Parlez-vous polyglotte?

Qu’elle soit réelle ou virtuelle, il faut s’exposer à une douche linguistique pour s’imprégner d’une autre langue… quitte à couler par moments.
Photo: iStock Qu’elle soit réelle ou virtuelle, il faut s’exposer à une douche linguistique pour s’imprégner d’une autre langue… quitte à couler par moments.

Ici, on se brûle la langue régulièrement. La partie de sumo à laquelle se livrent le français et l’anglais sur le ring cosmopolite de Montréal figure toujours, pour tout politicien sensé, en haut du palmarès des sujets à fuir comme la peste en campagne électorale. Là où la polémique du « Bonjour-Hi » est devenue une affaire d’État, le sujet fait invariablement exploser le baromètre de la sensibilité collective et fait l’effet du poil à gratter sur le délicat équilibre du vivre ensemble. Mieux vaut donc tourner sept fois l’organe de l’élocution avant de causer diversité linguistique.

Or, il en est que la dualité linguistique n’égratigne pas, ou prou, voire ennuie comme un cheveu sur la langue par sa banalité. Toute une délégation d’ici et d’ailleurs converge cette semaine vers Montréal, une légion entière de poly-amoureux des langues qui auraient volontiers vendu leurs chemises pour être nés aux temps bibliques et se faire citoyens de la tour de Babel.

Nouba polyglotte

Montréal accueille ces jours-ci le LangFest, un rendez-vous qui réunit pour la première fois dans la métropole des polyglottes du monde entier, des athlètes de la diphtongue qui collectionnent les langues comme d’autres les timbres et qui conjuguent la langue seconde à la puissance 10.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Joey Perugino, Nicolas Viau et Tetsu Yung, les organisateurs du LangFest qui se tient ces jours-ci pour la première fois à Montréal.

Ironiquement, ce sont trois enfants de la loi 101 qui orchestrent cette nouba polyglotte, tous tombés petits dans la marmite de la macédoine sonore et langagière. Tetsu Yung, Montréalais à l’accent québécois bien senti, né de parents asiatiques ; Nicolas Viau, Français d’origine, émule notamment de l’espéranto ; et Joey Perugino, enfant d’un couple mixte, plongé tout jeune dans un bain linguistique.

Les trois manient au moins quatre langues les yeux fermés, en baragouinent deux ou trois de plus et s’intéressent à bien d’autres. « Nous, on est seulement des bébés polyglottes ! » affirme Nicolas Viau, dont l’organisation accueillera aussi des hyperpolyglottes capables de jaser mondialisation dans une vingtaine de langues.

Donner sa langue au chat

Internet est parfois montré du doigt comme le nouveau linguicide des langues rares comme le féringien, et on dit l’humanité condamnée au tout-à-l’anglais. Or, ces trois verbomotivés croient que la planète Web a permis comme jamais l’essor et la protection de langues minoritaires. « Avant, il était plus difficile d’apprendre, affirme Nicolas. Aujourd’hui, la plupart des participants maîtrisent plutôt cinq ou six langues et peuvent le faire grâce aux nouvelles technologies et à une panoplie d’applications. »

De mère taïwanaise et de père parlant le hakka — le dialecte « minoritaire » de seulement 33 millions de Chinois ! —, Tetsu dialogue en japonais, en hakka, en mandarin, et a assimilé le français, l’anglais et l’espagnol à l’école. Il continue à polir son italien et avoue s’échiner sur l’allemand. Tu parles ! Pour parler couramment, il ne jure que par l’immersion en bas âge.

« Ce qui m’intéresse, c’est comment élever des enfants polyglottes. Je m’adresse à mes enfants en mandarin et mon épouse leur parle en japonais. Avant l’âge de sept ans, la capacité d’apprendre une langue est décuplée. Parler deux langues n’est plus un atout, c’est un prérequis ! En parler trois deviendra courant », pense Tetsu, qui souligne que plein de gens grandissent entourés de trois ou quatre langues sans que ça nuise à leur langue maternelle.

