L’ascenseur social ne monte pas

L'étude est solide, mais ses conclusions étonnent. Sur l’échelle des revenus, au moins cinq générations (ou 150 ans) pourraient être nécessaires, en moyenne dans les pays de l’OCDE, pour que les enfants de familles modestes parviennent à se hisser au niveau du revenu moyen. L’ascenseur social ne monte tout simplement pas dans nombre de ces pays.

L’étude vient de l’OCDE, qui fait de la croissance inclusive son credo. Elle couvre une période de quatre ans et s’étend à vingt-quatre pays membres. Il est observé que, sur cette période, « 60 % environ des personnes situées dans la tranche des 20 % de revenus les plus bas s’y trouvent encore, tandis que 70 % de celles qui se trouvent au sommet s’y maintiennent au cours de la même période. Parallèlement, sur quatre ans, un ménage de classe moyenne sur sept et un ménage sur cinq dans les catégories plus proches des bas revenus glissent vers la tranche des 20 % de revenus les plus modestes. »

Après neuf ans, encore près de 40 % des personnes restent dans les 20 % les plus bas et deux tiers dans la partie supérieure, peut-on ajouter. Au Canada, la persistance du revenu a surtout augmenté dans le bas de la distribution, comme en Finlande, en Italie et au Portugal.

Inégalités variables

Cette illustration des inégalités varie d’un pays à l’autre. S’il faut, sur l’ensemble, cinq générations pour se hisser dans la classe moyenne, cette « mobilité » est plus rapide dans les pays nordiques. Le Danemark domine avec un passage en deux générations. Au Canada, il en faut quatre. La Colombie compose l’autre extrémité, avec ses onze générations requises. « Les pays nordiques conjuguent mobilité élevée sur l’échelle des revenus et inégalités faibles, contrairement aux pays latino-américains et à certaines économies émergentes où la mobilité est faible alors que les inégalités sont prononcées. »

Transposées sur une base de perceptions, ces données expliquent que les individus sont plus nombreux à s’inquiéter de ne pouvoir améliorer leur situation financière et sociale. À l’opposé, « le risque subjectif de régression sociale augmente dans la quasi-totalité des pays de l’OCDE ».

Et on ne parle pas que de rémunération. En matière de formation, l’étude retient que chez les enfants de parents affichant un faible niveau d’instruction, 42 % ne terminent pas leurs études secondaires. À l’opposé, 12 % vont décrocher un diplôme supérieur.

On ne peut toutefois dissocier ces observations de l’effet d’après-crise, avec cette longue période de revenu faible, de chômage de longue durée, ou de récupération d’emploi à plus faible rémunération. Ainsi, « à la fin des années 1990, 53 % des individus du quintile de revenus inférieur y restaient pendant quatre ans, par rapport à 58 % au début des années 2010 », souligne l’OCDE.

Aussi, le profil intergénérationnel a beaucoup changé au fil des décennies. Il est vrai que « pour un grand nombre de personnes nées de parents peu qualifiés entre 1955 et 1975, la mobilité sur l’échelle des revenus était une réalité ». Mais pour celles nées après 1975, « elle s’est considérablement restreinte ».

N’empêche, dans ce classement le Canada, avec un niveau d’inégalité de revenus (coefficient de gini) dans la moyenne, affiche une mobilité sociale intergénérationnelle plutôt élevée, reposant fortement sur les revenus, l’éducation et la santé. La mobilité du revenu individuel est toutefois faible au bas de l’échelle de revenu, une situation qui s’est détériorée depuis les années 1990, et moyenne en haut de l’échelle de revenus, demeurant stable depuis les années 1990.

Dans son étude d’une soixantaine de pages, l’OCDE consacre de longs chapitres aux recommandations, s’appuyant surtout sur l’efficacité des politiques publiques à retenir. Elle rappelle que les pays ayant déjà beaucoup investi dans l’éducation et la santé affichent généralement une plus grande mobilité. « Ce qui compte, ce n’est pas seulement le montant des ressources publiques allouées à l’éducation et à la santé, mais aussi l’utilisation qui en est faite et la manière dont sont ciblées les catégories de population défavorisées », ajoute-t-elle. Sous une approche favorisant l’égalité des chances, « tout en empêchant ceux qui se trouvent au sommet d’accaparer toutes les possibilités d’ascension ».

Salaire minimum

Un important chapitre est toutefois manquant dans cette étude. Le Fonds monétaire international l’avait abordé l’an dernier en invitant les pouvoirs publics à miser sur une hausse, même musclée, du salaire minimum. L’institution se penchait alors sur la réalité économique et sociale des États-Unis. Un Américain sur sept vivait alors dans la pauvreté, même si 40 % d’entre eux occupaient un emploi. « Il faut, certes, stimuler l’emploi, mais il faut aussi des emplois mieux rémunérés », martelait le FMI, un constat qui ne se limitait pas à l’économie américaine.

D’autant que Statistique Canada a déjà conclu que le salaire minimum avait, en définitive, fait du surplace au fil des ans lorsque ramené en dollars constants. Tout au plus, les hausses décrétées au fil des décennies ont permis de protéger le pouvoir d’achat tel que mesuré par l’indice des prix à la consommation. Il y a donc eu appauvrissement si on ajoute la hausse des taxes et des tarifs à absorber. L’agence fédérale soulignait qu’ils sont aujourd’hui plus nombreux à travailler à ce salaire de base, qui concerne toujours plus de jeunes. Mais c’était avant le rattrapage en cours.

1 commentaire
  • Jean-François Trottier - Abonné 16 juin 2018 10 h 03

    Et les USA

    M. Bérubé, je ne vois rien ici au sujet de la mobilité sociale aux USA, et pourtant ce voisin est d'importance capitale pour nous : il n'est pas une journée où l'on n'importe pas des méthodes de gestion de nos voisins, ou bien qu'ils n'achètent pas l'une de nos compagnies.

    Ça compte un peu.

    Les dernières études que j'ai vues plaçaient les USA bons derniers en Occident du point de vue de la mobilité sociale. Associée à l'écart riche-pauvre bien connu dans ce pays, il me sembe que les States sont l'exemple par excellence de ce qu'il ne faut pas faire!
    Je suppose que ça reste vrai mais j'aimerais le voir.Une réfé.rence, que je puisse aller fouiller moi-même ?

    Et pourtant toute l'équipe de Couillard, Barrette et Leitao en tête, ne jure que par les USA !! Quels mauvais administrateurs, hein.

    Je m'en étonne chaque jour. Comment peut-on être aussi obtus, sinon parce qu'on est payé pour l'être ? Sinon je ne vois pas. Bon, peut-être certains ministres sont réellement obtus après tout...
    En tout cas leur incompétence ne fait aucun doute, et ce depuis au moins 14 ans.

    Bon, bientôt la CAQ et ses thuriféraires de la Liberté Américaine arriveront. Legault prend le gouvernement pour une PME et n'a que réduction d'impôt en bouche.

    Et le Québec restera dans le bôôô Canada, d'une cruche à l'autre.

    Parfois un certain découragement m'envahit...