À la petite cuillère

En 2008, le Québec avait connu une hausse de 39 % des saisies de maisons. Ici comme ailleurs, la crise frappait durement. Au lendemain de Noël, pour sauver les meubles, la Banque Scotia avait cru bon de suggérer à la population d’économiser en cessant d’acheter des livres et en limitant au maximum l’achat de magazines. Les livres et la lecture, chacun le sait bien, sont à la racine des malheurs sociaux. Ils expliquent évidemment les vrilles de l’immobilier et du surendettement…

Cesser de lire rend-il au moins plus facile de croire aux promesses de prospérité, de mobilité sociale et de démocratie que ne cesse de nous seriner ce système qui se reproduit sur le mode du pilote automatique ?

On ne peut en vouloir en tout cas à une autre banque, la Toronto Dominion, de soutenir ne serait-ce qu’un peu, à l’aide de ses profits faramineux, la littérature pour la jeunesse et les programmes d’alphabétisation. Chaque année, la Banque TD offre un petit livre de son choix aux enfants, en plus de mettre son nez dans différentes initiatives éducatives.

Mais voici que la TD, avec la complicité des écoles, offre aux enfants de première année un livre à la reliure souple signé Andrea Lynn Beck et intitulé Bonjour, Canada ! Il s’agit, comme l’indique le chef de la direction de la banque dans sa présentation, de soutenir les efforts d’alphabétisation, mais aussi de contribuer à chanter « l’honneur du 150e anniversaire de notre pays », sous le couvert d’« une célébration des symboles et des paysages typiquement canadiens ». En un mot, l’esprit des petits est ici voué à être immergé par les gros torrents du nationalisme unifolié.

« Bonjour, castors. Bonjour, orignaux aux grands bois, et bonjour, bernaches du Canada. » À chaque page de cette onctueuse accumulation de clichés, on repart de plus belle sur la même note. « Bonjour, kayak. Bonjour, canot. » Pour parler de l’argent, on évoquera le huard. Ici, il tombe du ciel : « Youpi ! La fée est passée. » De l’argent qui arrive du ciel ? Ma parole, on se croirait presque devenir banquier. Suit cette heureuse précision faite aux enfants : les pièces de monnaie qui trônent au milieu de ce grand rêve canadien « ont chacune un portrait de la reine Elizabeth gravé sur l’une de leurs faces ».

Ce sont 550 000 élèves qui reçoivent cette année cet ouvrage célébrant les castors, les orignaux aux grands bois, les bernaches, le hockey, la cabane à sucre, la police montée, le kayak, le canot et d’autres clichés plaqués sur des paysages bordés dans les plis et replis d’un drapeau unifolié qui se trouve déployé sans faillir sur chacune des pages.

En est-on vraiment rendu à devoir faire avaler des drapeaux aux enfants après qu’une banque s’est donné la peine de les cuisiner ? Ne serait-il pas plus sain de se donner enfin les moyens qui conviennent pour nourrir l’école et la rendre autonome, de sorte qu’elle ait assez d’énergie pour se tenir enfin la tête hors de l’eau, loin des délires nationaux ?

Cela voudrait dire, entre autres choses, accorder une meilleure place à un enseignement de l’histoire digne de ce nom.

Au secondaire, explique la Coalition pour l’histoire dans une enquête qui vient de paraître, les professeurs doivent offrir 200 heures de formation aux élèves. Or ils ne suivent eux-mêmes, pour se préparer à cette tâche difficile, que trois ou quatre cours d’histoire d’une durée de 45 heures chacun ! Et de ces cours-là, seulement deux sont obligatoires, d’ordinaire ceux consacrés à l’histoire du Canada d’avant et d’après 1867. Tant et si bien qu’on peut comprendre que la formation, loin d’être uniforme, s’avère en vérité très minimale. Comment demander à des maîtres insuffisamment formés de transmettre le feu qu’ils ont la responsabilité de préserver ?

