L’«apartheid» culturel

Nous étions au Marché de la poésie qui se tient chaque année sur la place Saint-Sulpice à Paris. J’évoquais ces « lynchages médiatiques » devenus pratique courante sur Internet lorsqu’une jeune Québécoise fit irruption dans la conversation. « Avez-vous conscience de ce que vous venez de dire ? » demanda-t-elle comme si je venais de blasphémer.

Dans ma grande naïveté, il me fallut quelques secondes pour comprendre qu’elle me reprochait l’usage du mot « lynchage ». Et mon interlocutrice de m’expliquer le plus doctement du monde qu’il ne fallait pas utiliser ce mot parce qu’il était associé au passé douloureux des Noirs du sud des États-Unis. J’eus beau prétexter que la métaphore était acceptée par tous les dictionnaires, mon inquisitrice n’en avait cure. Elle avait son propre dictionnaire « moral », dans lequel il était écrit que si je prononçais ce mot, on était en droit de me soupçonner de racisme.

Après les aéroports, les trains, l’électricité, le gaz et l’eau, serait-ce au tour des mots d’être privatisés ? Voilà que des groupes et des lobbies revendiquent l’usage exclusif de certains d’entre eux. Demain, les Irlandais qui ont souffert de terribles famines nous interdiront-ils de parler de « boycottage », un mot directement associé au combat des fermiers irlandais ? Et les chrétiens, eux, réclameront-ils l’exclusivité de la « crucifixion » ?

Ce révisionnisme linguistique découle non seulement d’un souverain mépris de la langue, mais aussi de cette utopie selon laquelle on pourrait purifier le corps social en purifiant les mots. Ainsi, pourrait-on alléger la douleur de chacun en éliminant ces « vieux », ces « nègres », ces « sourds », ces « fous » et ces « aveugles » qui encombrent le vocabulaire.

Ainsi, pourrait-on abolir le racisme en supprimant le mot « race » de la Constitution, comme s’apprêtent à le faire les parlementaires français. À un moment où le racialisme américain étend son emprise sur le monde, il est inquiétant de constater que disparaîtrait ainsi l’expression « sans distinction de race » que l’on retrouve dans tous les textes des Lumières, dont la Déclaration universelle des droits de l’homme. Elle n’a pourtant jamais été aussi nécessaire.

  

La censure qui vient de s’abattre sur le spectacle SLAV, présenté par Betty Bonifassi et Robert Lepage au Festival international de jazz de Montréal, pourrait devenir un cas d’école de ce nouveau racisme inversé qui nous vient des États-Unis. Je viens de passer trois jours à La Nouvelle-Orléans. Impossible d’ouvrir la télévision sans entendre parler de discrimination positive, de « culture noire » ou de tomber sur un reportage évoquant le Ku Klux Klan. Mais ce qui frappe le plus, c’est que nulle part on ne voit de couples mixtes comme il y en a pourtant partout dans les rues de Paris.

Peu importe, puisque l’obsession raciale américaine semble devenue le nouveau credo. A-t-on conscience que la logique de l’« appropriation culturelle » n’est autre que celle de l’apartheid culturel ? Comme si les chants d’esclaves n’appartenaient qu’aux Noirs et les rigodons aux seuls Québécois. Les Acadiens devraient-ils renier leur mythe fondateur, celui d’Évangéline, sous prétexte qu’il a été formulé par l’écrivain américain Longfellow, qui n’avait pas une goutte de sang acadien ? Et que faire de ce classique québécois, Maria Chapdelaine, écrit par un Français ?

C’est à croire que ce qu’on reproche le plus à Lepage et Bonifassi, c’est d’avoir montré le caractère universel de l’esclavage, qui fut aussi subi par les Roms et les Amérindiens ; sans oublier les Européens du pourtour de la Méditerranée et du monde slave (d’où d’ailleurs l’origine du mot anglais « slave »). En cette matière, personne n’a le monopole de la vertu puisque l’esclavage fut pratiqué par les Arabes aussi bien que par de nombreuses nations européennes et une multitude de tribus amérindiennes et africaines.

Ceux qui reprochent aux créateurs de SLAV de s’être « approprié » des oeuvres qui ne leur appartenaient pas pratiquent la même logique intégriste que ces islamistes qui accusaient Charlie Hebdo d’avoir caricaturé Mahomet. Pour ces idéologues imperméables à toute forme d’universalisme, le blues appartient aux Noirs, Mahomet aux musulmans et les chansons à répondre aux Québécois. Quant aux Noirs, aux musulmans et aux Québécois qui ne seraient pas d’accord avec leur supposée « communauté », ils n’ont qu’à se taire. Et c’est ainsi que les vaches seront bien gardées !

Il en va pourtant ici de la liberté la plus élémentaire de l’artiste. C’est cette liberté que le Festival de jazz, plus soucieux de son image que de l’intégrité artistique, vient de fouler aux pieds. Comme si de tout temps, les artistes n’avaient pas été les premières victimes des extrémistes. C’était vrai en 1978 alors que des catholiques orthodoxes cherchaient à faire annuler la pièce de Denise Boucher Les Fées ont soif, sous le prétexte qu’elle faisait un mauvais parti à la Vierge Marie. Ce l’est encore aujourd’hui, même si les nouveaux bigots se revendiquent de la gauche et de l’antiracisme. Malheureusement, les élites d’aujourd’hui ne semblent plus avoir le courage de celles d’hier lorsque vient le moment de résister à ce nouvel ordre moral.



À voir en vidéo