Fumées et fumisteries

L’Union des municipalités du Québec (UMQ), par la voix de son nouveau président, Alexandre Cusson, estime que le cannabis ne devrait pas être vendu dans certaines portions de nos cités. En commission parlementaire, l’UMQ s’inquiète de l’effet que cela pourrait avoir sur des quartiers défavorisés au prétexte qu’on y trouve déjà des problèmes de dépendance au cannabis.

On se croirait tombé de plain-pied dans un roman du XIXe siècle où les malheurs de la dépendance sont toujours liés ou presque à quelque chose de congénital. Forts de cette vision surannée de la société, devrait-on se lancer à contrer l’alcoolisme de la même façon ?

Les enseignes de la Société des alcools du Québec sont distribuées sur l’ensemble du territoire selon des critères commerciaux. Mais l’UMQ estime que ces critères ne sont pas fondés quand vient le temps d’installer des commerces voués à vendre une nouvelle drogue. Il faudrait plutôt, dit-elle, les répartir en fonction de la réalité socio-économique des quartiers.

En d’autres mots, le cannabis ne devrait pas être légalisé de la même manière partout, croit l’UMQ, mais bien en fonction d’un morcèlement préalable du territoire fondé sur une discrimination. Qu’importe en somme pour elle le principe d’égalité en droit des individus. Et qu’importe aussi le principe de la libre circulation et l’interchangeabilité des forces humaines d’une communauté à l’autre, qui sont à la base de la vie moderne.

Certes, tous les citoyens sont égaux en droit. Mais George Orwell rappelait à raison dans La ferme des animaux que « certains sont plus égaux que d’autres ». On le voit bien ici.

Voilà en tout cas une bien curieuse suggestion des municipalités pour contribuer à effacer le stigmate de la pauvreté.

De tels projets paternalistes pour contrer les pauvres apparaissent toujours avancer plus vite que les projets de réformes sociales destinés à contrer la pauvreté. Prohiber au prétexte de la pauvreté : voilà qui nous mène loin.

Oui, des quartiers malheureux existent. Avez-vous déjà remarqué qu’on y trouve d’ordinaire les pires denrées alimentaires ? Mais le paternalisme dont nous parlons ici ne s’aventure pas jusqu’à vouloir résoudre une chose comme celle-là par des mesures d’État.

Nos sociétés aiment se cacher dans les nuages de fumée de la fausse vertu pour s’éviter de voir les racines des malheurs sociaux et n’en considérer que les effets.

 

À Québec, le Théâtre du Trident a écopé d’une amende du ministère de la Santé au prétexte qu’une comédienne, au beau milieu d’une représentation, incarnait une secrétaire cigarette au bec. Le théâtre a du mal à respirer en ce pays. Et voici qu’on en étouffe d’une nouvelle façon les représentations.

Au théâtre chez nous, il est donc désormais strictement interdit de fumer pour personnifier un personnage. Les acteurs pourront en revanche continuer d’avoir les plus invraisemblables accents précieux et jouer à loisir comme des pieds : de cela, le public ne leur tiendra pas davantage rigueur que d’ordinaire. Mais fumer, ça non !

Il suffira pourtant à l’entracte de sortir du théâtre et de regarder les gens fumer à neuf mètres de la porte d’entrée. Oui, l’humanité fume encore. Mais nous nous montrons de plus en plus asservis à l’égard de fausses représentations lisses de la société que nous acceptons en nous aveuglant volontiers sur la portée réelle de celles-ci dans les consciences.

La meilleure illustration de cette fumisterie, je la dois à un récit amusé que me fit récemment un midi l’anthropologue Serge Bouchard. Avec sa voix crépusculaire, Bouchard me racontait un séjour à Chapleau, dans le nord de l’Ontario. C’est là que, par un beau jour d’été, l’écrivain Louis Hémon perdit la vie, écrasé par un train.

