Gaétan Barrette? Au suivant!

La protectrice du citoyen est une des rares voix que Gaétan Barrette n’a pas encore réussi à faire taire, mais ce n’est sûrement pas l’envie qui manque. Chaque année, son rapport vient jeter un énorme pavé dans la mare du tout-puissant ministre de la Santé.

L’an dernier, elle faisait déjà un constat très sévère. Les politiques d’austérité du gouvernement Couillard avaient été « moins éprouvantes pour la bureaucratie que pour les personnes vulnérables ». Le manque de planification de la réforme « a réduit l’accès aux services » offerts aux personnes âgées ou handicapées. « Les listes d’attente s’accroissent, les délais sont plus grands », ajoutait-elle. Conclusion : « La situation a atteint un point critique. »

Un an plus tard, le portrait est encore plus sombre, notamment au chapitre des soins à domicile. On imagine le drame vécu par cette personne atteinte de sclérose en plaques qu’on a privée d’aide pour les soins d’hygiène. Ou encore par ce handicapé qui s’est vu privé de 12 heures de services par semaine. Au même moment, le vieillissement de la population entraîne « un manque criant de places en CHSLD », où « on a constaté cette année un resserrement des critères d’admissibilité ». Trouvez l’erreur !

Réaction du premier ministre Couillard : « Il est naturel qu’un rapport semblable fasse état des progrès à réaliser qu’il reste à faire, et on est tout à fait à l’aise avec le rapport et la nécessité de continuer notre action. » Ce sophisme est particulièrement tordu : on ne parle pas de progrès à réaliser, mais de reculs qui causent de graves préjudices à des gens dont la vie est déjà suffisamment difficile.


 

Pendant ce temps, la rémunération des médecins ne cesse d’augmenter. La hausse moyenne a été de 33 % au cours des quatre dernières années. Dans le cas des spécialistes, elle est de 46 %. Les omnipraticiens ont dû se contenter de 16 %, mais ils auront droit à 10 % additionnels d’ici 2020.

Au début de son mandat, M. Barrette répétait continuellement qu’il en avait assez de voir que plus l’État investissait dans le réseau de la santé et dans la rémunération des médecins, moins les contribuables recevaient de services. Manifestement, rien n’a changé, si ce n’est que le moral du personnel du réseau n’a jamais été aussi bas.

On peut compter sur M. Barrette pour expliquer qu’en dépit des apparences, les choses s’améliorent. Le problème est que son baratin, qui en avait impressionné plusieurs au départ, ne convainc plus personne. Pire, il est lui-même perçu comme un obstacle majeur au bon fonctionnement du système.

À un an de la prochaine élection, c’est là une bien mauvaise nouvelle pour le gouvernement et pour le premier ministre lui-même, qui a fait exactement le contraire ce qu’il préconisait avant d’effectuer son retour en politique. Il fallait retirer la gestion quotidienne du réseau des mains du ministre et la confier à une société d’État indépendante, disait-il. Au lieu de quoi, il a laissé M. Barrette s’arroger plus de pouvoirs qu’aucun de ses prédécesseurs n’en a jamais eus.


 

M. Couillard a déjà fait valoir l’avantage d’une certaine stabilité à la tête des grands réseaux que sont la santé et l’éducation, mais il arrive parfois que le changement devienne nécessaire.

Voilà presque 15 ans que le ministère de la Santé est réservé à un médecin. Le seul résultat tangible a été l’enrichissement de la profession et le maintien d’un corporatisme étroit. Il serait peut-être temps de faire appel à un simple mortel.

Certes, le poste est exigeant. Celui qui semble le plus apte à prendre la relève est Martin Coiteux. Depuis son entrée en politique, cet universitaire a démontré qu’il avait une grande faculté d’adaptation et des nerfs solides. Soit, il y a plus empathique, mais voyez-vous quelqu’un d’autre ?

Simplement donner l’heure juste à la population constituerait déjà un progrès. Depuis des décennies, chacun a prétendu avoir la recette magique : virage ambulatoire, contrats de performance, méthode Toyota, bulldozer… Avec la même absence de résultats. « Cessons de leurrer les gens », a lancé la protectrice du citoyen.

La plus grande difficulté d’un remaniement n’est pas toujours de trouver le bon candidat, mais de caser le ministre sortant. Dans le cas de M. Barrette, la solution est toute trouvée. Au Conseil du trésor, M. Couillard pourrait se fier à lui pour résister aux pressions de ses collègues toujours en quête d’argent frais. Il faudrait seulement s’assurer que ce soit M. Coiteux qui négocie la prochaine entente avec les spécialistes. Quant à l’actuel titulaire du Trésor, Pierre Moreau, il est le candidat tout désigné pour succéder à Stéphanie Vallée à la Justice. Une autre urgence.

À voir en vidéo