Une campagne provinciale

Une campagne électorale réserve toujours son lot de pitreries, mais on n’avait encore jamais vu un chef de parti, premier ministre de surcroît, mettre un de ses adversaires au défi de chanter l’hymne national canadien devant l’unifolié. Et dans les deux langues, s’il vous plaît.

Il est vrai que M. Couillard ne manque aucune occasion d’ironiser sur la nouvelle fierté canadienne de François Legault, mais cet épisode burlesque illustre bien la tournure résolument provinciale prise par la campagne 2018.

Le reste du Canada ne s’y trompe pas. Dans sa chronique de samedi dernier, le collègue Konrad Yakabuski soulignait que le Québec y est maintenant perçu comme une province comme les autres, de sorte que l’issue de l’élection du 1er octobre ne présente aucun intérêt particulier.

Pendant des décennies, on a cherché une réponse à la célèbre question « What does Quebec want ? ». L’Homo politicus québécois a été examiné sous toutes ses coutures, avec une curiosité frisant parfois le voyeurisme. Durant la campagne de l’automne 1998, le National Post avait publié, sous le titre « Sex and separatists go together », les résultats d’une étude réalisée par une firme de sondage ontarienne qui avait constaté des différences significatives dans les habitudes sexuelles des souverainistes et des fédéralistes québécois.

Après avoir interrogé 350 personnes, on avait découvert que les souverainistes laissaient plus facilement libre cours à leur libido et qu’ils manifestaient « un engagement moindre envers la monogamie et la stabilité en matière de sexualité ». Fins psychologues, les auteurs de l’étude avaient conclu : « C’est comme si la guerre non violente entre séparatistes et fédéralistes au sujet de l’avenir du Canada s’étendait métaphoriquement aux questions les plus personnelles. »

  

Maintenant que le référendum a disparu du radar, le Canada anglais ne manifeste aucun intérêt pour la façon dont le PQ entend soulager le fardeau que constitue la préparation des lunchs ou encore pour son « Tinder » du covoiturage.

Certes, les électeurs attendent des différents partis qu’ils leur offrent d’abord un « bon gouvernement », et plusieurs propositions faites par les différents partis sont indéniablement de nature à améliorer le bien-être de la population. Elles témoignent toutefois d’un respect inhabituel pour les limites que la Constitution a fixées aux champs de compétence des provinces. On se croirait presque au Nouveau-Brunswick.

On n’en attendait pas moins du PLQ, mais la retenue des autres partis est tout aussi remarquable. Dans le programme que le PQ a adopté il y a un an, chaque chapitre énumérant ses engagements se concluait par un rappel de ce que l’indépendance permettrait de faire en plus. Depuis le début de la campagne, on ne peut pas accuser Jean-François Lisée d’avoir abusé de cette pédagogie et il est certain que personne ne lèvera le poing en l’air, comme Pierre Karl Péladeau l’avait fait en 2014.

Quant à François Legault, le moins qu’on puisse dire est qu’il ne donne pas l’impression de vouloir placer son « nouveau projet nationaliste » au centre de sa campagne et donner ainsi au premier ministre Couillard l’occasion de le dépeindre comme un crypto-séparatiste qui cherche à provoquer la chicane avec Ottawa.

   

Totalement absente jusqu’à présent, la question nationale s’invite dans la campagne de façon inattendue. La conclusion imprévue de l’entente entre les États-Unis et le Mexique, qui vient encore augmenter l’incertitude sur l’avenir du système de gestion de l’offre, vient rappeler de façon très concrète que le Québec est totalement à la merci du gouvernement fédéral, qui décidera seul quoi sacrifier pour contenter Donald Trump. Justin Trudeau ne signera qu’un « bon accord pour le Canada », pas nécessairement pour le Québec.

Le « Just watch me ! » lancé par M. Couillard fait sourire quand on sait à quel point cet ardent fédéraliste est soucieux de ne rien faire qui puisse redonner vie au mouvement souverainiste. C’est visiblement avec beaucoup d’hésitation qu’il a accepté de s’associer à la démarche commune proposée par Jean-François Lisée, qui n’espérait sans doute pas une si belle occasion de démontrer que l’indépendance n’a rien d’obsolète.

