Coup de coeur et coup de gueule au TIFF

Coup de coeur

Photo: Chris Donovan La Presse canadienne

La rue King, énorme artère fermée à la circulation durant les trois premiers jours du festival. Toutes sortes de gargotes ont poussé sur le trottoir. Les gens viennent manger une bouchée en regardant les élus faire la file pour la projection d’ouverture, en scrutant les stars, téléphone en main. Ça crée une ambiance folle. Il y a même un stand d’Air France qui s’est déguisé en coin de Paris.

Coup de gueule

Photo: Frank Gunn La Presse canadienne

La pluie qui s’invite avec des orages violents et brefs comme des pluies de mousson. Aussi la complexité folle d’un rendez-vous comme le Festival de Toronto. Des horaires impossibles, les bons films projetés en même temps et des courses en tous sens qui font paraître Cannes comme un havre paisible (douceur méditerranéenne y compris). Le côté anglo a moins de fantaisie…

Odile Tremblay est à Toronto à l’invitation du TIFF.