Le modèle caquiste

François Legault, qui est sur un nuage depuis la spectaculaire victoire de son parti à l’élection partielle dans Louis-Hébert, n’était pas peu fier d’accompagner sa nouvelle députée, Geneviève Guilbault, qui faisait son entrée à l’Assemblée nationale mardi.

Lui confier le rôle de porte-parole en matière de famille allait presque de soi. Il est difficile d’imaginer une meilleure ambassadrice auprès de la clientèle de banlieue que la CAQ courtise si assidûment.

Mme Guilbault pourra même faire d’une pierre deux coups. En se plongeant dans le dossier de la famille, cette future maman aura un accès privilégié aux informations qui lui permettront de prendre une décision éclairée le jour où elle devra sans doute choisir une garderie.

D’entrée de jeu, elle a indiqué son penchant pour le « modèle d’affaires » des garderies privées non subventionnées. « C’est vraiment une forme d’entrepreneuriat que, nous, on souhaite soutenir », a-t-elle déclaré. Bien entendu, cela ne signifie pas qu’elle doit faire personnellement le même choix. Tous les ministres de l’Éducation protestent de leur affection pour l’école publique, même si la plupart d’entre eux préfèrent envoyer leurs enfants au privé.

Si la création du réseau des centres de la petite enfance (CPE) avait valu au Québec une réputation envieuse un peu partout dans le monde, l’expansion des garderies privées non subventionnées a été fulgurante depuis que les libéraux ont modifié les règles du jeu pour les rendre plus attrayantes en augmentant le crédit d’impôt pour frais de garde et en abolissant le tarif universel de 7 $ dans les garderies subventionnées au profit d’une modulation selon les revenus des parents. Grâce au crédit d’impôt fédéral, ces garderies sont devenues moins chères pour de nombreux parents.


 

Le résultat a été immédiat. Entre 2009 et 2016, le nombre de places dans les garderies non subventionnées a bondi de 7000 à plus de 55 000, soit une progression de 700 %, pendant qu’il passait de 205 000 à 230 000 dans les CPE, soit une augmentation plus modeste de 12 %.

« Nous, ce qu’on croit, c’est qu’il faut investir d’abord dans les enfants, dans les services aux enfants, et non dans le béton ou dans les infrastructures », a expliqué Mme Guilbault, reprenant en cela un mantra que la CAQ partage avec les libéraux, comme tant d’autres choses.

Si l’objectif est réellement d’assurer les meilleurs services aux enfants, comme le prétend la députée de Louis-Hébert, les études menées au cours des dernières années démontrent que la qualité est incomparablement supérieure dans les CPE.

La plus exhaustive est celle que le ministère de la Famille avait commandée à l’Institut de la statistique du Québec, qui a été publiée en 2014 sous le titre Grandir en qualité. Dans les CPE, on estimait que 67,3 % des poupons (moins de 18 mois) y recevaient des services dont la qualité éducative était jugée « bonne ou excellente » et 30,7 %, des services de qualité « acceptable ». La qualité des services était jugée « insatisfaisante » dans seulement 2 % des cas. Chez les 18 mois à 5 ans, elle était jugée bonne ou excellente dans 45 % des cas, acceptable dans 51 % et insatisfaisante dans 4 % des cas.

Les résultats étaient presque inversés dans les garderies non subventionnées. Seulement 7,2 % des poupons y recevaient des services de qualité « bonne ou excellente ». La qualité des services y était jugée « acceptable » dans 51,6 % des cas et « insatisfaisante » dans 41,2 % des cas. C’était un peu mieux chez les 18 mois à 5 ans : bonne ou excellente une fois sur dix (10,3 %), acceptable une bonne moitié du temps (53,4 %) et insatisfaite plus d’une fois sur trois (36,3 %).


 

La CAQ préfère plutôt s’inspirer d’une autre étude, réalisée en 2015 par le comptable Pierre-Yves McSween, selon laquelle la structure de coûts des CPE coûtait 235 millions de plus à l’État que si elle avait été la même que dans le privé. C’est bien possible, mais faut-il comprendre qu’après avoir dénoncé avec indignation les méfaits de l’austérité libérale dans le réseau scolaire, un gouvernement caquiste favoriserait dans les garderies un « modèle d’affaires » qui lui permettrait de faire des économies en sacrifiant la qualité ?

Après François Legault, c’était au tour de Mme Guilbault de trouver « intéressante » la proposition des jeunes caquistes, qui voudraient offrir une aide financière aux familles dont un des parents choisirait de rester à la maison plutôt que de confier son enfant à une garderie.

Dans l’entourage de M. Legault, on assure pourtant qu’il n’en est pas question. Dans ce cas, il serait préférable de le dire clairement. On ne sait jamais, certains pourraient croire que le chef de la CAQ et sa nouvelle vedette pensent réellement ce qu’ils disent.


 
20 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 19 octobre 2017 00 h 32

    Une idéologie qui masque la vérité!

    Exactement, monsieur David:«Les études menées au cours des dernières années démontrent que la qualité est incomparablement supérieure dans les CPE.» C'est ce que je viens de dire dans un autre commentaire, l'autre jour, en réponse aux déclarations de madame Guilbault. Parfois, l'idéologie néolibérale, dont s'inspirent la CAQ et le PLQ, déforme la réalité. La privatisation de nos services publics réduit leur qualité et nous coute plus cher.

