Vous avez dit «populiste»?

« Populiste ou populaire ? » Voilà la question que me lançait la semaine dernière à Rome un représentant du Mouvement 5 Étoiles, le parti fondé par l’humoriste Beppe Grillo, qui est arrivé en tête dimanche dernier. La question mérite en effet d’être posée tant le populisme est devenu un mot fourre-tout qui sert à désigner tout et n’importe quoi.

Sous ce mot, on range aussi bien des mouvements néonazis comme L’Aube dorée, en Grèce, les partis conservateurs de l’ancienne Europe de l’Est, comme celui de Viktor Orban en Hongrie, un parti d’extrême gauche comme Syriza, un personnage hérétique comme Donald Trump et le Mouvement 5 étoiles qui se dit « ni de droite ni de gauche ». De là à conclure que le mot « populisme » sert à désigner tout ce qui dérange la mondialisation heureuse et qu’on n’arrive pas à comprendre, il n’y a qu’un pas qu’on serait tenté de franchir.

C’est d’abord en Italie que le mot est revenu au-devant de l’actualité. Il faut dire que ce pays est, depuis un siècle, le laboratoire politique de l’Europe. C’est là qu’apparurent les premiers mouvements fascistes, largement inspirés du socialisme révolutionnaire. Après la guerre, le pays abrita le plus important parti communiste d’Europe.

C’est avec Silvio Berlusconi qu’apparut au début des années 1990 le populisme médiatique moderne. Bien avant Nicolas Sarkozy et Donald Trump, Il Cavaliere inaugura un nouveau style politique décomplexé qui a fait depuis des émules dans le monde entier.

Berlusconi savait de quoi il parlait. Longtemps avant Trump, ce propriétaire de chaînes de télévision comprit que, pour franchir le mur de verre du nouvel univers virtuel, il n’y avait pas mieux que l’arrogance, l’impertinence et la grossièreté. Dans un monde où, avec l’aide des chaînes publiques, on ne peut plus faire campagne sans passer à Tout le monde en parle, les dirigeants politiques étaient sommés de se comporter en artistes de variétés. Les nouveaux médias dits sociaux n’ont fait qu’accentuer cette hystérisation de la vie publique.

Des déguisements ridicules de Justin Trudeau aux « vaffanculo » de Beppe Grillo, en passant par les allures populo de Manon Massé, sans oublier le refus des mélenchistes français de porter la cravate à l’Assemblée nationale, tout est bon aujourd’hui pour se distinguer des élites et franchir ainsi le mur de la téléréalité. Si l’Italie est un cas d’espèce, c’est parce que son système politique, où les promesses disparaissent au gré des coalitions, offre plus de marge de manœuvre que les autres à la démagogie. L’Italie montre pourtant que, poussé à bout, ce petit jeu ne peut déboucher que sur le cynisme.


 

Mais il y a un autre populisme. C’est un populisme qui est le fruit des nouveaux clivages qui se font jour dans un monde en plein bouleversement. « Populiste » est aujourd’hui le sobriquet par lequel les élites médiatiques désignent tous ceux qui ne jouent pas le jeu de la mondialisation heureuse. Une façon aussi pour certains de nommer ce qu’ils ne comprennent pas.

Partout en Europe, les vieilles distinctions entre la gauche et la droite sont en train de se brouiller. Cette confusion n’est peut-être que temporaire, mais elle n’en est pas moins réelle. Les fractures qui sommeillaient au sein des blocs qui réglaient traditionnellement la vie politique éclatent au grand jour, faisant exploser les partis de gouvernement qui sur l’Europe, qui sur l’immigration, qui sur la laïcité. Il en va du Parti socialiste français et de Forza Italia comme du Parti québécois.

Ces nouveaux clivages semblent en effet échapper aux partis traditionnels. Comme s’ils étaient incapables de voir poindre la résistance populaire spontanée à une mondialisation sauvage présentée, non seulement comme inévitable, mais comme la seule et unique morale de notre époque. Pour ne pas dire la seule incarnation du bien et de l’« ouverture à l’autre ». Or, contrairement à ses élites mondialisées, le peuple, lui, n’a pas vraiment le choix de demeurer attaché à ses quartiers, à ses villages, à ses traditions, à sa culture, à sa famille et à sa nation. Bref, à un mode de vie hérité de l’histoire et qu’il n’entend pas voir liquider au nom d’un universalisme abstrait, fût-il moral ou économique.

On voit donc surgir des mouvements, certes souvent erratiques et parfois même dangereux, mais attachés à une politique conçue non pas comme la recherche universelle du bien, ce qui devrait être l’objet de la religion, mais comme la défense des intérêts des citoyens d’une nation donnée à une époque donnée. « L’enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l’âme humaine », disait la grande philosophe Simone Weil. Or, ajoutait Péguy, « les patries sont toujours défendues par les gueux et livrées par les riches ».

Une certaine gauche universitaire et médiatique cherche à se rassurer en brandissant les vieilles catégories politiques du fascisme et de l’extrême droite pour éviter surtout d’entendre ce que disent ces électeurs qui ont le grand défaut de lui échapper. Elle n’exprime ainsi que son désarroi face à un monde qui n’entre plus dans les catégories d’hier.

À voir en vidéo