François Legault fait semblant de croire que le gouvernement Couillard pourrait réellement influencer la décision d’Ottawa, ce qui lui permettra de l’accabler si le Québec fait les frais d’une nouvelle entente, mais il sait parfaitement que lui-même serait aussi impuissant à sa place. Une simple province n’a aucun moyen d’y faire obstacle.

S’il faut choisir entre le lait québécois et l’automobile ontarienne, M. Trudeau n’hésitera pas longtemps. Les « conséquences sérieuses » que M. Couillard a évoquées si le système de gestion de l’offre était sacrifié seraient infiniment plus graves pour le Parti libéral du Canada si c’était l’industrie automobile qui écopait.

23 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 30 août 2018 03 h 46

    Peut-être

    que ce sera le nouvel accord ALENA qui fera naître le repoussoir qui seul remettrait les Québécois sur la voie de la souveraineté, s'il reste un semblant de ressort chez ce «peuple».

    • Nadia Alexan - Abonnée 30 août 2018 14 h 11

      Il y'a deux enjeux électoraux majeurs dont ne parle pas monsieur David: la réforme fiscale et les changements climatiques. L'urgence de mettre fin au scandale des paradis fiscaux, avec la bénédiction de nos élus et l'évasion fiscale des grandes entreprises. Il faudrait s'en sortir de la politique néolibérale, sauvage, qui met les intérêts financiers et commerciaux avant le bien public.
      C'était Albert Einstein qui disait: «la folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.»

  • Jean-Charles Morin - Abonné 30 août 2018 06 h 41

    Le prix de nos turpitudes.

    En refusant par deux fois de naître comme pays, le Québec s'est peinturé dans le coin de l'impuissance et n'est plus pris au sérieux par qui que ce soit dans le reste du Canada. Maintenant que nous avons hérité du rôle de l'insignifiant de service qui s'amuse encore parfois à jouer au matamore, il faut assumer les conséquences de ces choix malheureux et accepter de payer la facture salée occasionnée par notre démission collective.

    Mais il y a quand même du positif dans la précarité de notre situation présente: le problème existentiel de la préparation des lunchs semble en voie d'être enfin résolu. Une autre grande avancée sociétale... Chapeau!

    • Robert Bernier - Abonné 30 août 2018 08 h 21

      On ne peut mieux dire.

  • Pierre Desautels - Abonné 30 août 2018 08 h 19

    La routine.

    "Depuis le début de la campagne, on ne peut pas accuser Jean-François Lisée d’avoir abusé de cette pédagogie et il est certain que personne ne lèvera le poing en l’air, comme Pierre Karl Péladeau l’avait fait en 2014."

    Finalement, à part le fait que le PQ a changé son programme, pour le reste, c'est la routine, quoi. Depuis 1995, le PQ (et le Bloc Québécois) refuse de parler de souveraineté (et encore moins d'indépendance) pendant les campagnes électorales. Le sujet était ramené à l'ordre du jour par le PLQ, mais le PQ refusait le débat, comme si sa raison d'être était une tare. Pas étonnant que les électeurs aient délaissé l'option souverainiste, en constatant le manque d'enthousiasme de ses leaders pour leur propre option.

  • Jean-Marc Cormier - Abonné 30 août 2018 08 h 51

    Mea culpa

    Nous ne pouvons accuser personne d'être responsable d'une situation dont nous portons collectivement la responsabilité. C'est le prix à payer pour nous être reniés deux fois. Et nous souffrons tellement d'aveuglement volontaire que nous risquons de ne même pas manifester un vague et innocent "peut-être" lors de la prochaine élection.

  • Gilles Delisle - Abonné 30 août 2018 09 h 44

    Une campagne électorale de "gros village"

    Rarement, aura-t-on vu une campagne électorale d'une platitude à couper le souffle! Des promesses de toutes sortes, aussi banales et insignifiantes que possibles, et même, complètement farfelues comme au temps de Duplessis! On sort de nouveaux noms d'un chapeau comme candidats, repêchés à la toute dernière minute, comme s'ils étaient tous des gens crédibles.
    Pendant ce temps , de graves questions se jouent entre partenaires de l'ALENA, et le Canada devra faire des concessions, et ce sera le Québec qui en fera les frais, bien sûr! Peut-être qu'à ce moment-là, les Québécois comprendront la nécessité de s'occuper de leurs affaires.