Votre misère, Madame

De vieilles amendes impayées, il y en a pour 2120,88 $. Incapable de les régler, Valérie Brière, une mère seule, s’est retrouvée menottes aux mains, escortée jusqu’à une cellule, obligée de laisser derrière elle sa fille de 7 ans et son fils de 4 ans. À Québec, une peine de 101 journées d’incarcération lui a été imposée. Un juge en a ainsi décidé.

Entre 2001 et 2006, au temps où elle en était réduite à vivre à la rue, Valérie Brière s’était vu mettre sous le nez cinq constats d’infraction pour avoir mendié, un autre pour flânage, deux encore pour avoir tenté de gagner de l’argent en lavant des pare-brise, puis un dernier pour s’être soulagée dans un lieu public. Plus d’une décennie a passé. Sa vie a changé. Pas la société.

Tout un système se justifie et se paye à même le malheur d’autrui. Au prix de combien de coûteuses démarches s’est-on entêté à toucher cette taxation sur la pauvreté jusqu’à conduire cette femme en prison ?

Ce cas est loin d’être unique en matière de mesures iniques. Des taxes sur la misère ont bien force de loi ici et là, même si, en plusieurs endroits, comme à Montréal, elles ont été abandonnées depuis quelques années pour cause d’inefficacité et d’amoralité. Les municipalités demeurent cependant libres de faire comme elles l’entendent. À Québec, des fonctionnaires se sont donc empressés de soutenir que le cachot pour cette mère constituait bien une façon légitime et légale pour récupérer l’argent que lui réclamait la cité.

Régis Labeaume, le maire, s’est même empressé d’affirmer qu’il n’éprouvait aucun malaise devant cette sentence : « Pourquoi on n’annule pas les amendes ? Parce qu’on pense que ce n’est pas une bonne idée, parce qu’il faut que les gens sentent qu’il faut qu’ils se forcent pour tenter de se refaire. »

À la prison de Québec, le coût d’une incarcération s’élève à au moins 213 $ par jour. Pour se donner l’illusion de toucher les 2000 $ d’amendes, cette ville s’est donc engagée à en dépenser plus de 21 500 $. Sans compter bien sûr le salaire des officiers de justice et les coûts sociaux qui découlent du fait de priver de leur mère de très jeunes enfants. De votre misère, Madame, nous tirons des jours de paye…

Imaginons plutôt que la Ville ait offert 21 500 $ à cette mère pour l’aider à se tirer pour de bon d’affaire ?

Après qu’elle eut passé une semaine et demie en cellule, un groupe de citoyens est parvenu à la faire sortir de prison. « Si une société incarcère des gens pour non-paiement d’une amende, ça ressemble quasiment au Moyen Âge, quand on emprisonnait des gens pour dettes », a affirmé le juge Richard Grenier en cassant le jugement précédent. L’affaire promet d’être à nouveau contestée devant les tribunaux.

Mais c’est une erreur de s’attarder seulement aux événements les plus récents pour comprendre la violence qui s’abat sans cesse sur ceux qui souffrent d’insécurité économique.

L’idée qu’il faille punir la pauvreté plutôt que de réformer la société qui la crée nous vient de loin et en bonne partie d’Angleterre. Sous le règne d’Édouard VI, les individus considérés comme capables de travailler mais qui ne trouvent pas à le faire sont soumis à l’esclavage. À titre dissuasif, parce qu’ils commettent ce crime infâme de ne pas travailler, on en pendait en moyenne 400 par année.

En 1572, toujours en Angleterre, un acte royal réitère l’usage du fouet pour les sans-travail. Ceux qui sont capturés se voient envoyés dans des workhouses. Ces maisons de travail soumettent les indigents à d’incroyables mesures de discipline. Ceux qui ne travaillent pas seront aussi stigmatisés par une marque au fer rouge appliquée dans la main ou sur l’oreille. Le mot travail ne tire pas pour rien son origine du latin tripalium, un instrument de torture.

Les lois sur le bien-être social adoptées en Amérique du Nord britannique s’inspirent de la Loi des pauvres votée en 1601. Elizabeth Ire punit le fait d’être pauvre. Elle oblige au travail les démunis, indépendamment de leur faible scolarité, de leur mauvaise santé et du très faible salaire auquel ils sont ainsi réduits. Et l’assistance publique décourage quiconque d’y recourir, au risque d’encourir la honte sociale.

Dans son dernier plan de lutte contre la pauvreté, le ministre François Blais propose des mesures en faveur d’une « justice plus humaine ». On peut lire dans ce plan que « la judiciarisation des personnes en situation d’itinérance ou vivant avec un trouble mental est une réponse inadéquate à des problèmes sociaux complexes ». Mais le gouvernement se garde bien pourtant de hausser le ton lorsqu’il est question d’un cas aussi délirant que l’histoire de cette jeune mère de Québec.

