Technologie: Le Wiki, le tableau blanc de l'intelligence collective

Quoi qu'il en soit, la seule métaphore pour décrire le Wiki qui vient en tête à ces deux internautes est celle du tableau blanc. De dire Marc Laporte, en citant Pierre Levy, «personne ne sait tout, mais tout le monde sait quelque chose. Cette phrase de Lévy décrit à merveille les possibilités offertes par le Wiki».

Mais qu'est-ce qu'un Wiki? Au détour d'une page Web, peut-être avez-vous lu ce drôle de mot. À moins que vous ne soyez un visiteur régulier de l'encyclopédie en ligne Wikipédia et, dans ce cas, sans le savoir, vous consultez un Wiki.

Très simplement, dans sa forme la plus pure, un Wiki est un outil de travail collaboratif permettant à n'importe quel internaute armé d'un fureteur Internet de créer ou de modifier à volonté une page Web, et ce, sans qu'il lui soit nécessaire d'apprendre un quelconque langage de programmation. Sylvain Carle décrit d'ailleurs le Wiki comme l'outil le plus simple d'utilisation sur Internet après le courrier électronique.

Pour la communauté francophone WebSémantique.org, l'utilisation d'un Wiki se décline en quatre grands enjeux: le Wiki est incitatif, «sa vertu d'incitation à la participation est la première clause de son cahier des charges». Il est aussi délibératif, en proposant «une forme d'approfondissement du consensus virtuel [...] faisant partie de son attractivité et donc de son caractère incitatif». Le Wiki doit être instructif, en ce sens que la collaboration directe ou différée de ses contributeurs est synthétisée en un ensemble de ressources centrées sur l'objet qui les motive. Et enfin, il est expressif, c'est-à-dire qu'il est «l'expression d'un collectif, d'un ensemble d'individus présentant au moins une attente commune».

Concrètement, un Wiki permet à toute personne en train de lire une de ses pages de la modifier à la volée. Toutes les versions restent cependant accessibles, tandis que l'historique des modifications peut être consulté en tout temps. Ainsi, un premier auteur rédige l'esquisse d'un billet, un second peut le compléter puis un visiteur ou plusieurs visiteurs en corrigent d'éventuelles erreurs qu'ils auront remarquées en naviguant sur le site.

Pour bien comprendre la mécanique d'un Wiki, imaginez une version du site Internet du Devoir où il serait possible à tous les internautes de modifier ou corriger l'ensemble des pages le constituant, et ce, de la façon la plus anonyme qui soit.

L'encyclopédie Wikipédia est d'ailleurs conçue sur ce mode de publication. Tous peuvent y ajouter leur grain de sel. Anarchique et chaotique comme modèle de publication? Sans aucun doute, puisque après tout, si on pousse la métaphore au maximum, n'importe quel vandale pourrait détruire une page Internet ou encore la modifier en introduisant de fausses informations.

Pourtant, on constate dans la réalité que ce genre de choses arrive fort peu souvent. D'expliquer Marc Laporte, «puisque n'importe qui peut détruire une page, ou est le défi qui est la marque de commerce des hackers? La beauté du Wiki, c'est cette forme de consensus qui s'en dégage. Ce qui reste sur une page Web, c'est ce qui est le plus pertinent comme information. C'est aussi ce qui sera confirmé par l'ensemble des visiteurs».

De plus, si par malheur, un imbécile ou un robot spammeur passe par là et efface une ou plusieurs pages, le visiteur suivant pourra tout simplement, d'un seul clic de souris, faire renaître les dites pages en allant consulter l'historique des modifications. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles les Wiki fonctionnent. Un Wiki, c'est un outil organique qui carbure à la liberté et au chaos.

Or, bien que l'application Wiki la plus connue soit l'encyclopédie Wikipédia, des centres de recherche, des «think tank» et des gestionnaires de projets commencent à implanter des Wiki en entreprise. Les contraintes liées à l'utilisation d'un Wiki étant quasiment nulles, tous, sans restriction, peuvent donc contribuer à leur rythme.