Mais la théorie de l’apprentissage aux couches a ses détracteurs. Du nombre, Benny Lewis, conférencier et « polyglotte trotteur » invité au LangFest, qui a appris à maîtriser sept langues en faisant le tour du monde, en s’incrustant dans certains pays aussi longtemps que nécessaire pour ajouter un nouveau patois à sa collection.

Cause toujours mon lapin

Devenu polyglotte sur le tard, celui qui peut aussi jaser autour d’une bière dans au moins quatre autres langues, dont le gaélique irlandais, prétend qu’il n’existe pas de « gène » ou de don des langues. « La seule recette, c’est de ne parler que celles des autres quand vous êtes ailleurs, même si vous ne savez que cinq mots ! »

Son truc ? Communiquer d’abord, comprendre ensuite. Primo, le terrain. Ensuite, les livres. À preuve, même une langue non écrite peut s’apprendre aisément, dit-il, s’agitant les menottes dans le langage américain des signes (ASL).

Photo: Collection personnelle À 21 ans, Benny Lewis ne parlait que l'anglais. Dix ans plus tard, il maîtrisait sept langues et conversait dans quatre autres.

Qu’elle soit réelle ou virtuelle, il faut s’exposer à une douche linguistique pour s’imprégner d’une autre langue… quitte à couler par moments. « Le secret, c’est d’être prêt à avoir l’air stupide ! Ma méthode n’est pas très aimée des perfectionnistes. Il faut du temps et une motivation. La mienne, c’était d’aller vers les autres », dit-il.

Benny Lewis a appris l’arabe égyptien sur Skype en plein coeur du Brésil, poli une langue slave en sirotant le thé avec de vieilles dames tchèques, aiguisé son brésilien lors de cours de planche à voile. « Les gens apprendront une langue s’ils s’intéressent d’abord aux gens et à leur culture », dit-il.

Entrer dans la peau de l’autre, décoder le langage corporel et absorber les us et coutumes, c’est ce qui scelle les lois d’une langue, ajoute Benny. « Au Brésil, offrir une douche à un invité est une formule de bienvenue. Ça ne veut pas dire que vous sentez mauvais. Aux Pays-Bas, j’ai découvert que le mot « amitié » avait un autre sens. Après y avoir vécu, je n’avais plus 600 amis Facebook, mais 60. À Taïwan, on s’incline pour vous rendre la monnaie. Ça ne veut pas dire qu’ailleurs les gens sont impolis. On pense seulement différemment ! »

Comme quoi apprendre une langue, c’est davantage que bourrer ses neurones de méthodes Assimil, c’est aussi ouvrir une porte sur d’autres visions du monde, d’autres façons de parler d’amour et d’amitié, affirme celui qui peut susurrer des prénoms en diverses langues et appeler une amie de coeur schnuckiküsse (bec de miel en allemand) ou kiyomi (mignonne en coréen).

It’s too late pour le français ?

Si l’anglais est devenu la lingua franca de notre époque, qui sait si demain nos petits-enfants n’auront pas pour langue seconde le mandarin, l’arabe ou l’hindi ? Deux des organisateurs du LangFest, eux, croient fermement que la loi 101 a non seulement sauvegardé le visage francophone de Montréal, mais aussi permis à nombre de Québécois de devenir bilingues ou trilingues. Une rareté en Amérique. « Si cette loi n’avait pas existé, on serait unilingues anglophones, et Montréal serait comme Toronto ! » affirment-ils, épouvantés. Camille Laurin peut reposer en paix, ces locuteurs pluriels lui vouent quasiment un culte. Et qui sait si l’avenir ne réserve pas des jours meilleurs au français dans le monde ?

Si cette loi [101] n’avait pas existé, on serait unilingues anglophones, et Montréal serait comme Toronto !

À preuve, Kai L. Chan, expert en linguistique, auteur d’un Index du pouvoir des langues (Power Language Index), place le français au troisième rang des langues les plus influentes du monde, derrière l’anglais et le mandarin, mais devant l’espagnol et l’arabe, des langues pourtant plus parlées.

Selon lui, plus que le nombre de locuteurs, l’influence d’une langue se mesure à son impact dans les hauts lieux du savoir, les communications, l’activité touristique, sa répartition sur le globe et son poids dans les arènes politiques et économiques. Money talks, comme on dit, et certains mots pèsent plus que d’autres.