  • Patrick Daganaud - Abonné 19 octobre 2017 07 h 38

    Le néolibéralisme caquiste

    Le néolibéralisme caquiste ressemble à s'y méprendre au néolibéralisme ...libéral.

    La privatisation et le profit au détriment de toute humanité.

    Ce serait bien dommageable que de porter au pouvoir ce parti fort médiocre et, somme toute, l'équivalent de quatre vingt-cinq sous pour une piastre.

    Malheureusement ce qui est devenu un néolibéralisme péquiste n'offre pas une alternative valable.

    Il reste Québec solidaire, mais il y règne une divagation structurelle permanente dans l'établissement des valeurs sociétales, liée à une pensée magique relativement aux prises de pouvoirs intégristes...

    Le choix est bien maigre!

    • Christian Montmarquette - Abonné 19 octobre 2017 08 h 47

      À Patrick Daganaud,

      "Il y règne une divagation structurelle permanente dans l'établissement des valeurs sociétales, liée à une pensée magique relativement aux prises de pouvoirs intégristes.." - Patrick Daganaud

      Vous charriez et pas rien qu'un peu.

      Pensée magique.. Divagation structurelle.. Prises de pouvoirs intégristes..

      Comme le disait Jacques Parizeau en 1987...

      Tout ce qui est excessif est insignifiant.

      Christian Montmarquette

    • Jacques Lamarche - Inscrit 19 octobre 2017 12 h 53

      L'idéologie péquiste est plutôt bicéphale! S'il est vrai que Lucien Bouchard a fait ¨subir¨ au PQ un déplorable virage à droite et dont il a encore du mal à se remettre, en tout cas dans l'imagerie populaire, Pauline Marois quant à elle voulait ivestir massivement dans les centres dont elle est la mère.

      Je crois qu'en matière de CPE, le privé ne colle pas du tout à la peau péquiste! Au moins, là-dessus, on pourrait faire confiance à la culture des membres et des élus du PQ! Au moins!

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 19 octobre 2017 13 h 27

      Vous y aller fort avec le neoliberalisme pequiste .
      Etrange aussi que M.Montmarquette souligne la sagesse de J.Parizeau.

    • Raymond Labelle - Abonné 19 octobre 2017 13 h 56

      "Tout ce qui est excessif est insignifiant." M. Parizeau aimait cette citation et s'en servait à l'occasion.

      Son auteur en est Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, plus connu sous le nom de Talleyrand.

      Talleyrand a occupé des postes clefs sous 4 régimes, de la Révolution jusqu'à la Restauration - mort de vieillesse.

      Tout un personnage mais ça, c'est une autre histoire...

    • Sylvain Bolduc - Inscrit 19 octobre 2017 16 h 50

      Petit rappel pour les néophytes: C'est le PQ et Pauline Marois qui a mis sur pieds les CPE.

      Et si on avait accepté la hausse à $9 proposée par le PQ, on ne serait pas à coûts ridicules comme maintenant et un système de garderies privées en parallèle...

  • Gilles Théberge - Abonné 19 octobre 2017 08 h 23

    C’est vrai qu’avec Legault « On ne sait jamais, certains pourraient croire que le chef de la CAQ et sa nouvelle vedette pensent réellement ce qu’ils disent. »

    Legault Couillard c’est à peu de choses près la même chose.

    La meilleure preuve en est que trois, pas un mais trois ex militants de la CAQ/ADQ sont maintenant ministres de Couillard.

    Faites moi pas croire que c’est pas la même chose...

    • Christian Montmarquette - Abonné 19 octobre 2017 15 h 06

      À Gilles Théberge,

      "Legault Couillard c’est à peu de choses près la même chose.
      La meilleure preuve en est que trois, pas un mais trois ex militants de la CAQ/ADQ sont maintenant ministres de Couillard."-Gilles Théberge

      - Ha! Ha!! Ha!!!

      - Elle est bien bonne celle-là!!

      Quand on sait que non seulement François Rebello vice-président du PQ de 2005 à 2009 et président de sa Commission politique s'est présenté pour la CAQ dans Sanguinet.. que Benoit Charette, député du PQ est aussi devenu député de la CAQ.. Mais que François Legault lui-même, chef et fondateur de la CAQ, est un ancien double ministre péquiste de la Santé et de l'Éducation!

      Christian Montmarquette

      .

  • Sylvain Bolduc - Inscrit 19 octobre 2017 09 h 36

    La bourde caquiste

    En effet investir dans les CPE n'est pas d'investir dans le béton mais bien dans le développement de nos enfants plutôt que voir les enfants servir de contenu pour un "modèle" d'affaire.

    Tout est dit dans cette déclaration caquiste néo-libérale.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 19 octobre 2017 13 h 30

      M.Bolduc ,excellente déduction.

  • Colette Pagé - Inscrite 19 octobre 2017 10 h 09

    Retour en arrière !

    L'école à la maison qui retarde la socialisation des enfants est comme un retour en arrière lorsque les écoles de rang trop éloignés de la maison obligeaient les premiers colons à enseigner la lecture à leurs enfants.