Je n’ai pas confiance

Les électeurs sont déroutants. Ils votent souvent contre leurs propres idées et intérêts. Aux États-Unis, des citoyens pauvres et malades ont appuyé Donald Trump, qui promettait d’abolir l’Obamacare. Ce monsieur, croyaient-ils, allait les aider. Ce ne fut pas le cas, évidemment.

Le sondage Léger-Le Devoir paru le 27 janvier dernier fournit un autre exemple de l’incohérence des électeurs. Il nous apprend, en effet, que 66 % des sondés préfèrent un réinvestissement dans les services publics à une baisse d’impôt pour les particuliers. Il nous révèle aussi, toutefois, que les deux partis qui promettent une baisse d’impôt — le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec (CAQ) — récoltent ensemble 67 % des intentions de vote, alors que les deux partis qui font de l’amélioration des services publics leur priorité — le Parti québécois et Québec solidaire — obtiennent la faveur de 29 % des électeurs. Ces derniers, en d’autres termes, veulent des politiques sociales-démocrates, appliquées par des politiciens qui ne le sont pas. Allez comprendre !

Dans une chronique parue dans la revue Options politiques en mai 2017, le politologue Alain Noël, de l’Université de Montréal, essaie d’éclairer le phénomène, en commentant un ouvrage de deux de ses collègues américains, Achen et Bartels. La théorie romantique et optimiste de la démocratie veut que les électeurs votent pour des partis qui incarnent leurs préférences. Or, dans les faits, ce n’est pas le cas.

Les citoyens, au fond, s’intéressent peu à la politique, connaissent mal les politiques publiques et « votent surtout en fonction de loyautés partisanes établies de longue date ou de leur perception plus ou moins éclairée de la situation qui prévaut au moment de l’élection », résume Noël. Ce n’est donc pas la rationalité qui règne en cette matière. Les gens, c’est bien connu, veulent plus de services et moins d’impôts, sans se rendre compte de l’illogisme d’une telle proposition. La CAQ n’est pas en tête pour rien, actuellement. Elle promet justement le beurre et l’argent du beurre. À la fin, généralement, il ne reste que le bonimenteur.

Un pragmatisme insuffisant

 

Vedette montante de la CAQ, Simon Jolin-Barrette, jeune avocat député de Borduas, publie, cette saison, J’ai confiance (Québec Amérique, 2018, 128 pages), un essai dans lequel il exprime simplement ses convictions et les raisons de son engagement en politique. L’initiative doit être saluée. Trop peu de politiciens, au Québec, se donnent la peine d’exposer ainsi, par écrit, ce qui les motive. Élu « parlementaire de l’année », en 2016, par ses collègues de l’Assemblée nationale, Jolin-Barrette travaille, de toute évidence, « sans cynisme », comme il s’en réclame, et cela est appréciable.

Les idées qu’il met en avant, fidèles au pragmatisme caquiste, se caractérisent malheureusement par leur insuffisance. Entre des généralités — l’intégrité est essentielle, il faut créer des emplois de qualité — et des mesures intéressantes mais accessoires — il faut abolir la taxe de bienvenue pour favoriser l’accès à la propriété des jeunes ménages —, le député plaide pour le retour du « bon sens », en dénonçant l’obésité de l’État québécois.

On ne peut pas savoir précisément, en le lisant, à quoi ressemblerait son Québec idéal. On devine toutefois que la social-démocratie à la québécoise ne s’en sortirait pas indemne, quand on découvre l’enthousiasme de l’élu pour la « mentalité » américaine, qui valorise la semaine de travail de 60 heures et la charité privée pour les pauvres.

Sur la question nationale, le discours de Jolin-Barrette confine à l’impasse. L’avocat se scandalise du rapatriement de la Constitution qui a exclu le Québec, en parle comme d’une « trahison », déplore l’indifférence des jeunes quant à cet enjeu et clame, en s’inspirant de Lucien Bouchard, son modèle, que « le Québec doit être reconnu officiellement comme nation et [que] cela passe par une reconnaissance constitutionnelle » qui respecterait au moins les cinq conditions de l’accord du lac Meech.

On veut bien, mais on aimerait en savoir plus sur la stratégie prévue pour obtenir ce gain. On n’en saura rien. L’expression du souhait tient lieu de programme politique, comme dans le cas de la création d’emplois de qualité « à 35 et 40 $ de l’heure ».

Jolin-Barrette répète qu’il n’est « nul besoin d’être indépendantiste pour être nationaliste et, pour exiger que le Québec soit respecté à part entière », il se dit favorable au Québec français, constate que le projet souverainiste n’a pas été un succès — ce qui n’est pas faux — et conclut que l’heure est venue « de proposer une solution de rechange satisfaisante », dans le cadre fédéral, pour tous les nationalistes québécois. Il ne donne toutefois pas le début d’une explication sur la manière et les chances d’y parvenir. Désolé, mais je n’ai pas confiance.

À voir en vidéo