La Coalition estime que les lacunes patentes des enseignants au regard de l’histoire se retrouvent aussi dans d’autres disciplines, notamment en français et en sciences de la nature. Pourquoi ? Parce que les professeurs, formés par des facultés de l’éducation, apparaissent trop accaparés par l’acquisition des techniques de transmission des savoirs plutôt que par l’acquisition des savoirs eux-mêmes.

Les professeurs, aussi dévoués et importants soient-ils, ont des lacunes. Mais on en arrive à regarder d’un oeil bienveillant le fait que l’argent des banques décide en quelque sorte de ce qu’il faut lire et de quand il faut le lire.

Pendant ce temps, plutôt que d’assurer au mieux l’autonomie et la qualité de l’enseignement dans les écoles, le gouvernement préfère offrir un chèque de cent dollars aux parents tout en s’en félicitant.

Faut-il s’étonner ensuite que les plus petits finissent par être forcés d’avaler de la bouillie de drapeaux à la petite cuillère en guise de nourriture intellectuelle ?

14 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 27 novembre 2017 00 h 42

    Des robots obediants au statut quo!

    La marchandisation de chaque aspect de notre vie est maintenant complète. L’intervention de la banque dans la lecture des enfants trahit l’objectif de l’education soit d’encourager la pensée libre et la contestation. Le but n’est pas ce que les entrepreneurs voudront, des robots obediants au statut quo. Quelle hont

  • Jacques Morissette - Abonné 27 novembre 2017 03 h 50

    Idéalement, lire pour que ton inconscient ne soit pas ton unique boussole.

    Lire pour ne pas passer à côté de la vie. Lire pour te permettre de faire du recul et moins te faire embobiner, peut-être, par un système qui a besoin de toi et de ta soumission à te faire abuser. Lire pour permettre d’ajuster ta vue à voir plus loin que ce que propose une machine très désireuse de te voir endoctriné à une pléthore de stéréotypes sur mesure.

    On veut te faire entrer dans un moule pour que tu produises, sans trop exigés de qui profite de toi. Si tu ne lis pas, tu deviens le candidat potentiel à lire uniquement ce qu'il te faut pour revendiquer qu'on t'aide à formater tes moindres désirs. Pour ne pas trop angoissé, t'aider à comprendre, espère que tu auras l'ultime privilège d'aimer et d'être aimé de ton entourage.

  • Jean Lacoursière - Abonné 27 novembre 2017 06 h 59

    Revenir comme avant

    Je crois qu'il presse de revenir à l'ancienne exigence selon laquelle pour enseigner une matière au secondaire, il faut un bac dans ladite matière, plus une année en enseignement (certificat en enseignement secondaire).

    Une personne s'étant consacré à une matière durant trois ans risque davantage de faire preuve de compétence et de passion pour sa matière, choses essentielles pour la transmettre, que la formation décrite par le chroniqueur.

  • Jacques Lamarche - Abonné 27 novembre 2017 07 h 18

    L'école au service du pays!

    Tous les moyens sont bons pour nourrir le nationalisme canadien! Le grand capital sert un grand idéal!

    Les faits troublants révélés par le regard perçant de M. Nadeau montrent jusqu'où est rendue la propagande canadienne pour endoctriner les jeunes et combien est grande la distance entre ce que peuvent faire les forces fédéralistes et celles québécoises!

    • Gilles Théberge - Abonné 27 novembre 2017 10 h 10

      Et évidemment, le ministère de l’éducation n’y trouve rien à redire...

  • Gilbert Turp - Abonné 27 novembre 2017 07 h 44

    Encore une fois...

    Monsieur Nadeau souligne avec justesse la consternante imbécilité de notre époque.

    Imbécillité nécessaire, pas accidentelle du tout, compte-tenu du lien d'affection profonde que ces mêmes banquiers établissent entre le drapeau unifolié et certains paradis fiscaux.