En plein hiver, Bouchard avait dormi à Kapuskasing avant de reprendre au matin la route glacée qui conduit jusqu’à Chapleau. Une compagnie forestière l’avait invité à discourir sur les réalités autochtones. À Chapleau, pour lui éviter de devoir fumer dehors par un froid vif, un monsieur lui offre de s’installer dans un coin, près de la cuisine. Mais le fumeur est repéré et dénoncé par d’autres gens moins prévenants, au nom de l’indicible horreur qui consiste aujourd’hui à fumer à l’intérieur, même tout seul dans un coin, en plein hiver.

Alors survient ceci : cette journée de conférences débutait par une cérémonie autochtone présidée par un vieux chaman et un jeune Algonquin anishinabe. Et Bouchard de raconter que cet aîné à ses côtés se retourne en disant qu’il a oublié la sauge destinée à être brûlée. Pour la remplacer, faute de mieux, il écrase donc quelques cigarettes Du Maurier dans un récipient. Et c’est ce qui sera brûlé sous le nez des gens présents, à leur plus grande satisfaction, tout empreints qu’ils sont des effets anticipés de quelques prières anciennes vouées à ouvrir leurs consciences.

Selon l’idée qu’on se fait de la fumée dans laquelle on berce ses pensées, on peut ainsi croire que la société se porte mieux du simple fait qu’on se refuse à voir une cigarette ici ou du cannabis là. L’illusion des apparences dont nous nous berçons est après tout la grande drogue de notre temps.

11 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 11 décembre 2017 02 h 25

    il en a eu plusieurs mais Orwel n'est pas le moindre

    AH, ce cher Orwel, il avait déjà tout prévu, merci de nous le rappeler

    • Marc Therrien - Abonné 11 décembre 2017 20 h 42

      Et pouvez-vous nous dire ce qu'Orwell a prévu qui n'est pas encore arrivé?
      Comme ça on pourrait peut-être essayer d'influencer le cours des événements de façon à pouvoir éteindre les feux avant que leur fumée ne nous indique qu'il est trop tard pour corriger ce qu'elle nous a par ailleurs permis de découvrir et de comprendre de notre monde.

      Marc Therrien

  • Jacques Lamarche - Abonné 11 décembre 2017 07 h 09

    Les illusionnistes ne manquent!

    Si le bon peuple est systématiquement berné, il le doit surtout à une machine médiatique qui tait les mauvaises nouvelles, celles qui ébranlent les consciences, et qui insiste plutôt sur les autres, celles qui laissent croire que tout va bien dans le meilleur des mondes.

    Ce peuple ne lit pas Le Devoir et les fabuleux textes de M. Nadeau. Il y en a si peu!

  • Geneviève Laplante - Abonnée 11 décembre 2017 08 h 05

    Les masques de la vertu

    Je le savais déjà, mais vous l’écrivez si bien que vous méritez toute mon admiration. Selon moi, la société se drape dans une houppelande d’apparences depuis toujours. Seuls les moyens de camouflage ont changé. Les anciens fumeurs, qui devraient être les plus indulgents, se montrent au contraire si hargneux qu’ils exsudent la frustration. Qui est ce spectateur qui a porté plainte? Je parie que c’est un ex-fumeur.

    • Clermont Domingue - Abonné 11 décembre 2017 14 h 20

      C'est physique madame,si vous fumez à dix mètres de moi, la fumée m'arrive dans le nez de manière agressante. C'était bien différent quand je fumais.

  • Irène Durand - Abonnée 11 décembre 2017 08 h 14

    L'illusion des apparences

    Tout est dit. Nous vivons dans l'illusion des apparences.

  • Jacques Morissette - Abonné 11 décembre 2017 08 h 32

    Votre texte illustre relativement bien l'illusion de notre époque.

    En me permettant de vous citer: «L’illusion des apparences dont nous nous berçons est après tout la grande drogue de notre temps.» Ça fait ma journée! JM

    • Clermont Domingue - Abonné 11 décembre 2017 10 h 22

      A cette grande drogue, poirquoi ajouter le cannabis?