Question de vie ou de mort

Un homme de 29 ans est mort tué par balle dans la nuit de samedi à dimanche. Il m’a été donné de connaître la victime durant sa jeunesse. On le surnommait affectueusement « Paté ». Pate, en créole, réfère à ces délicieux feuilletés à la viande haïtiens.

Ce meurtre n’est pas qu’un incident à ajouter aux statistiques d’homicides. Pour moi, il représente une triste occasion de rappeler que nous sommes tous humains, et que la société devrait réellement croire en l’égalité des chances.

Le dimanche 16 juillet, les nouvelles rapportaient que, durant la nuit, un individu avait été assassiné à Saint-Léonard. Le 13e homicide de l’année à Montréal. Les faits rapportés indiquent que ce meurtre serait survenu lors d’un conflit durant un mariage.

Au-delà des circonstances du meurtre, certains médias ont relaté des propos qui font sourciller : Radio-Canada mentionne que la victime était « connue des policiers ». Le Journal de Montréal et TVA Nouvelles indiquent de plus qu’elle était « connue des milieux policiers, notamment pour plusieurs dossiers en matière de violence ». Ces deux médias se demandent enfin si la victime et le suspect étaient des « invités au mariage ou des trouble-fête qui s’étaient invités eux-mêmes ».

Ce traitement de la nouvelle a pour effet de déshumaniser la victime et de banaliser l’incident : « Si elle était connue des policiers, le meurtre était un peu plus légitime », certains penseront. De plus, présumer que la victime était un trouble-fête la déshonore et nous rend insensibles au drame survenu.

Ceux et celles qui pleurent la mort de la victime savent trop bien que ce meurtre catégorisé au rang des faits divers est plutôt un autre décès qui illustre que notre société ne nous offre pas les mêmes chances. J’en suis profondément indigné.

Dès l’âge de 12 ans, Paté et mon frère jouaient dans la même équipe de basketball. De mon souvenir, Paté était beaucoup plus timide que ses coéquipiers. Il était aussi plus petit et moins talentueux qu’eux, ce qui lui valait moins de temps de jeu. Mais voilà, Paté était premier dans le gymnase, dernier sorti. À 16 ans, aidé par une poussée de croissance, il est devenu l’un des joueurs clés de son équipe. Un exemple inspirant de la valeur de l’effort.

Un bon gars, bref, mais qui a vécu dans un milieu difficile.

 

Paté a grandi dans le quartier Saint-Michel et fréquentait l’école Louis-Joseph-Papineau, Louis-Jo. Une école dont 49 % des familles ont un revenu se situant près ou en dessous du seuil de faible revenu. En 2009, Louis-Jo faisait l’objet d’un article de Michèle Ouimet dans lequel elle relatait que le taux de décrochage était de 58 %. C’est cette même école qui, en octobre 2015, figurait dans une vidéo filmée par un enseignant démontrant l’état inacceptable de ses infrastructures. Depuis, certaines rénovations ont été effectuées, mais un fait demeure : Louis-Jo est une école sans fenêtres. Quelle est la différence entre ce bâtiment et les installations d’une prison ?

Malgré son contexte de défavorisation, le quartier Saint-Michel est empreint d’une résilience et d’une vitalité qu’il faut saluer. Qu’il s’agisse de la direction de Louis-Jo, qui oeuvre à améliorer l’encadrement offert aux jeunes, du club Les Monarques de Montréal, auquel appartenait Paté, et qui offre depuis 20 ans des sports et loisirs aux jeunes du quartier, ou de la Table Vivre Saint-Michel en santé, qui mobilise un ensemble d’acteurs pour la revitalisation du quartier. Mais il en faut plus.

Notre Charte des droits et libertés de la personne énonce que tous les êtres humains sont égaux en valeur et en dignité. Toutefois, nous acceptons encore l’inégalité des chances.

Dans certains milieux aisés que j’ai fréquentés, la diplomation des jeunes est une certitude, on sait que plusieurs investiront les sphères de pouvoir et on espère que certains deviendront ministres. Dans Saint-Michel, la diplomation est une incertitude, on sait que plusieurs vivront d’une criminalité par nécessité et on espère qu’aucun ne mourra trop jeune d’une violence qui s’inscrit dans ce contexte.

Ma conviction : Paté ne serait jamais mort si son environnement lui avait offert de meilleures conditions.

L’actualité est fertile en activités touchant des sujets tels que l’éducation, les services sociaux et la discrimination systémique. Le tout doit cependant reposer sur une reconnaissance de la valeur de chaque humain. Si pour certains les choix de société représentent des questions de calcul économique, de stratégique politique ou d’appartenance idéologique, pour certains d’entre nous, il s’agit d’une question de vie ou de mort.

C’est ce sentiment d’urgence qui devrait tous nous habiter. Accepteriez-vous qu’un de vos proches meure lors d’un mariage ? Que feriez-vous pour éviter que votre enfant meure à 29 ans ?

À voir en vidéo