En 1697, une loi imposait aux pauvres le port d’un insigne qui les désignait comme tels. Les archives judiciaires rapportent alors les cas nombreux de femmes dont les maris disparus, broyés dans la gueule de ce système, les conduisent à devoir voler du pain pour nourrir leurs enfants. La condition extrême de ces femmes ne les empêche pas pour autant d’être arrêtées pour atteinte à la propriété. Nombre d’entre elles, pour des sommes en vérité minimes, sont jugées, condamnées et pendues.

On ne pend plus. Mais à l’heure de la constante expansion de la pauvreté au nom des forces du marché, cela suffit-il pour ne pas remettre en cause ce système cruel et dépassé dont nous avons hérité ? Votre misère, Madame, révèle la pauvreté de notre pensée.

34 commentaires
  • Jacques-André Lambert - Abonné 11 juin 2018 00 h 26

    Comme disait l'autre

    "La majestueuse égalité des lois interdit aux riches comme aux pauvres de coucher sous les ponts, de mendier dans la rue et de voler du pain." Anatole France

    • Christian Montmarquette - Abonné 11 juin 2018 09 h 21

      @ Jacques-André Lambert,



      « Comme disait l'autre "La majestueuse égalité des lois interdit aux riches comme aux pauvres de coucher sous les ponts, de mendier dans la rue et de voler du pain. - Anatole France » - Jacques-André Lambert

      « Quand un juge manque de jugement »

      Pour établir un jugement, M. Lambert...

      Ça en prend, justement, du jugement.

      C'est d'ailleurs précisément pourquoi on a besoin de "juges" pour appliquer la loi.

      - Est-ce que ce jugement est juste et profite à la société?

      À 21,000$ de frais pour une amende de 2000$.

      Permettez-moi d'en douter.

      Christian Montmarquette

    • Nadia Alexan - Abonnée 11 juin 2018 10 h 08

      Merci, monsieur Nadeau, pour une chronique perspicace qui ouvre nos yeux à la misère humaine dans une société dite civilisée où on laisse faire l'évasion fiscale chez les riches aux paradis fiscaux, et l'on condamne les pauvres en les renvoyons en prison. Il n'y a pas de fin à la méchanceté de la classe dirigeante envers les pauvres. C'est René Lévesque qui disait «Une société civilisée se distingue par la façon dont elle traite les plus démunis.» Quelle honte !

  • Marie Nobert - Abonnée 11 juin 2018 02 h 08

    Misère et «commisération».

    «[....]» Bref. Fond et forme me plaisent.

    JHS Baril (ancien «corbeau»)

  • Gérard Raymond - Abonné 11 juin 2018 07 h 01

    Heureusement qu’il y a des gens comme vous, monsieur Nadeau, qui font état de la bêtise humaine. Mince consolation dans cette affaire, le maire de Québec ne semble pas bête à temps plein, comparativement à un président américain qui, lui, l’est !

  • Marguerite Paradis - Abonnée 11 juin 2018 07 h 01

    « PENSÉE » ?

    La « pensée », c'est un processus qui inclue le doute, la remise en question, un synthèse et des actions cohérentes avec notre analyse.
    On comprend que ce n'est pas la « mode » actuellement chez nos décideurEs à intelligence artificielle.

  • Julien Thériault - Abonné 11 juin 2018 07 h 38

    Stage obligatoire

    On en vient à penser que quiconque veut se lancer en politique devrait avoir comme prérequis un stage d'au moins un an sur l'aide sociale :
    comptes de banques gelés, pas de carte de crédit, pas de passeport, maison sous séquestre, revenus de placements imposés à 100%. Juste pour qu'ils sachent comment on vit avec 650 $ par mois. Ils seraient peut-être plus ouverts à la vraie vie et moins complaisants avec les millionaires qu'ils sont si prompts à aider.

    • Christian Montmarquette - Abonné 11 juin 2018 09 h 24

      Bien d'accord avec vous M. Thériault.

      Car ces gens-là ne savent pas ce qu'ils font.

      Merci de votre intervention.

    • Brigitte Garneau - Abonnée 11 juin 2018 11 h 34

      Que votre commentaire est pertinent, M. Thériault! Malheureusement, aujourd'hui,l'argent,l'ignorance et la bêtise (goujaterie) semblent l'emporter considérablement sur la raison (jugement) et l'intelligence...

    • Colette Pagé - Inscrite 11 juin 2018 12 h 08

      Humanité et compassion ces mots ne semblent pas pour certains élus être placés au coeur de leurs préoccupations. Des inégalités croissantes : 50 M de pauvres aux États-Unis, le 1/4 de la population et le Président qui ne passe qu'à réduire les impôts de ses semblables les riches.