Sylvain Carle a d'ailleurs constaté qu'en raison de cette participation universelle, l'implantation d'un Wiki en entreprise responsabilisait ses utilisateurs. «Aborder un Wiki demande toutefois de revoir ses processus de réflexion. Installer un Wiki en entreprise en voulant enchâsser ses membres dans une structure rigide est inévitablement voué à l'échec.» Un Wiki, c'est une séance de remue-méninges avec des stéroïdes! «Il ne faut surtout pas brimer la créativité des participants à un Wiki.» En respectant ces conditions, il s'en suit normalement un processus d'appropriation du Wiki par le groupe qui résulte en des résultats positifs.

Karl Dubost, du W3C et fondateur du site WebSémantique.org, suggère aussi d'autres idées d'utilisation du Wiki. Par exemple, un Wiki pourra être utilisé pour le développement de projets en petites équipes, l'apprentissage de l'écriture structurée ou l'écriture d'un roman («grâce à la gestion automatique des mots liés, on fait en même temps la scénarisation et l'histoire, les deux s'autocomplétant»).

Pour la communauté des utilisateurs francophones CraoWiki, le Wiki est une étape de plus vers le haut héritée des modèles traditionnels «OpenSource» et «BBS». Dans le modèle normal, vous devez passer par un long processus d'enregistrement ou être capable de programmer pour contribuer à quoi que ce soit; cela n'encourage pas la contribution et crée une petite communauté de «membres» ou de «programmeurs» qui font tout le travail. À l'inverse, dans un Wiki, si vous relevez une faute vous pouvez la corriger instantanément, et ajouter quelque chose de nouveau est aussi facile que de savoir le saisir au clavier.

***

Corriger avec facilité

Créé par Ward Cunningham, le Wiki est un site Web sur lequel tout visiteur peut modifier ou créer des pages à l'aide de son fureteur Internet. Son nom provient du mot hawaïen WikiWiki qui signifie «vite». En effet, la publication d'une contribution sur un Wiki est instantanée, il n'y a aucun délai d'attente dû à une révision du contenu par un quelconque administrateur.

La super encyclopédie en ligne, Wikipédia, explique ainsi le mécanisme de publication sur un Wiki. «Le principe est simple: il s'agit d'un modèle coopératif de rédaction de documents. Concrètement, n'importe quel visiteur a la possibilité de modifier la page qu'il est en train de lire. Les modifications sont ensuite enregistrées, et toutes les versions historiques restent accessibles [comme dans un logiciel de gestion de versions]. Ainsi, un premier auteur rédige un article, un second le complète, puis un visiteur en corrige d'éventuelles erreurs qu'il aura remarquées en naviguant sur le site.»

Pour illustrer à quel point il est facile de modifier un texte dans un Wiki, en voulant citer Wikipédia dans cet article, j'ai constaté une petite faute de frappe dans un mot («navigant» au lieu de «naviguant»). Sans même devoir m'enregistrer, j'ai corrigé cette petite faute, et j'ai pu publier de nouveau la définition en quelques secondes.

***

Une imposante encyclopédie

Wikipédia est une des plus imposantes encyclopédies publiées sur Internet. Cette encyclopédie libre et multilingue — Wikipédia est publiée en plus de 50 langues différentes, dont le français — annonçait le 23 février dernier que l'ensemble du projet comportait plus 500 000 entrées.

Wikipédia a vu le jour, à la suite de la publication d'un essai écrit par Richard Stallman (The free universal encyclopedia and learning resource) qui s'interrogeait sur la pertinence (l'urgence?) de créer une encyclopédie libre universelle.

Bien qu'il n'existe pas officiellement de «chef de projet» chez Wikipédia, ses deux fondateurs, Jimmy Wales et Larry Sanger, ont réussi à lancer ce projet grâce au travail inlassable de Sanger, qui a travaillé durant un an à rédiger la base de l'encyclopédie, alors que Wales, par l'entremise de son portail Internet Bomis, a mis en place un montage financier, la fondation Wikimédia, destiné à assurer la pérennité de Wikipédia. Aujourd'hui, le projet marche par consensus, en utilisant les règles et recommandations créées par les différents contributeurs.

Tous les contenus sont publiés sous licence de documentation libre GNU GFDL, «permettant à quiconque la diffusion et la modification du texte libre, tout en garantissant que personne ne pourra en restreindre l'accès, même à des versions modifiées.»

À voir en vidéo