Façon de parler

Mais heureux soient les multilingues, car maîtriser plus d’une langue aurait l’effet d’une cure de jouvence pour le cerveau, affirme la chercheuse canadienne Ellen Bialystok, de l’Université York. Parler deux langues retarderait de cinq ans l’apparition de la sénilité. En parler trois prolongerait de six ans l’intégrité de votre intellect, alors qu’en connaître quatre donnerait neuf années de lucidité de plus à vos méninges.

Si ça prend ça pour retarder l’entrée aux CHSLD du Dr Barrette, je m’y mets demain matin !

14 commentaires
  • Gilles Bousquet - Abonné 24 août 2018 06 h 27

    La Tour de Babel

    Même dans l'Évangile, ils avaient déjà de la difficulté à se comprendre, avec les trop différentes...langues.

    • Jean Richard - Abonné 24 août 2018 11 h 11

      Ce qu'on enseignait dans les écoles primaires à propos de la Tour de Babel était sans doute politiquement modifié. On insistait sur la confusion en évitant de mentionner la raison pour laquelle Dieu aurait brouillé les langues.

      Donnons une touche contemporaine à ce récit. Peu après le déluge (les changements climatiques), les hommes parlent tous la même langue, l'anglais (car les catastrophes annoncées par les changements climatiques toucheront les plus démunis, qui ne sont pas anglophones). Les survivants des changements climatiques (ou du déluge), parlant tous anglais, décident de bâtir une très grande ville et une tour qui monterait si haut qu'elle permettrait à des hommes de dominer le reste des hommes. Cette tour, c'est peut-être la mondialisation.

      L'homme en haut d'une tour n'étant pas le plus doué pour contrôler le reste de l'humanité et l'écosystème dans lequel vit non seulement cette humanité, mais tous les êtres vivants, Alors, Dieu, celui qui avait créé l'écosystème global où s'exprimait la vie, décida de multiplier les langues, et avec elles les cultures, la diversité étant le meilleur rempart contre la disparition de la vie, qu'on voulait éternelle.

      Alors, la légende de la Tour de Babel n'est plus une punition céleste dont le châtiment est la confusion des langues, mais un appel à la diversité, garante de la survie de l'humanité et de la nature.

    • Nadia Alexan - Abonnée 24 août 2018 23 h 16

      Je suis contente que je parle quatre langues, car selon l'auteur, cela prolongera ma vie de neuf ans!

  • Léonce Naud - Abonné 24 août 2018 06 h 37

    Qu'est-ce qu'une langue ?

    Une langue, c'est un dialecte avec une armée, une marine et une aviation.

  • Marguerite Paradis - Abonnée 24 août 2018 07 h 16

    COMMENÇONS PAR UN FRANÇAIS QUI SONNE

    Madame Paré,
    Je veux bien qu'on promotte toutes les langues, c'est la tendance du « jet set ».
    Au Québec, je constate que le français ne fait pas partie de cette promotion.
    Cette langue est même discréditée auprès de ce « jet set » de l'international.
    Au Québec, ce serait original de parler, étudier, travailler, chanter, etc. en français, non?

  • Sylvain Deschênes - Abonné 24 août 2018 07 h 30

    On consacre inutilement trop d'heures à l'anglais dans notre système d'éducation.

    Des heures qui pourraient servir à s'ouvrir sur le monde extérieur et ses multiples langues, ou même intérieur avec les langues autochtones que nous pourrions aider à préserver, ou même les langues préexistantes au français comme le grec ancien et le latin.

    Le monde est vaste.
    Pourquoi s'enfermer dans l'anglais?

  • Claude Désy - Inscrit 24 août 2018 08 h 55

    Apprendre une langue seconde. Pourquoi pas aussi l'innu, l'inuktitut, l'ojibwé ou l'haïda...

    Bravo aux initiateurs de cette avenue si féconde qui permet le rapprochement des mondes mais...pas un mot sur les langues autochtones de ce pays pourtant présentes dans l'arrière-cour. C'est tellement typique. Je rêve du jour où on ajoutera au curriculum de l'école primaire une langue autochtone du coin ne serait-ce que quelques heures par étapes.