecin. Et encore une fois, bien sûr, j'ai été refusée.
    On voit bien aujourd'hui que nous manquons sérieusement de médecins, on les surcharge de travail et on leur impose un quota de patients. C'est ridicule.