La révélation

Lors de son passage à Tout le monde en parle au début de 2017, l’homme d’affaires Alexandre Taillefer n’a pas tari d’éloges à l’égard de la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé. Sans douter de la bonne foi de M. Taillefer, celui qui est depuis devenu le chef de campagne du Parti libéral du Québec a encore davantage de raisons de vanter les mérites de Mme Massé maintenant que le vote du 1er octobre est à nos portes. Chaque électeur que QS arrache à la CAQ ou au Parti québécois rapproche le PLQ de la victoire.

En 2017, M. Taillefer estimait que Mme Massé était « un actif que le Québec sous-exploite » et disait croire qu’elle « ferait une excellente ministre ». S’il est réélu, Philippe Couillard ferait-il de Mme Massé sa ministre de la lutte contre la pauvreté pour effacer la dette qu’il aurait accumulée envers elle ?

Blague à part, les stratèges libéraux doivent être reconnaissants envers Mme Massé, qui, en devenant la révélation de la campagne, a jusqu’ici nui sérieusement aux deux principaux adversaires du PLQ. Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a beau avoir passé les trois premières semaines de la campagne en multipliant ses attaques contre la Coalition avenir Québec et son chef, François Legault, c’est QS qui semble récolter les fruits ses efforts alors que la montée du parti gauchiste correspond à la descente du parti le plus à droite sur l’échiquier politique. Cela n’enlève en rien le bien-fondé du choix des électeurs de QS. Mais c’est quand même une drôle d’élection quand des transferts de voix s’effectuent de la CAQ vers QS.

  

On comprend mieux alors la frustration du chef péquiste, qui a hier accusé QS d’avoir bénéficié d’une « partie gratuite » depuis le début de la campagne, et ce, après s’être attaqué sans succès à la structure atypique de QS lors du Face-à-face à TVA jeudi soir.

Quand QS ne constituait une menace que dans une poignée de circonscriptions, il était peut-être compréhensible que les gaffes de Mme Massé ou le cadre financier pour le moins discutable de QS n’accaparent pas l’attention des médias ou des électeurs. Mais si M. Couillard ou l’un des autres aspirants au poste de premier ministre avait erré en déclarant que l’anglais constituait une langue officielle du Québec, pensez-vous qu’on l’aurait ménagé comme on l’a fait dans le cas de Mme Massé ?

Manifestement, la langue n’est pas au coeur des préoccupations de Mme Massé, qui n’est pas entrée en politique principalement pour protéger l’identité québécoise. Son engagement politique tourne autour de l’instauration d’un autre modèle de développement économique, durable selon elle, et dont la réalisation nécessitera inévitablement l’indépendance du Québec.

  

En attendant, QS propose d’augmenter l’impôt des particuliers et des entreprises par plus de quatre milliards de dollars par année — sans parler des neuf autres milliards en « nouvelles sources de revenus et d’économies » qu’énumère son cadre financier — alors que le fardeau fiscal des Québécois est déjà plus lourd qu’ailleurs en Amérique du Nord. On a beau dire vouloir gouverner d’une « autre façon », QS ne peut pas faire abstraction du fait que notre économie évolue toujours dans un système capitaliste mondial qui n’est pas à la veille de reconnaître l’exception québécoise. Quand Mme Massé dit que QS irait « chercher l’argent » que les gouvernements libéraux et péquistes successifs n’ont pas eu le « courage » d’aller chercher, c’est sans doute de la musique aux oreilles de la base anticapitaliste de QS. Mais la fuite de capital qu’entraînerait l’adoption des mesures solidaires laisserait l’État québécois dans une bien mauvaise position pour réaliser toutes les promesses que Mme Massé a faites depuis le début de la campagne.

« Êtes-vous un parti révolutionnaire socialiste ? » a demandé à Mme Massé le président de la Chambre du commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, après son discours devant la CCMM jeudi dernier. Les gens d’affaires qui avaient assisté à son discours n’avaient pas à attendre sa réponse pour tirer leur propre conclusion.

Si jamais QS détient la balance du pouvoir dans une prochaine législature, quelles seront ses exigences budgétaires envers un gouvernement caquiste ou libéral ? Déjà, l’idée de QS de vider le Fonds des générations pour financer sa lutte contre les changements climatiques a de quoi faire sourciller. Si l’engagement de QS envers la lutte contre les gaz à effet de serre mérite d’être salué, il propose systématiquement les méthodes les plus chères et les moins efficaces pour y arriver. Réaffecter les 12,5 milliards en versements prévus du Fonds des générations pour financer des mesures chères aux environnementalistes, mais qui ne donnent pas des résultats concluants, serait une trahison.

Qu’on ne se méprenne pas, Mme Massé demeure la révélation de cette campagne, non pas pour ses promesses irréalistes, mais pour son comportement exemplaire et pour l’humanisme et l’authenticité qu’elle dégage. En sachant mobiliser les jeunes, elle rend un grand service à la démocratie québécoise. Mais en démocratie, il ne devrait jamais y avoir des parties gratuites.


Une précédente version de ce texte, qui évoquait la liquidation du Fonds des générations plutôt que la réaffectation des versements futurs, a été corrigée.

À voir en vidéo